Canada : Un ancien membre de la brigade des crimes à caractère haineux de la police de Calgary compare la politique de vaccination à l’Holocauste.

Avertissement : Cette histoire contient des détails que certains lecteurs peuvent trouver pénibles.

Un ancien membre de l’unité des crimes haineux de la police de Calgary affirme que les vaccins créent un système à deux vitesses. 1:17

Un ancien membre de l’unité chargée des crimes haineux de la police de Calgary a publié une vidéo devenue virale dans laquelle il compare la politique de vaccination de la ville à l’Holocauste.

Selon la police de Calgary, l’agent est actuellement suspendu avec solde.

Dans une vidéo de 10 minutes, l’agent Brian Denison, en uniforme, compare la vaccination à l’Holocauste. Brian Denison compare le statut de la vaccination au génocide qui a tué des millions de personnes.

“Ceux qui sont vaccinés, beaucoup d’entre eux nous regardent de haut, nous qui ne sommes pas vaccinés, et c’est ainsi qu’est né le système à deux vitesses”, a déclaré Denison.

Selon lui, cela rappelle “la guerre mondiale qu’Hitler a menée contre les Juifs”.

“Il a lentement mais sûrement retiré les droits, les privilèges, toutes les choses que les gens trouvent valables dans la vie, il les a dépouillés, et ensuite il a pu les diaboliser.”

Dans la vidéo, enregistrée en septembre, Denison dit qu’il est officier depuis 24 ans.

Un programme toxique et conspirationniste

Dans une déclaration faite plus tôt cette année, B’nai Brith Canada, une organisation juive de défense des droits de l’homme, s’est dite dégoûtée et préoccupée par un certain nombre d’incidents récents au cours desquels la mémoire de l’Holocauste a été ternie par des manifestants du COVID-19, notamment à Calgary.

“L’abus de la mémoire de l’Holocauste pour servir un agenda toxique et conspirationniste doit cesser”, a déclaré Michael Mostyn dans la déclaration, directeur général de B’nai Brith Canada.

“Il y a place pour un débat sain dans la société canadienne sur la façon de s’attaquer à COVID-19, mais l’utilisation bon marché de l’imagerie de l’Holocauste est horrifiante et dépasse les bornes.”

Au Canada, certains manifestants ont qualifié les ordonnances de santé publique de génocide, ont porté les étoiles jaunes que les Juifs étaient forcés de porter dans l’Europe occupée par les nazis et ont même assisté à des manifestations affichant des images d’Anne Frank, l’adolescente juive qui est morte dans un camp de concentration nazi et dont les journaux intimes ont été publiés à titre posthume et lus dans le monde entier.

Dans un communiqué envoyé par courriel, la police de Calgary a déclaré être au courant de la vidéo. Ils ont dit que Denison est relevé de ses fonctions avec salaire pour ne pas avoir adhéré à la politique de vaccination COVID-19 de l’organisation.

Ils disent que la section des normes professionnelles enquête et que le CPS cherche à obtenir une dispense de service sans salaire en vertu des dispositions de la loi sur la police de l’Alberta.

“Nous reconnaissons et partageons la déception de la communauté juive par rapport aux remarques faites dans la vidéo”, indique le communiqué.

“Nous respectons la décision de nos employés de se faire vacciner ou non. Nous valorisons l’inclusivité et la collaboration sur notre lieu de travail et, à ce titre, nous proposons le programme de dépistage rapide à nos employés qui ne sont pas vaccinés, pour diverses raisons.”

Source : https://www.cbc.ca/news/canada/calgary/calgary-police-vaccine-video-1.6273603

2 thoughts on “Canada : Un ancien membre de la brigade des crimes à caractère haineux de la police de Calgary compare la politique de vaccination à l’Holocauste.

  • Les défenseurs de la mémoire de l’Holocauste ne devraient pas être aussi frileux par rapport aux comparaisons des événements actuels avec ceux d’il y a 8 décennies… comparaison n’est pas raison mais ce que je retiens de l’intervention de cet expert en “crime haineux” (et si le génocide des Juifs n’en est pas un, je me demande ce que c’est) c’est le discours sur le mécanisme par lequel la haine s’installe : propagande, division, syndrome du bouc-émissaire, propagation de la haine et finalement actes haineux. Le processus par lequel les autorités sanitaires et politiques stigmatisent une population non vaxxinée qui se voit ostracisée, insultée, menacée, confinée de force, … et puis… la suite ce sera quoi? Même chose pour les défenseurs des droits humains traités de complotistes, de dégénérés (je pense aux “gilets jaunes”), … Non… Mesdames et Messieurs les défenseurs de la mémoire de la Shoah, les gens qui osent ces comparaisons n’ont pas de mépris ni ne cherchent à minimiser l’ampleur du génocide juif : ils cherchent simplement à ne pas faire partie des nouvelles charrettes pour l’enfer… vous, mieux que n’importe qui d’autre, devriez comprendre cette attitude qui, à bien y regarder, tire les leçons du passé. Etre Juif et traiter les défenseurs de la liberté de complotiste, c’est le meilleur moyen de revivre les jours les plus sombres.

    • 100 % d’accord ! le fait que l’expression “passe nazitaire” soit née en Israël ne doit rien au hasard !

Commentaires fermés.