Après le confinement, la religion de la science devient de plus en plus sombre.

Après le confinement, la religion de la science devient de plus en plus sombre.

Le scientisme remplace progressivement la religion traditionnelle comme base de la compréhension du monde et de la place que nous y occupons. Un essai récent de Noelle Garnier, paru dans The National Pulse, intitulé “A New American Divinity”, soutient de manière convaincante que la pandémie mondiale a catalysé une conversion massive à cette foi séculaire.

En une seule année, des millions de personnes en sont venues à “croire la science” sans se poser de questions. Garnier écrit : “L’épidémie de COVID-19 a élevé l’autorité des scientifiques médicaux … à des dimensions quasi-religieuses.” Elle conclut par trois questions essentielles : “Qui fait la science ? Quels sont leurs objectifs pour l’avenir de l’humanité ? Et quelle expression le scientisme trouvera-t-il lorsque COVID-19 sera relégué au passé ?”

Une réponse toute prête se trouve dans le travail de l’historien israélien Yuval Noah Harari, auteur du best-seller de 2017 “Homo Deus : Une brève histoire du futur”. Il a certainement l’oreille de la Silicon Valley et de la foule de Davos, si cela a une quelconque incidence sur la direction de la civilisation.

En explorant les différents mondes possibles dans lesquels des humains cybernétiques utilisent la technologie pour s’élever au rang de dieu, compte tenu de notre trajectoire actuelle, Harari avance la théorie selon laquelle une minuscule élite technocratique dominera les masses primitives. En outre, si l’intelligence artificielle produit des algorithmes supérieurs, les ordinateurs en viendront à connaître les gens mieux qu’ils ne peuvent se connaître eux-mêmes.

Si le scientisme est la nouvelle religion de la science et de la technologie, et que le transhumanisme est la voie de l’apothéose, alors le “Dataisme” de Harari est la secte qui vénère le Big Data comme la plus haute puissance terrestre. Qu’elles soient maniées par des propriétaires humains ou des ordinateurs conscients d’eux-mêmes, ces informations mystiques seront utilisées pour contrôler le monde.

Conformément au concept de conversion de masse de Garnier, le verrouillage mondial de 2020 semble être le “grand réveil” du Dataisme.” Partout sur la planète, les gouvernements, les entreprises et les universités ont forcé leurs citoyens et leurs employés à déplacer leur vie en ligne. À part l’invention du smartphone, aucun événement dans l’histoire n’a généré plus de données utiles que la réponse à la pandémie.

Selon le mythe d’Harari, les diverses entités qui détiennent ces données – de Google au Parti communiste chinois – sont sur le point de devenir un véritable sacerdoce mondial.

Humains, dieux et technologie”.

Les scénarios prédits par “Homo Deus” fournissent un aperçu crucial de ce que Harari appelle “l’agenda mondial”. Ce volume reprend le fil de l’évolution là où “Sapiens : A Brief History of Humankind” s’est arrêté.

À de nombreux endroits, le ton d’Harari est triomphant. Certes, la science et la technologie ont permis aux humains de surmonter en grande partie les éternels maux que sont la famine, la maladie et les guerres à grande échelle. La technologie nous rend également plus intelligents et plus efficaces.

Cependant, lorsque Harari se tourne vers l’avenir, les images deviennent sombres, car les humains créent des machines qui nous regardent en retour. Nous tenons dans nos mains des outils capables de nous utiliser plus que nous ne les utilisons. Que se passe-t-il lorsque ces gadgets, ou les personnes qui les contrôlent, prennent le dessus sur nous ?

Les idées contenues dans les deux livres sont quelque peu incohérentes. Néanmoins, le message central de Harari est à la fois un avertissement sérieux et une solide introduction pour ceux qui sont enclins à ignorer les changements rapides qui se produisent tout autour de nous. Ses prédictions reposent sur quelques principes de base : Le pouvoir de la technologie déterminera l’ordre du monde ; les humains ont tendance à vénérer le pouvoir ; et la plupart des gens sont assez peu intelligents.

Dans le bref documentaire VPRO “Humans, Gods, and Technology”, Harari donne une évaluation concise du transhumanisme, du génie génétique, de l’intelligence artificielle et de l’avenir de la spiritualité :

Au XXIe siècle, nous aurons une nouvelle religion “dataïste”, ou une nouvelle religion algorithmique, qui dira aux gens que la source de l’autorité est les algorithmes du Big Data. … En substance, le dataïsme est l’idée que si vous avez suffisamment de données sur une personne, en particulier des données biométriques, et si vous avez suffisamment de puissance de calcul, vous pouvez comprendre cette personne mieux qu’elle ne se comprend elle-même. Et alors vous pouvez contrôler cette personne, la manipuler, et prendre des décisions pour elle. Et nous nous rapprochons du moment où Facebook, Google et le gouvernement chinois connaissent les gens bien mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

Pour ceux qui ont été spécifiquement ciblés pour la surveillance et la manipulation, c’est probablement déjà une réalité.

La clé, cependant, est le processus de prise de décision. Lorsque les êtres humains sont confrontés à des choix cruciaux – qu’il s’agisse d’éducation, de carrière, de mariage ou de religion – nous prenons en compte les meilleures informations disponibles et suivons notre instinct pour faire le bon choix. Mais que se passe-t-il si les algorithmes de l’IA ont une connaissance plus approfondie de notre esprit que nos collègues, nos amis, notre famille ou même nous-mêmes ?

Si les technocrates ont un accès total à nos empreintes de données détaillées, imaginez le pouvoir que des messages ciblés pourraient exercer sur une personne, ou une population entière. On ne l’appelle pas le “Dieu Google” pour rien.

