CONFLIT : Le président de Reuters est un investisseur et un membre du conseil d’administration de Pfizer.

Le président et ancien directeur général (PDG) de l’agence de presse Reuters – James C. Smith – est un investisseur de premier plan et membre du conseil d’administration du géant pharmaceutique Pfizer. Il a été élu au conseil d’administration en 2014, et a rejoint les comités de gouvernance d’entreprise et de science et technologie de Pfizer. Cette nouvelle soulève de graves problèmes de conflit d’intérêts, car les médias d’entreprise tels que Reuters continuent de promouvoir les produits Pfizer, de défendre les entreprises pharmaceutiques contre les critiques et de faire taire les sceptiques.

M. Smith est actuellement président de la Fondation Thomson Reuters, l’organisation caritative basée à Londres connue pour fournir des nouvelles et des informations à des milliards de lecteurs. Il a également été président, directeur général et membre du conseil d’administration de Reuters de 2012 à sa retraite en 2020.

Il travaille pour l’organisation depuis 1987, lorsqu’elle était connue sous le nom de groupe Thomson Newspaper. Il a également occupé le poste de PDG de la division professionnelle, supervisant les activités juridiques, fiscales et comptables, ainsi que la propriété intellectuelle et les sciences. Plus tard, il a dirigé les opérations de l’organisation de presse en Amérique du Nord.

Dans une déclaration officielle de l’époque, Ian Read, président-directeur général de Pfizer, a déclaré : “Nous sommes heureux que Jim Smith ait rejoint le conseil d’administration de Pfizer. Il apporte au Conseil de Pfizer son leadership et son expérience des affaires opérationnelles et internationales, et sera un excellent atout pour l’entreprise. L’arrivée de Jim au sein de notre conseil permet de s’assurer que Pfizer continuera de bénéficier d’une expérience étendue et variée. “

Au cours de la seule année dernière, Reuters a publié plus de 22 000 articles mentionnant Pfizer. L’entreprise n’a publié que 8 191 articles relatifs à Moderna, et 18 000 relatifs à Johnson & Johnson. La plupart des articles sur Johnson & Johnson étaient négatifs, contrairement à ceux sur Pfizer.

M. Smith est également lié au Forum économique mondial (WEF), où il siège au conseil d’administration de l’initiative “Partnering Against Corruption”. Il est également membre des conseils consultatifs des affaires internationales du WEF, de British American Business et de l’Atlantic Council.

Selon le Wall Street Journal, M. Smith occupe également le poste de président-directeur général de Refinitiv Transaction Services, Ltd, qui affichait un chiffre d’affaires de 6,25 milliards de dollars avec plus de 40 000 clients et 400 000 utilisateurs finaux dans 190 pays. Refinitiv était membre du groupe Thomson Reuters jusqu’en 2018.

Traduction de l’article :

4 thoughts on “CONFLIT : Le président de Reuters est un investisseur et un membre du conseil d’administration de Pfizer.

  • La pieuvre déployée depuis de nombreuses années par les laboratoires, Pfizer en tête, s’étend dans tous les domaines susceptibles de promouvoir leurs intérêts financiers, quitte à masquer la vérité, quitte à travestir l’information. Au mépris total de la santé et de la vie de plusieurs milliards de personnes dans le monde.

    A tout bien considéré, finalement ce n’est pas une pieuvre mais l’hydre de Lerne, ce serpent de la mythologie grecque à plusieurs têtes qui repoussent dès qu’elles sont tranchées. Les ramifications sont tellement importantes dans tous les interstices de la société qu’on peut se dire que lutter contre elle, est vain.

    Cela me fait penser à la mafia par tant de similitudes.
    La longévité du pouvoir mafieux s’explique, dans une large mesure, par son ancrage territorial, son caractère structuré et ses liens avec la classe politique.
    Si on ne parvient pas à couper toutes les têtes, qu’au moins nous détruisions leurs relais dans la classe politique.
    Avec la même énergie qu’ils déploient à détruire nos vies.

    • Couper la tête de la malfaisante pieuvre pfizer permettra de faire tomber toutes les ramifications dans le monde dans les gouvernements .

      pfizer société aux multiples procès et reconnue coupable pour falsification , mensonge , produit dangereux etc …

  • Boh les salopards ne sont plus à ça près. Ils ne cherchent mêmes pas à cacher leurs magouilles car ils savent que les veaux-bisounours en face s’indignent mais ne sont pas une menace. Pour l’instant, ils se gavent, se remplissent les poches le plus vite possible et dégageront se mettre à l’abri là où personne ne les trouveras…enfin c’est ce qu’ils croient…

Commentaires fermés.