Clearview AI vise 100 milliards de portraits dans sa base de données, afin de pouvoir identifier “tout le monde”

En toute discrétion, Clearview AI tente de séduire de nouveaux investisseurs afin de bâtir une base de données inédite de 100 milliards de photos, exploitées par son outil de reconnaissance faciale. Objectif : s’étendre à l’international.
© Getty Images

Clearview AI dit aux investisseurs être sur la bonne voie pour avoir collecté 100 milliards de portraits dans sa base de données d’ici un an, un nombre suffisant pour garantir que ‘presque tout le monde’ sera identifiable à l’échelle mondiale“, écrit le quotidien américain. Toujours selon le Washington Post, Clearview AI disposerait déjà de 10 milliards d’images dans sa base de données, qui grossirait actuellement au rythme effréné de 1,5 milliard de nouveaux portraits chaque mois. L’entreprise a même chiffré ses besoins financiers pour atteindre 100 milliards de photos, qu’elle estime à 50 millions de dollars.

Le plan présenté aux investisseurs est aussi clair que terrifiant : finir de composer cette base internationale pour améliorer sa solution de reconnaissance faciale — voire créer de nouveaux produits de ce genre —, afin de lancer sa commercialisation dans de nouveaux pays. Des équipes de vente locales pourraient être recrutées sur ces marchés, et des investissements en lobbying y seront consentis, afin de faire pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils généralisent le recours à la reconnaissance faciale.

Parmi les pistes de nouvelles applications sur lesquelles planche Clearview AI figure l’identification des gens via l’analyse de leur démarche (un procédé déjà testé en Chine qui permet d’identifier les personnes de profil ou de dos) ainsi que la prise d’empreintes digitales à distance.

Des méthodes décriées

Pour rappel, Clearview AI a commencé à composer sa base de données en aspirant les photos et vidéos disponibles publiquement sur les réseaux sociaux. Facebook, Google, Twitter ou encore YouTube ont tous indiqué que cette opération constituait une infraction à leurs règles d’utilisation et sommé Clearview AI de cesser de telles pratiques et d’effacer les données ainsi obtenues. Ce que Clearview AI refuse de faire. Hoan Ton-That, patron de l’entreprise, indique que ces données sont protégées par le premier amendement. Il ajoute que la base de données est constituée légalement, via des millions de sites Internet différents, et compare cela à l’indexation des sites que réalise Google.

Enfin, il indique que Clearview AI a fait le choix de ne pas commercialiser sa solution au grand public, la vendant uniquement aux forces de l’ordre pour les aider dans leurs enquêtes afin de lutter contre le crime. Pour autant, son application s’est retrouvée entre les mains de certaines célébrités, et pas seulement d’agents gouvernementaux. Il n’est d’ailleurs pas certain que le modèle économique de Clearview AI n’évolue pas à l’avenir, ce qui — selon Hoan Ton-That — donnerait lieu à une mise à jour de ses engagements publics.

Parmi les plateformes intéressées, nous pouvons lister Airbnb, Lyft ou encore Uber qui, toutes trois, ont déjà approché Clearview AI. Elles chercheraient, en utilisant la reconnaissance faciale, à améliorer la sécurité de leurs services. Pour l’heure, ces éventuelles collaborations restent hypothétiques, aucun projet de ce genre n’ayant officiellement abordé par Clearview AI. En revanche, Hoan Ton-That est fier de rappeler à qui veut l’entendre que sa technologie a été utilisée pour identifier les émeutiers du 6 janvier 2021 à Washington D.C., suite à la prise du Capitole des Etats-Unis.

Source : https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/clearview-ai-vise-100-milliards-de-portraits-dans-sa-base-de-donnees-afin-de-pouvoir-identifier-tout-le-monde-n176945.html

Commentaires fermés.