A contrecourant des occidentaux, l’Afrique du Sud refuse d’empêcher l’arrivée d’un mégayacht russe

Le mégayacht de luxe Nord, dans les eaux de Hong Kong le 7 octobre 2022 (image d'illustration).

Malgré les pressions, le gouvernement sud-africain a décidé de laisser arriver dans ses eaux le mégayacht qui appartiendrait à l’homme d’affaires russe Alexeï Mordachov, réaffirmant ainsi sa neutralité dans le conflit en Ukraine.

L’Afrique du Sud n’a «aucune raison d’empêcher» un mégayacht de luxe qui appartiendrait à l’un des plus riches homme d’affaires russes d’accoster dans ses eaux territoriales, a déclaré le 27 octobre un porte-parole présidentiel en réponse à une mise en garde de l’opposition.

«L’Afrique du Sud n’a aucune obligation légale de respecter les sanctions imposées par les Etats-Unis et l’UE», a déclaré son porte-parole, Vincent Magwenya, lors d’un point de presse.

En application de ces sanctions, plusieurs autorités, notamment espagnoles, italiennes, françaises et fidjiennes, ont saisi des yachts liés à des hommes d’affaires russes afin de faire pression sur Vladimir Poutine et son entourage.

Le mégayacht Nord dont la valeur est estimée à 500 millions de dollars, serait la propriété d’Alexeï Mordachov, magnat de l’acier et réputé proche du président russe Vladimir Poutine. Alexeï Mordachov est visé comme d’autres hommes d’affaires russes par les sanctions occidentales prises après le début de l’opération militaire russe en Ukraine.

L’Afrique du Sud réaffirme sa neutralité

Le Nord serait en route vers l’Afrique du Sud après avoir quitté Hong Kong la semaine dernière où il est resté trois semaines. L’opposition sud-africaine a averti le 26 octobre que le gouvernement s’exposait à des sanctions s’il autorisait ce bateau à accoster dans ses eaux territoriales.

Le maire du Cap, Geordin Hill-Lewis, a écrit au gouvernement pour lui demander de bloquer l’entrée du navire dans les eaux territoriales du pays. Il a condamné le 25 octobre une «approche laxiste envers les blanchisseurs d’argent et les racketteurs» mais aussi «les réfractaires aux sanctions».

L’Afrique du Sud, une des puissances du continent, a adopté une position neutre depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine le 24 février, refusant de se joindre aux appels occidentaux à condamner Moscou. 

L’Afrique du Sud a «le devoir moral de faire ce qu’elle peut pour protester contre la guerre injuste, le terrorisme d’Etat et la violation flagrante des droits de l’homme», a souligné le maire du Cap. 

Le Nord pourrait atteindre l’Afrique du Sud le 8 ou le 9 novembre.

Source