Allemagne : “Je ne peux plus”, lettre ouverte d’Ole Skambraks

Allemagne : “Je ne peux plus”, lettre ouverte d’Ole Skambraks
 
L’ARD regroupe neuf diffuseurs de radio et de télévision en Allemagne (Hesse, Saxe, Thuringe, Schleswig-Holstein, Hambourg, Berlin, Brême, Brandebourg, Sarre, Bade Wurtemberg, Rhénanie Palatinat, Rhénanie du Nord-Westhalie et Bavière). C’est le groupe public de médias le plus puissant en Allemagne. Une étude publiée à Harvard et couvrant les cent premiers jours de la présidence Trump avait révélé une tonalité négative à 98% des articles de l’ARD consacrés à Trump sur cette période. Dans une lettre ouverte « Je ne peux plus », un de ses journalistes dénonce les conditions dans lesquelles les informations concernant le coronavirus y sont élaborées ou filtrées. Nous en publions les contenus les plus significatifs. Certains intertitres sont de notre rédaction.

Je ne peux plus, par Ole Skambraks

Je ne peux plus me taire. Je ne peux plus accepter en silence ce qui se passe depuis un an et demi chez mon employeur, le diffuseur public. Dans les statuts et les traités sur les médias d’État, des éléments comme « l’équilibre », la « cohésion sociale » et la « diversité » sont ancrés dans le reportage. C’est exactement le contraire qui est pratiqué. Il n’y a pas de discours et d’échanges réels dans lesquels toutes les parties de la société puissent se retrouver.

Dès le départ, j’étais d’avis que la radiodiffusion de service public devait remplir exactement cet espace : favoriser le dialogue entre partisans et critiques, entre ceux qui ont peur du virus et ceux qui ont peur de perdre leurs droits fondamentaux, entre les défenseurs de la vaccination et les sceptiques. Mais depuis un an et demi, l’espace de discussion s’est considérablement réduit.

Des scientifiques acceptés puis rejetés

Les scientifiques qui étaient respectés et respectés avant Corona, à qui on accordait de la place dans le discours public, sont soudainement devenus fous, des porteurs de chapeaux en aluminium ou des covidiots. Comme exemple souvent cité, référence est faite à Wolfgang Wodarg. C’est un multispécialiste, épidémiologiste et homme politique de longue date dans le domaine de la santé. Jusqu’à la crise corona, il était également membre du conseil d’administration de Transparency International. En 2010, en tant que président du comité de la santé du Conseil de l’Europe, il a exposé l’influence de l’industrie pharmaceutique sur la pandémie de grippe porcine. À cette époque, il a pu exprimer son opinion personnelle sur la radiodiffusion publique, depuis le Corona cela n’a plus été possible. Les soi-disant vérificateurs de faits ont pris sa place et le discréditent.

Un consensus paralysant

Au lieu d’un échange de vues ouvert, un « consensus scientifique » a été proclamé, qui doit être défendu. Quiconque en doute et appelle à une perspective multidimensionnelle sur la pandémie gagne indignation et méchanceté.

Ce schéma fonctionne également au sein des rédactions. Cela fait un an et demi que je ne travaille pas sur l’actualité quotidienne, ce dont je suis très heureux. Dans mon poste actuel, je ne suis pas impliqué dans les décisions concernant les sujets à mettre en œuvre et comment. Je décris ici ma perception des conférences éditoriales et une analyse du reportage. Pendant longtemps je n’ai pas osé sortir du rôle d’observateur, le consensus supposé me paraissait trop absolu et unitaire…

Moins d’espace pour le débat

L’argument est souvent avancé que les critiques représentent une petite minorité négligeable, à laquelle il ne faut pas donner trop de place pour des raisons de proportionnalité. Cela devrait être réfuté au plus tard depuis le référendum en Suisse sur les mesures corona. Bien qu’il n’y ait pas non plus de libre échange d’opinions dans les médias de masse, le vote ne s’est terminé qu’à 60:40 pour le gouvernement. Peut-on parler d’une petite minorité avec 40 % des suffrages exprimés ? Il convient également de mentionner que le gouvernement suisse avait lié les versements de l’aide Corona au vote, ce qui aurait pu influencer la décision de certains de cocher « Oui ».

Les développements de cette crise se produisent à tellement de niveaux et affectent toutes les parties de la société qu’en ce moment nous avons besoin non pas de moins, mais de plus d’espace libre pour le débat.

Mensonges par omission

Il ne révèle pas ce qui est discuté sur la radiodiffusion publique, mais ce qui n’est pas mentionné. Il y a de nombreuses raisons à cela et nécessitent une analyse interne honnête. Les publications du spécialiste des médias et ancien conseiller en radiodiffusion du MDR Uwe Krüger peuvent aider, comme son livre « Mainstream — Pourquoi nous ne faisons plus confiance aux médias ».

