Angleterre : Une mère de 36 ans est très probablement décédée des suites du vaccin Pfizer, 11 jours après l’administration de la dose, selon une enquête.

Selon le légiste, la mère de deux enfants serait peut-être encore en vie si elle n’avait pas reçu le vaccin anti-covid Pfizer

Dawn Wooldridge avec son mari, Ashley. (HNP Newsdesk/Hyde News & Pictures Ltd)

Une famille a écouté, sous le choc, un médecin légiste révéler qu’il estimait que la mort de cette mère de deux enfants, âgée de 36 ans, était due à la vaccination Pfizer.

L’examen post-mortem du corps de Dawn Wooldridge ne s’était pas avéré concluant.

Mais une enquête a révélé que sa mort inattendue, survenue 11 jours après le premier vaccin Covid de la jeune mère, était probablement due à la vaccination.

Mme Wooldridge a été retrouvée morte à son domicile par son frère en juin de l’année dernière, après avoir omis de récupérer son fils de cinq ans à l’école.

Dans une déclaration au médecin légiste du Berkshire, son mari, Ashley, a dit : “Nous nous sommes rencontrés en vacances en Turquie et nous sommes mariés depuis sept ans cette année. Nous avons eu notre fils il y a presque six ans et notre fille il y a seulement deux ans.

“Ma principale préoccupation est que, lorsqu’ils seront assez âgés, je veux avoir suffisamment d’explications sur la façon dont leur maman est morte. La seule chose qui s’est produite lorsque Dawn est morte, c’est qu’elle a reçu son vaccin contre le Covid avant sa mort.”

La famille, y compris son mari, son frère et sa femme, et ses beaux-parents ont assisté à l’enquête à Reading.

Ils ont entendu comment le jour de sa mort avait été tout à fait normal – elle avait déposé son fils à l’école le matin, rendu visite à une amie pour prendre un café et avait parlé à sa mère au téléphone l’après-midi.

Le médecin légiste a déclaré que le dossier médical de Mme Wooldridge confirmait qu’elle avait reçu son premier vaccin Covid-19 le 4 juin.

Le Dr Sukhvinder Ghataura, pathologiste, a expliqué au médecin légiste que le corps de Mme Wooldridge était en bonne santé au moment de sa mort et que le rapport de toxicologie n’a révélé aucun signe d’alcool ou de drogue dans son organisme à ce moment-là.

Les seuls points relevés étaient une inflammation du cœur, du liquide dans ses poumons ainsi qu’un petit caillot sur ses poumons.

Selon le pathologiste, ces symptômes, ainsi que des irrégularités menstruelles et des douleurs à la mâchoire et au bras dans les jours qui ont suivi le vaccin, étaient liés à une myocardite (inflammation du cœur).

Il a dit au médecin légiste : “Selon toute vraisemblance, elle avait des problèmes liés aux vaccins. Il n’y a rien d’autre sur lequel je puisse m’appuyer. C’est la raison la plus probable, selon moi. Il est plus que probable que Dawn soit morte en réaction au vaccin contre le Covid.”

Le frère de Mme Wooldridge, Stuart Lynch, a demandé au pathologiste : “Pensez-vous qu’elle serait encore en vie si elle n’avait pas eu le vaccin ?”

Le Dr Ghataura a répondu : “C’est une question difficile mais je dirais oui. Je souhaite transmettre mes condoléances à la famille de Dawn.”

En conclusion de l’enquête, la légiste adjointe Alison McCormick a déclaré : “Dawn était une femme mariée de 36 ans. Son mari Ashley et les membres de sa famille sont ici aujourd’hui pour témoigner de la femme qu’elle était.

“Elle vivait à Twyford, près de Wokingham, dans le Berkshire, et était une maman à plein temps. Elle n’avait pas d’antécédents médicaux importants et ne prenait aucun médicament au moment de sa mort. Elle a reçu son premier vaccin Pfizer le 4 juin 2021, et les preuves qui ont suivi montrent que ses règles sont devenues irrégulières.

“Elle a également signalé des douleurs dans son bras et sa mâchoire. Le 15 juin 2021 était une journée normale pour elle. Il n’y a aucune preuve qu’elle était malade ce jour-là. Le matin, elle a accompagné son fils à l’école et est allée prendre un café avec une amie. L’après-midi, elle a eu un appel téléphonique de 15 à 20 minutes avec sa mère.

“Elle n’est cependant pas allée chercher son fils à l’école. Son frère s’est rendu à la maison où il l’a vue, face contre terre, effondrée sur le sol. Elle était aux toilettes avant de s’effondrer.

“Avec l’aide d’un entrepreneur local, il a pu accéder à la maison et un défibrillateur a été utilisé. La police et les ambulanciers se sont rapidement rendus sur place, mais malgré leurs efforts, il n’a pas été possible de lui sauver la vie et elle est décédée à son domicile le jour même.

“Après son décès, une analyse toxicologique et un examen post-mortem ont été effectués et, dans un premier temps, le Dr Ghataura a déclaré qu’il n’était pas en mesure de déterminer la cause du décès de Dawn, affirmant que les résultats de l’autopsie étaient “incertains”.

“Aujourd’hui, j’ai entendu le Dr Ghataura et au cours de son témoignage, il a exprimé un changement d’opinion selon lequel, dans la balance des probabilités, il est plus probable que non qu’elle soit décédée d’une myocardite aiguë due à sa récente vaccination Covid-19.

“Je donne la conclusion narrative que sa mort a été causée par une myocardite aiguë, due à la vaccination  contre le Covid-19″. Ashley, vous aurez quelque chose à dire à vos enfants pour expliquer pourquoi leur mère est morte si tragiquement.”

Source : https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/death-covid-pfizer-vaccine-mother-b2072988.html