Catastrophe en route pour l’Ecosse comme prévue dans tous les Etats corrompus.

Cette situation absolument bizarre continue….

Notre cinquième vague semble avoir atteint son apogée maintenant – croisons les doigts. C’est deux fois le nombre de cas quotidiens de la dernière vague.

La tendance à la positivité semble également encourageante – je pense que nous pouvons nous attendre à ce que le nombre de cas continue de baisser maintenant, compte tenu de la baisse de la positivité. Nous sommes toujours au-dessus du niveau de la vague de vaccins de janvier – étonnant dans un mois de septembre chaud.

Le graphique 3 montre que nous n’avons jamais vu de pourcentages positifs aussi élevés depuis que nous avons effectué un nombre comparable de tests. Imaginez ceci : nous avons eu les samedis, dimanches, lundis, mardis, mercredis, jeudis et vendredis les plus élevés (c’est donc tous les jours de la semaine) au cours des trois dernières semaines. Nous sommes en septembre. Ce n’est pas l’heure d’hiver.

Le graphique 4 me coupe littéralement le souffle chaque fois que je le vois récemment. A quoi sert cette quantité de tests ? Les laboratoires communautaires ont effectué 48 000 tests hier. Des dépenses et des ressources absolument alléchantes qui y sont dirigées. Pourquoi? A qui profite cela ? Est-ce le peuple écossais, lorsque les fiducies du NHS autour de l’Écosse diffusent des messages en détresse sur les réseaux sociaux ? Le NHS Fife annule les traitements et le NHS Grampian a envoyé un autre message à Facebook suppliant ses résidents de ne pas voir toute leur famille en même temps aujourd’hui.

Graphique 4

Espérons que dans le graphique 5, nous constatons la fin de la hausse des tests et que le nombre de tests redescende également. Ce cycle n’est que destructeur.

Graphique 5

Le graphique 6 montre que nous pouvons nous attendre à ce que le taux d’occupation des hôpitaux avec covid dépasse le pic de novembre 2020, peut-être d’ici une semaine ou un peu plus. C’est une pente très raide que nous voyons maintenant. Bizarre et inquiétant. Regardez aussi les décharges différées. Il s’agit d’une situation très difficile et d’une augmentation de 50 % par rapport aux niveaux hivernaux. Les décès augmentent.

Graphique 6

Graphique 7 – Le taux d’occupation des hôpitaux est maintenant de 977. Le 11 septembre de l’année dernière, nous en avions 45. C’est 22 fois plus de patients hospitalisés aujourd’hui qu’à la même époque l’année dernière. L’augmentation est plus rapide qu’en octobre dernier. Nous pouvons nous attendre à atteindre ce pic de novembre d’ici une semaine environ.

Graphique 7

Les comparaisons défavorables se poursuivent dans le graphique 8 – cette récente hausse des décès est inquiétante et contraste fortement avec celle de septembre dernier.

Graphique 8

Graphique 9 – Glasgow se porte très mal mais toutes les régions se rapprochent rapidement des niveaux d’occupation de novembre dernier.

Graphique 9

Les graphiques 10 et 11 – montrent que les vaccinations ralentissent – ​​jusqu’à ce que Whitty approuve les vaccins pour les enfants, annulant ainsi le JCVI très pro-vaccin qui ne pouvait pas se résoudre à recommander la vaccination des enfants du tout.

Graphique 10

Graphique 11

Comment fonctionne le vaccin pour l’Écosse? Pas bien. Nous avons un besoin urgent d’explications à ces phénomènes que nous voyons. Jusqu’à présent, le vaccin n’a pas du tout réduit les hospitalisations dues au covid. Il n’y a aucune indication que ce soit, au niveau de la population. Nous avons beaucoup plus de «cas» maintenant et le gouvernement semble utiliser cela pour montrer que la gravité de la maladie diminue. Mais la question de savoir pourquoi tant de personnes sont infectées à cette période de l’année avec tant de vaccinés est la première question qui se pose en regardant ces données et c’est la question qui n’est absolument pas abordée.

Ce n’est pas assez bon pour l’Écosse, la façon dont nous sommes traités avec la coercition pour nous faire vacciner vient maintenant du gouvernement. Et si les vaccins sont le problème, comme le prédisent certains vaccinologues, alors les distribuer aux enfants est absolument la pire chose à faire. C’est tout risque et aucun avantage.