Allemagne : En pleine pandémie, les gestionnaires d’hôpitaux sont grassement récompensés pour la réduction des lits

https://acadienouvelle-6143.kxcdn.com/wp-content/uploads/2016/01/05a_hopital-e1454022232830.jpg

25. 11. 2021 | Si l’on en croit les politiques et les médias, nous sommes confrontés à une urgence sanitaire due au manque de capacités de traitement dans les hôpitaux. Je n’ai pas le droit d’en douter. Ce qui est étrange, c’est qu’au milieu de cette situation d’urgence, les exploitants d’hôpitaux peuvent recevoir jusqu’à 12.000 euros de subventions pour chaque lit qu’ils ne construisent pas, mais qu’ils démantèlent.

C’est ce qui est écrit dans le “règlement relatif à la gestion du fonds structurel dans le domaine hospitalier (règlement relatif au fonds structurel hospitalier – KHSFV)”. L’article 11 stipule que des subventions sont accordées si “un hôpital ou une partie des services de soins aigus d’un hôpital sont fermés de manière permanente” ou s’ils sont “transformés en services de soins non aigus”. Selon l’article 12, la subvention varie entre 4500 et 12.000 euros par lit, en fonction de l’ampleur de la suppression de lits. Plus la réduction du nombre de lits est importante, plus la subvention est élevée.

Pour chaque cas de Covid à l’hôpital, la caisse fédérale verse d’ailleurs jusqu’à 9500 euros de compensation. Il faut savoir que l’OMS a créé la classification Covid CIM U07.2, qui permet de classer comme patients Covid des patients qui n’ont pas été testés positifs au Covid. C’est-à-dire lorsqu’ils présentent certains symptômes typiques et ont été en contact avec des personnes positives au Covid. Il semble que les hôpitaux y recourent assez volontiers. D’après des études menées par l’Initiative Qualité Médicale et l’InEK, il y avait dans les hôpitaux au moins trois fois plus de cas de Covid facturés sans preuve d’infection que de cas avec preuve. (Source : Wolfgang Wodarg : Falsche Pandemien. 2021. p. 218).

Selon la Cour des comptes, il serait déjà arrivé à de nombreuses reprises que des exploitants d’hôpitaux réduisent artificiellement le nombre de lits de soins intensifs afin de bénéficier de primes pour un taux d’occupation élevé. Les incitations monétaires jouent-elles un rôle dans les cas douteux (et pas si douteux) de classification des maladies des patients ?

Article original : https://norberthaering.de/news/bettenabbau-subvention/

Commentaires fermés.