11 978 : Israël enregistre un nombre record de nouvelles infections quotidiennes au COVID-19.

11 978 : Israël enregistre un nombre record de nouvelles infections quotidiennes au COVID-19.

Ce nombre record intervient dans un contexte de confusion des réglementations et de files d’attente massives dans les centres de dépistage ; les cas graves continuent d’augmenter, la plupart d’entre eux n’étant pas vaccinés.

Un employé du Magen David effectue un test rapide d'antigène COVID-19 pour détecter le coronavirus, dans un centre de dépistage à Jérusalem, le 30 décembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Israël a enregistré le nombre le plus élevé de nouvelles infections par le coronavirus – dû à la variante ultra-contagieuse Omicron – malgré les restrictions imposées aux voyages et les quarantaines obligatoires, a indiqué le gouvernement mercredi.

Le record de 11 978 cas diagnostiqués mardi est le plus grand nombre de nouvelles infections signalées en une seule journée depuis le début de la pandémie. Le précédent record avait été établi le 2 septembre avec 11 345 nouvelles infections enregistrées lors de la vague de la variante Delta.

La variante Omicron, détectée pour la première fois en Afrique du Sud, est apparemment plus contagieuse mais provoque moins de cas de maladie grave et de décès – en particulier chez les personnes vaccinées.

Alors que la variante Omicron, hautement infectieuse, est à l’origine de la cinquième vague d’infections, le taux de tests positifs a atteint mardi 6,6 % sur les 189 700 tests effectués.

Le ministère de la santé a déclaré que le taux de transmission du virus, R, qui indique le nombre de personnes à qui chaque personne infectée transmet le virus, est passé à 1,94. Le taux de transmission est basé sur les données des 10 jours précédents et les valeurs supérieures à 1 indiquent que les infections se propagent – plus le chiffre est élevé, plus le taux est rapide.

L’augmentation du nombre de cas s’accompagne d’une augmentation du nombre de personnes gravement malades. Selon les chiffres du ministère de la santé, 125 patients étaient dans un état grave mercredi matin, contre 117 la veille. On dénombre 46 personnes dans un état critique.

Il y a une semaine, 87 patients seulement étaient dans un état grave. La grande majorité des personnes dans un état grave ne sont pas vaccinées. (Au plus fort de la vague Delta, Israël comptait quelque 700 patients dans un état grave).

Aucun décès n’ayant été enregistré au cours des dernières 24 heures, le bilan s’élève à 8 247 morts.

En Israël comme ailleurs, la variante se propage si rapidement – mettant à rude épreuve les tests, les écoles, les hôpitaux et les compagnies aériennes – que certains experts préconisent de se concentrer plutôt sur les admissions à l’hôpital. Celles-ci, ainsi que les décès dus au coronavirus, n’augmentent pas aussi rapidement, ce qui, selon les experts, est le résultat des protections offertes par les vaccinations.

La population vaccinée est en constante augmentation, mais elle est limitée en partie par certains membres des secteurs ultra-orthodoxes et arabes de la population qui ont été lents à retrousser leurs manches. Il existe en outre un puissant lobby anti-vaccination.

Environ 63 % de la population israélienne a été vaccinée deux fois, tandis qu’environ 46 % a reçu trois injections. Il n’y avait pas de données sur le nombre de personnes ayant reçu la quatrième dose du vaccin, récemment disponible.

Israël serait le premier pays à déployer à grande échelle une quatrième vaccination pour les personnes de 60 ans et plus, ainsi que pour celles dont le système immunitaire est compromis.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré mardi que les premiers résultats d’une étude menée au Sheba Medical Center ont montré que les anticorps étaient presque cinq fois plus nombreux chez les personnes ayant reçu une quatrième injection.

Cependant, le programme de vaccination d’Israël, autrefois leader mondial, est en train de faiblir. Notre Monde en chiffres classe Israël au 17e rang mondial pour les taux de vaccination, derrière des nations comme les Émirats arabes unis et les États-Unis – et juste devant son grand rival, l’Iran. En juin dernier, Israël était numéro 1 sur la liste.

L’augmentation rapide du nombre d’infections a poussé les dirigeants israéliens à s’éloigner du protocole clair de vaccinations, de tests, de mise en quarantaine et de recherche des contacts qui a caractérisé la réponse du gouvernement au début de la pandémie.

Israël modifie rapidement les règles et les pratiques pour s’adapter, notamment en réduisant les quarantaines pour éviter l’arrêt de l’économie. D’autres changements sont attendus.

La recherche des contacts est devenue plus compliquée en raison de la pénurie de tests. Le gouvernement prévoit de renforcer les exigences en matière de tests afin d’alléger la charge des stations de test surchargées, où les gens ont été contraints d’attendre pendant des heures pour être contrôlés. De nouvelles règles sont attendues prochainement, qui concentreront les exigences en matière de tests sur les groupes à haut risque, tels que les personnes âgées.

Entre-temps, le chaos règne dans le système éducatif, les règles en constante évolution laissant les parents, les élèves et les écoles perplexes.

Source : https://www.timesofisrael.com/israel-reports-all-time-high-for-new-covid-19-infections/

Question pour les experts : comment se fait-il que Israël enregistre sont record de contamination malgré une couverture vaccinale triple dose assez large ?