Dans tous les cas, il faut du courage pour nager à contre-courant dans des conférences où les sujets sont discutés et discutés. Souvent celui qui peut présenter ses arguments avec le plus d’éloquence l’emporte ; en cas de doute, la direction éditoriale décide, bien sûr. L’équation était valable très tôt, car la critique du cours corona du gouvernement appartient au spectre de la droite. Quel éditeur ose exprimer une pensée dans ce sens ?…

Compréhension journalistique de base

La sortie de la pandémie propagée par la politique et les médias s’avère être un abonnement vaccinal permanent. Les scientifiques qui exigent une manière différente de traiter Corona n’obtiennent toujours pas une place adéquate dans les médias publics, comme le montrent à nouveau les reportages parfois diffamatoires sur la campagne #allesaufdentisch (« Tout sur la table », une campagne incitant au débat sur la pandémie NDLR). Au lieu de discuter du contenu des vidéos avec les personnes impliquées, des experts ont été recherchés pour discréditer la campagne. Ce faisant, les radiodiffuseurs publics commettent exactement la même erreur qu’ils accusent #allesaufdentisch.

Carnets de vaccination numériques et suivi

Les fondations Gates et Rockefell ont conçu et financé les directives de l’OMS pour les dossiers de vaccination numériques. Ils sont maintenant introduits dans le monde entier. Ce n’est qu’avec eux que la vie publique doit être possible — qu’il s’agisse de conduire le tram, de boire un café ou de se faire soigner. Un exemple en France montre que cette identification numérique devrait rester en place même après la fin de la pandémie. La députée Emanuelle Ménard a demandé l’ajout suivant dans le texte de loi : Le certificat de vaccination numérique « prend fin lorsque la propagation du virus ne constitue plus une menace suffisante pour justifier son utilisation. » Sa proposition d’amendement a été rejetée. Cela signifie que le pas vers le contrôle de la population mondiale ou même un état de surveillance à travers des projets tels que ID2020 est très petit.

L’Australie teste actuellement une application de reconnaissance faciale pour s’assurer que les personnes en quarantaine restent à la maison. Israël utilise des bracelets électroniques pour cela. Dans une ville italienne, des drones sont testés pour mesurer la température des visiteurs de la plage, et en France la loi est actuellement en cours de modification pour rendre possible la surveillance à grande échelle des drones.

Tous ces sujets nécessitent un échange intensif et critique au sein de la société. Mais cela n’apparaît pas assez dans les reportages de nos diffuseurs et n’était pas un sujet de campagne électorale.

Entre-temps, la restriction du discours est allée si loin que la société bavaroise de radiodiffusion a omis à plusieurs reprises de diffuser les discours des députés qui critiquent les mesures lors de la diffusion des débats parlementaires au parlement du Land.

Quelque chose s’est mal passé

Pendant longtemps, j’ai pu dire avec fierté et joie que je travaille pour le radiodiffuseur de service public. Beaucoup de recherches, de formats et de contenus exceptionnels proviennent d’ARD, de ZDF et de Deutschlandradio. Les normes de qualité sont extrêmement élevées et des milliers d’employés font un excellent travail, même sous une pression accrue sur les coûts et des objectifs d’économies. Mais quelque chose s’est mal passé avec le corona. Soudain, je perçois une vision style tunnel et des œillères et un consensus supposé qui n’est plus remis en cause.

Le diffuseur autrichien Servus TV montre que cela peut être fait différemment. Partisans et contempteurs ont leur mot à dire dans le programme « Corona Quartet » / « Talk in Hanger 7 ». Pourquoi cela ne serait-il pas possible à la télévision allemande ? « Vous ne pouvez pas donner une scène à tous les cinglés », est la réponse rapide. Le faux équilibre, le fait que les opinions sérieuses et douteuses soient entendues également, doivent être évités. — Un argument d’homicide qui n’est pas non plus scientifique. Le principe de base de la science est de douter, de questionner, de vérifier. Quand cela n’arrive plus, la science devient religion.

Oui, il y a effectivement un faux solde. C’est l’angle mort qui est entré dans nos têtes qui ne permet plus de véritable discussion. Nous jetons des faits apparents autour de nos oreilles, mais ne pouvons plus nous écouter. Le mépris remplace la compréhension, combattre l’autre opinion remplace la tolérance. Les valeurs fondamentales de notre société sont jetées par-dessus bord hopladihop. Ici on dit : les gens qui ne veulent pas vacciner sont fous, là on dit : « Honte au mouton endormi »…

En écrivant ces lignes, je me sens hérétique ; quelqu’un qui commet une haute trahison et risque une punition. Ce n’est peut-être pas du tout comme ça. Peut-être que je ne risque pas mon travail avec ça, et la liberté d’expression et le pluralisme ne sont pas en danger. Je l’espère beaucoup et attends avec impatience un échange constructif avec mes collègues.

Source : https://www.ojim.fr/ole-skambraks-ard-lettre-ouverte/

Ole Skambraks

Source (texte intégral, en allemand) : Multipolar Magazine, 5 octobre 2021