Baskets, vêtements, jouets : vers une pénurie dans certains magasins ?

Certains produits commencent à manquer dans les rayons des magasins. En cause, le variant Delta qui entraine des fermetures d’usines de textile en Asie du Sud-Est, particulièrement au Vietnam.

Le géant américain Nike craint une pénurie à Noël. © Maxppp – Philippe Turpin

Confinement strict au Vietnam, problèmes d’acheminement depuis la Chine… de plus en plus de biens de consommation courante sont menacés par des retards, des ruptures de stocks voire des pénuries. 

Les géants de l’habillement se retrouvent fragilisés par la crise sanitaire et notamment le confinement strict et prolongé du Vietnam. De grandes marques internationales sont devenues de plus en plus en plus dépendantes des fabricants de ce pays d’Asie du Sud-Est. Lorsque la dernière vague de Covid-19 a frappé le pays au printemps, la production a chuté de 50%. Ajoutez à cela des mesures de confinement contrôlées de manière stricte qui ont empêché de nombreux vietnamiens de se rendre au travail ou de circuler pendant de longues périodes.

Risque de rupture d’approvisionnement dans le domaine du textile

L’équipementier Nike, qui produit la moitié de ses chaussures au Vietnam, a annoncé des pénuries et a revu ses prévisions de vente à la baisse, déclarant que 80% de ses usines dans le sud du pays ont du fermer. Le propriétaire de la marque Uniqlo, a également mis sur le compte du blocage du Vietnam des retards dans la production de ses vêtements. Adidas a de son côté estimé que la baisse de ses ventes pourrait atteindre jusqu’à 500 millions d’euros d’ici à la fin de l’année.  Plusieurs marques dont Nike et Adidas ont annoncé qu’elles envisageaient de produire temporairement ailleurs qu’au Vietnam. 

Des pénuries chez Ikea 

La pandémie n’a pas seulement frappé l’industrie textile, en France Ikea reconnaît un taux de pénurie de 20% dans ses rayons. La chaîne suédoise d’ameublement explique sur son site qu’elle est directement impactée par la crise mondiale. “Nous faisons face à des ralentissements de notre chaine de production et de distribution dus à la congestion des transports, aux difficultés et ralentissement d’approvisionnement de matières premières, notamment en Europe où la majorité de nos meubles sont produits. Cette situation impacte malheureusement la disponibilité de certains de nos produits.”

Faut-il s’inquiéter pour les jouets de Noël ? 

Comme de nombreux autres secteurs de l’économie, les géants du jouet peinent à s’approvisionner et à acheminer leurs livraisons. Les raisons sont multiples : des usines ferment sporadiquement à cause de pics de contamination au Covid-19, les transporteurs maritimes sont submergés par la demande avec le commerce en ligne et il y a une pénurie de conteneurs. Dans certains ports, les bateaux attendent plusieurs jours pour décharger leurs marchandises. Des retards ou indisponibilités sont donc à prévoir dans les rayons et certains professionnels du secteur misent sur une augmentation des prix de certains produits. 

Source : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/chaussures-vetements-jouets-de-noel-vers-une-penurie-1633584524

2 thoughts on “Baskets, vêtements, jouets : vers une pénurie dans certains magasins ?

  • Non ce n’est pas le virus qui provoque ces “pénuries” c’est la volonté de mise à la poubelle de toute l’économie mondiale programmée ,le virus n’est que le prétexte qui sert les mondialistes dont bien peu connaissent le projet final,alors les jouets de <noël on s'en tape , y a bien plus urgent à faire en commençant par le ménage desdits mondialistes posthumanistes,il était évident que mettre a l'arrêt le commerce mondial ne pouvait qu'entraîner ce brillant résultat ,il faudra des mois pour remettre à peine au niveau de mars 2019 les échanges entre pays il suffit de voir le baltic dry index et ses variations pour s'en rendre compte.Aveuglés par la propaganda staffel covid les peuples se sont fait avoir dans les grandes largeurs et n'ont rien compris a ce qui arrivait et c'est pas demain la veille vu le niveau qu'ils comprendront quelque chose

  • Des objets fabriqués à bas prix et revendus hors de prix ! Cela ne m’affecte pas du tout. Je vais dans les ressourceries.
    La pénurie des énergies m’affectera.
    Et les pénuries alimentaires m’affecteront vraiment !
    Chacun ses priorités.

Commentaires fermés.