Analyse des données sur les blessures liées au football de 2015 à 2021. Les lésions cardiaques seront-elles plus fréquentes en 2021 ?

Analyse des données sur les blessures liées au football de 2015 à 2021. Les lésions cardiaques seront-elles plus fréquentes en 2021 ?

Par Data Chinchilla

De nombreux gros titres ont fait état de joueurs de football s’effondrant et mourant récemment, et certains affirment que cela se produit beaucoup plus fréquemment cette année que ce à quoi on pourrait s’attendre.

De nombreuses listes ont été compilées pour cette année avec une série d’articles de presse sur ces cas.

Certains affirment que ces lésions pourraient être liées aux vaccins COVID-19, comme par exemple la myocardite liée aux vaccins à ARNm tels que Pfizer et Moderna.

Le cardiologue Steven Gundry a également publié un résumé dans la revue Circulation de l’American Heart Association, dans lequel il détaille les résultats des tests effectués sur les marqueurs d’inflammation cardiaque de centaines de patients ayant reçu les vaccins. Ceux qui ont reçu le vaccin présentaient des niveaux élevés qui indiquent une augmentation de plus de 200 % du risque de maladie cardiaque sur 5 ans.

Je n’ai pas trouvé de bonne comparaison entre les problèmes cardiaques dans le football en 2021 et les années précédentes. Comment savoir si le nombre de blessures cardiaques est plus élevé cette année qu’auparavant ?

J’ai décidé d’examiner les données de Transfermarkt.com.

Transfermarkt.com

Ils suivent les blessures des joueurs de football et disposent d’une liste de plus de 900 000 profils de joueurs. Tous les joueurs n’ont pas un profil à jour, mais si nous avons de la chance, nous pouvons quand même compiler quelque chose de statistiquement significatif à partir de là. Cela nous permettra de comparer les taux de blessures cardiaques de 2021 aux années précédentes.

J’ai écrit un script pour parcourir toutes les pages de blessures, pour tous les joueurs. Cela a pris un certain temps pour parcourir plus de 900 000 pages, mais je vous présente ici les résultats.

Exemple d’une page mettant en évidence ces blessures :

Résultats

La première chose à laquelle je pouvais penser, et la plus évidente, était de simplement comparer des nombres absolus. Combien de cas de « condition cardiaque » y a-t-il eu chaque année ?

Suite à cela, j’ai pensé compiler une liste de blessures qui se démarquent pour l’année 2021 . Je comparerai chaque blessure qui se produit avec au moins 1 fréquence sur 2000.

Nous examinerons les données de 2015, car avant 2015, les blessures n’étaient pas aussi suivies, ce qui fausse les données.

Pour 2020 et 2021, de nombreux « virus Corona » et « Quarantaine » ont également été répertoriés comme des blessures. J’ai filtré ceux-ci pour avoir de meilleures comparaisons avec les années précédentes.

Blessures classées par année

Ces données indiquent que les blessures cardiaques ont été beaucoup plus fréquentes cette année que toutes les autres années auparavant.

Dans les autres années en dehors de 2021, il y a eu un total de 89217 blessures , avec un total de 100 maladies cardiaques , (0,11%) en moyenne. Et en 2021, il y a eu 19912 blessures , avec 44 problèmes cardiaques (0,22%). Il s’agit d’une augmentation de 100 % du taux de maladies cardiaques.

Il semble clair qu’il y a une signification statistique à ce nombre. La question est : qu’est-ce qui l’a causé ? Est-ce le COVID-19 , les vaccins ou autre chose ?

Il y a plus de 99% de chances que ces maladies cardiaques ne soient pas un hasard statistique.

2021 a vu le taux de maladies cardiaques doubler par rapport à la moyenne de toutes les autres années.

Bleu = Toutes les autres années, Rouge = 2021

Blessures plus fréquentes pour 2021 que la moyenne attendue

Blessures qui se sont produites plus d’une fois sur 2000, classées en fonction de la fréquence à laquelle elles sont apparues par rapport au taux moyen de toutes les blessures.

Cette moyenne tient également compte de la moyenne totale par blessure comptée pour traiter équitablement les années où il y a eu moins de blessures.

Ainsi, ici, « Condition cardiaque » se démarque également pour l’année en cours, car les données indiquent le double de la moyenne des autres années.

Une autre blessure qui se démarque est la « contracture », qui est un raccourcissement permanent d’un muscle ou d’une articulation. Cette blessure s’est également démarquée pour 2020, mais pas pour les autres années.

Blessures plus fréquentes pour 2020 que la moyenne attendue

Donc ” Contracture ” se démarque également ici, mais juste au cas où, passons également en revue 2019 à titre de comparaison.

Il semble également que certains cas de COVID-19 , même si j’ai supprimé ces blessures de la liste, peuvent avoir été classés comme « infection virale ».

Blessures plus fréquentes en 2019 que la moyenne attendue

Nombre de blessures cardiaques par trimestre de l’année ordonnée

Jusqu’à présent, il est clair que 2021 est l’année la plus populaire pour les maladies cardiaques.

