103 Marines renvoyés pour avoir refusé le vaccin COVID, alors que les services commencent à libérer les soldats.

Cent trois Marines ont été renvoyés pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID, a annoncé jeudi le Corps des Marines, alors que les services militaires ont commencé à renvoyer un groupe d’environ 30 000 militaires en service actif qui refusent toujours de se faire vacciner, même après de multiples occasions de le faire après les dates limites de vaccination.

À la fin du mois d’août, le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, a ordonné que le vaccin COVID devienne obligatoire pour tout le personnel militaire américain ; jusqu’alors, il était volontaire.

PHOTO: In this April 11, 2021, file photo, Reserve Citizen Airmen received their COVID-19 vaccinations at MacDill Air Force Base, Fla., during the April Unit Training Assembly.

Les services militaires ont rapidement fixé leurs propres dates limites et ont averti les militaires qu’ils risquaient d’être renvoyés s’ils n’étaient pas vaccinés, ce qui est conforme à la position du Pentagone selon laquelle choisir de ne pas se faire vacciner constitue une violation d’un ordre légal d’Austin.

Alors que le pourcentage de personnel en service actif vacciné dans chaque service est de 95 % ou plus, le nombre de personnes non vaccinées avoisine les 30 000.

En début de semaine, l’armée de l’air a été la première à rendre public le fait qu’elle avait donné suite à l’avertissement, en annonçant que 27 aviateurs avaient reçu des décharges administratives.

Selon les derniers chiffres fournis par l’armée de l’air et la marine, 7 365 aviateurs et 5 472 marins ne sont pas vaccinés, soit qu’ils refusent catégoriquement le vaccin, soit qu’ils attendent le traitement de demandes d’exemptions administratives, médicales ou religieuses.

Le Corps des Marines a déclaré jeudi que 95 % de ses 182 500 Marines en service actif avaient reçu au moins une injection de vaccin COVID, soit le pourcentage le plus faible parmi les services militaires. Le Corps des Marines a approuvé 1 007 exemptions médicales et administratives et est encore en train de traiter 2 863 des 3 144 demandes d’exemption religieuse.

L’armée a annoncé jeudi que près de 98 % de ses 478 000 soldats en service actif ont été vaccinés, ce qui signifie que près de 10 000 soldats refusent carrément de se faire vacciner ou demandent des exemptions.

L’armée a précisé que 3 864 soldats ont refusé le vaccin purement et simplement, tandis que 6 263 autres attendent le traitement de leur demande d’exemption.

La majorité des membres du service qui ne sont pas vaccinés ont demandé des exemptions religieuses, mais aucun service n’a encore approuvé une exemption pour des raisons religieuses.

Le projet de loi d’autorisation de la défense adopté par le Congrès cette semaine garantit que les militaires qui sont renvoyés de l’armée pour avoir refusé le vaccin recevront une décharge honorable ou une “décharge générale dans des conditions honorables”.

Contrairement aux autres services, l’armée a décidé de ne pas renvoyer les soldats qui refusent de se faire vacciner, mais de les “signaler”, de ne pas leur accorder de promotion et de les obliger à quitter l’armée à l’expiration de leur contrat d’engagement.

Les soldats signalés qui ont refusé de se faire vacciner devront se soumettre à des tests COVID réguliers, a déclaré à ABC News le lieutenant-colonel Terence Kelley, porte-parole de l’armée.

Un soldat se rendant quotidiennement sur le même lieu de travail sera testé chaque semaine, tandis que ceux qui pratiquent le télétravail et doivent se rendre sur leur lieu de travail devront être testés dans les 72 heures suivant la réunion ou l’activité professionnelle, a précisé M. Kelley.

Source : https://abcnews.go.com/Politics/103-marines-booted-refusing-covid-vaccine-services-begin/story?id=81793800