Pourtant, tout au long de ses écrits, le thème du choix humain fait que Harari se prend les pieds dans le tapis. D’une part, il adhère à la théorie neuroscientifique selon laquelle le libre arbitre est une illusion, arguant que la prédisposition génétique, la cognition subconsciente et d’autres phénomènes bioculturels convergent pour prendre nos décisions avant même que nous ayons l’expérience de sélectionner un “choix”.

Malgré cela, les prédictions de Harari nous offrent des choix clairs. Faisons-nous confiance aux machines superintelligentes (ou à leurs propriétaires) ? Allons-nous simplement nous soumettre à leur pouvoir ? Fusionnons-nous nos corps et nos esprits avec des machines afin de nous approprier ce pouvoir ? Ou bien tentons-nous d’éviter complètement ces voies ?

Les prédictions d’Harari dans “Humains, dieux et technologie” – livrées avec un sourire en coin – sont intentionnellement provocantes :

Les nouveaux pouvoirs que nous acquérons aujourd’hui… vont vraiment nous transformer en dieux. Les humains acquièrent des capacités divines. Surtout la capacité de créer et de concevoir la vie… Je doute que l’Homo sapiens soit encore là dans deux cents ans. Soit nous nous détruirons, soit nous nous améliorerons et nous nous transformerons en quelque chose de très différent de l’Homo sapiens … Des corps différents, des cerveaux différents, des esprits différents.

Mais ce pouvoir divin ne sera pas distribué de manière égale. Une fois que le travail humain aura été remplacé par l’automatisation et l’intelligence artificielle – notamment les médecins, les chercheurs, les programmeurs informatiques, les réparateurs d’ordinateurs et les écrivains -, les élites techniciennes devront trouver quoi faire de la nouvelle “classe inutile”.

La proposition d’Harari ? Fournir à tous de la nourriture, des soins de santé et un revenu universel – puis les laisser jouer avec eux-mêmes :

La grande question est celle du sens. Que feront-ils toute la journée ? … Ils passeront de plus en plus de temps à jouer à des jeux de réalité virtuelle. Ils y trouveront beaucoup plus d’excitation et d’engagement émotionnel que dans le “monde réel” extérieur … On pourrait dire que depuis des milliers d’années déjà, des millions de personnes ont trouvé un sens en jouant à des jeux de réalité virtuelle. Nous appelons simplement ces jeux des “religions”.

La théorie veut que les désirs humains puissent être satisfaits par des environnements artificiels où un comportement correct permet d’atteindre des niveaux supérieurs – que ce soit dans les écoles, les églises, les terrains de sport ou la réalité virtuelle. Par conséquent, des écrans vidéo interactifs serviront de médiateurs à l’expérience religieuse de la “classe inutile”. Quiconque a enfilé une nouvelle paire de lunettes de réalité virtuelle sait que ce n’est pas aussi fou que cela pouvait paraître il y a quelques années.

Comme des singes orphelins en cage

Cette vision du progrès a tendance à susciter le ridicule ou l’horreur. Les humains ont un besoin profond de compagnie et d’un but plus élevé que, finalement, les aventures artificielles ne parviennent pas à satisfaire. Aussi convaincante que soit une simulation numérique, aussi puissant que soit le produit pharmaceutique, ni l’une ni l’autre ne peut véritablement combler notre besoin de sens.

Harari évoque ces doutes. Malgré son ton moralement ambivalent lorsqu’il évoque le remplacement de l’humanité, il fait preuve d’une grande empathie pour les êtres sensibles. Même s’il compare froidement la pratique de la castration des taureaux, vieille de 10 000 ans, au rôle archaïque des eunuques et aux procédures modernes de changement de sexe, son écriture trahit un faible pour les mammifères non humains et les personnes sans défense.

Dans “Sapiens”, Harari décrit explicitement le décalage entre l’instinct d’un veau sauvage de rester près de sa mère – ou de se promener librement – et le paysage infernal d’une ferme industrielle. Cette situation est juxtaposée à la célèbre expérience psychologique des années 1950 dans laquelle un singe orphelin était maintenu dans une cage avec deux mamans artificielles.

L’une des “mères” était faite de fils métalliques, mais tenait une bouteille de lait. L’autre était recouverte de fourrure. Le bébé singe a instinctivement préféré le contact avec la mère en fourrure, même s’il s’étirait pour boire au biberon de l’autre.

Harari note que ces singes, privés de véritables liens affectifs dans des environnements artificiels, deviennent très agressifs et incapables de se socialiser lorsqu’ils sont relâchés dans une population normale.

Les implications pour les humains qui naviguent dans les dédales urbains, totalement dépendants des appareils numériques, devraient être évidentes. Nous n’avons pas été créés pour être satisfaits par des machines. Mais, grâce aux progrès du génie génétique et des implants cérébraux, Harari affirme que les scientifiques seront en mesure de modifier les instincts comme ils l’entendent – des dieux terrestres décideront de ce que les humains voudront en premier lieu. Indépendamment de la question de savoir si le succès est même possible, la tentative est en bonne voie.

Pourtant, en fin de compte, quelque chose dans notre nature humaine se déchaîne contre la machine. La question est de savoir si nous avons l’intelligence et la volonté d’affronter cette réalité, ou si nous nous soumettons docilement au plus haut pouvoir terrestre.

Joe Allen est un compagnon primate qui se demande pourquoi nous sommes descendus des arbres. Pendant des années, il a travaillé comme monteur sur diverses tournées de concerts. Entre deux concerts, il a étudié la religion et les sciences à UTK et à l’université de Boston. Retrouvez-le sur www.joebot.xyz ou @JOEBOTxyz.