Il serait intéressant de savoir comment ils se répartissent généralement au cours de l’année et comment ils se comparent aux autres trimestres.

Cela nous permettrait de voir si la plupart des problèmes cardiaques se sont produits aux T2, T3 et T4 de 2021, lorsque la majeure partie des vaccinations COVID a été effectuée pour les footballeurs.

La moyenne des blessures de « condition cardiaque » par trimestre est de 5,14.

Commandons maintenant tous les trimestres depuis 2015. Voici les 20 premiers trimestres présentés.

Le troisième trimestre de 2021 semble donc un peu au-dessus de tous les autres trimestres, suivis des deuxième et quatrième trimestres de 2021.

Dans l’ensemble, cela donne une impression qui n’exclut pas que ces maladies cardiaques soient causées par le vaccin.

Conjecture de fréquence

Ce qui suit est une conjecture complète et des conjectures. Puisqu’il semble y avoir au moins une corrélation, quelle est la fréquence de ces incidents ?

Dans la base de données, j’ai parcouru plus de 900 000 profils , mais tous ne sont pas des joueurs actifs, et les blessures ne sont pas suivies en détail pour les joueurs de moindre envergure. La plupart des joueurs dont les blessures sont suivies devraient avoir au moins une blessure toutes les 2-3 saisons.

J’ai choisi des articles d’actualité dans des listes sur les problèmes cardiaques survenus chez les joueurs de football en 2021 , et beaucoup d’entre eux ne semblaient pas avoir une « condition cardiaque » répertoriée comme une blessure dans Marché des transferts. Il semble donc sûr de dire que toutes les blessures, en particulier pour les joueurs de profil bas, ne sont pas bien suivies.

J’ai décidé de compter tous les joueurs qui ont subi une blessure enregistrée en 18/19, 19/20 ou 20/21. Le nombre total était de 26085 .

En 2021, il y avait 44 problèmes cardiaques , ce qui signifie que la fréquence serait d’environ 1 sur 600.

Les problèmes cardiaques excessifs sont de 30, et si par exemple, nous nous attendons à ce que 70 % des joueurs aient été vaccinés, cela signifierait 30 problèmes cardiaques pour 18259 joueurs vaccinés. Ou de même environ  1 sur 600 .

Conclusion

Il y a plus de joueurs de football avec des problèmes cardiaques cette année que dans beaucoup d’ autres années avant selon les données enregistrées par Marché des transferts. Si nous devions supposer que tout excès est causé par les vaccinations, cela donnerait environ  1 chance sur 600 pour les footballeurs d’avoir une maladie cardiaque après la vaccination.

One thought on “Analyse des données sur les blessures liées au football de 2015 à 2021. Les lésions cardiaques seront-elles plus fréquentes en 2021 ?

  • Convention d’Oviedo (signée par la France et tous les pays de l’UE) :
    ————–
    Chapitre II – Consentement
    Article 5 – Règle générale
    Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé.
    Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques.
    La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement.
    […]
    Chapitre V – Recherche scientifique
    […]
    Article 16 – Protection des personnes se prêtant à une recherche
    Aucune recherche ne peut être entreprise sur une personne à moins que les conditions suivantes ne soient réunies:
    […]
    iv la personne se prêtant à une recherche est informée de ses droits et des garanties prévues par la loi pour sa protection;
    v le consentement visé à l’article 5 a été donné expressément, spécifiquement et est consigné par écrit. Ce consentement peut, à tout moment, être librement retiré.
    […]
    Chapitre IX – Relation de la présente Convention avec d’autres dispositions
    Article 26 – Restrictions à l’exercice des droits
    1 L’exercice des droits et les dispositions de protection contenus dans la présente Convention ne peuvent faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sûreté publique, à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé publique ou à la protection des droits et libertés d’autrui.
    2 Les restrictions visées à l’alinéa précédent ne peuvent être appliquées aux articles 11, 13, 14, 16, 17, 19, 20 et 21.
    ————————
    En résumé, tant que ce sont des AMM conditionnelles, on est en phase d’essais cliniques, donc de “recherche scientifique” selon cette Convention.
    Or, dans cette phase traitée à l’article 16, il faut l’accord de la personne participant aux essais.
    Et aucune restriction, même pour la santé publique, n’est admise pour cette exigence, selon l’article 26.
    Donc, pour obliger quelqu’un à recevoir un médicament, il faut qu’il soit considéré comme efficace et sûr, et qu’il y ait une justification forte de santé publique.
    C’est le fondement de la décision de la CDEH pour des vaccins validés et connus comme étant sûrs depuis des années, voire des dizaines d’années.
    Les “vaccins Covid” ne respectent clairement pas ces conditions.
    Même s’ils étaient approuvés définitivement, comme ils n’empêchent pas la contamination, ce serait encore discutable car la condition “protection de la santé publique” serait incertaine.
    Or, pour la CDEH, une restriction des libertés fondamentales doit être basée sur des données (presque) certaines.

Commentaires fermés.