Convoi de la liberté Canada : le mouvement bloque l’économie, Biden demande à Trudeau d’agir

Convoi de la liberté Canada : le mouvement bloque l'économie, Biden demande à Trudeau d'agir

La police fait face à des camions du «convoi de la liberté» à Ottawa, au Canada, le 10 février 2022.

Le mouvement étant en stagnation dans les rues de la capitale fédérale Ottawa, selon une journaliste de l’AFP, les manifestants du “convoi de la liberté” ont décidé de frapper directement l’économie. Pour ce faire, ils paralysent certaines voies essentielles, espérant ainsi que le gouvernement de Justin Trudeau accepte enfin de mettre un terme à sa politique sanitaire. Des centaines de camions bloquent néanmoins toujours les rues à Ottawa, installés devant le Parlement et les bureaux du Premier ministre Justin Trudeau, qui a qualifié le 9 février ces blocages d’« inacceptables » et de menace pour l’économie.

Les manifestants bloquent des endroits stratégiques pour l’économie de l’industrie automobile

Une semaine après le blocage du pont Ambassador, entre l’Ontario et Detroit (Michigan), aux États-Unis, qui perturbe l’industrie automobile des deux côtés de la frontière, les manifestants canadiens, dans les rues depuis bientôt deux semaines, bloquent désormais un nouvel axe, celui qui relie Manitoba au Dakota du Nord.

 

« Aucune circulation n’est possible », a fait savoir le jeudi 10 février au matin la police de la province du Manitoba (centre) en raison d’une manifestation impliquant un «grand nombre de véhicules et d’équipements agricoles» à Emerson. Du fait de ces blocages, plusieurs usines des constructeurs automobiles Ford, Stellantis et Toyota en Amérique du Nord ont été contraints de fermer temporairement ou de fonctionner à capacité réduite. Chaque année, près de 2,5 millions de camions empruntent le pont Ambassador, nerf central pour l’industrie automobile, et plus de 25% des marchandises exportées entre les États-Unis et le Canada y transitent.

Washington demande au Canada d’intervenir contre ces blocages frontaliers

Par leurs actions, les manifestants contre les mesures sanitaires font craindre aussi bien à Joe Biden qu’à Justin Trudeau de sérieuses pertes financières, en particulier dans le secteur automobile. Aussi, les Etats-Unis ont demandé au Canada de faire usage des “pouvoirs fédéraux” de façon à faire cesser ces blocages anti-mesures sanitaires. Des responsables de la Maison-Blanche ont fait savoir que Washington avait proposé son « aide pleine et entière », précisant que l’administration Biden était « mobilisée 24 heures sur 24 pour mettre fin rapidement » à la crise.

Le Premier ministre Justin Trudeau a de nouveau appelé le 10 février à la fin des manifestations. « Il est temps que cela finisse car cela fait mal aux Canadiens », a-t-il déclaré, sans pour autant proposer de plan d’action concret. Son gouvernement s’en est tenu à dire que des effectifs policiers seraient envoyés aux points de blocage, sans donner plus de précisions.

« Nos entreprises du secteur de l’automobile, de l’industrie et de l’agriculture en ressentent les effets », a condamné la gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer. Pour sa part, le maire de la ville de Windsor, Drew Dilkens, a déclaré qu’il comptait expulser les manifestants par la force s’il obtient l’autorisation d’un tribunal. « Le préjudice économique que cette occupation cause au commerce international ne peut pas durer et doit cesser », a-t-il asséné.

Autant de déclarations qui ont suscité de vives réactions à droite de l’échiquier politique américain. Entre autres, la présentatrice sur la chaine américaine, Fox News, Tomi Lahren s’est empressée de noter dans un tweet que « les mêmes qui ont qualifié de « globalement pacifiques » les émeutes à l’été (2020) du mouvement Black Lives Matter, marquées par incendies, pillages, violences et destructions, veulent maintenant qualifier les routiers du convoi de la liberté de « voyous » et d’« égoïstes » ? De qui se moque-t-on ?!! ». Et d’ajouter dans un second : « Les élites gauchistes veulent maintenant salir les routiers parce que leurs actions entrainent des blocages. C’est drôle. Je crois me rappeler que vous applaudissiez les fermetures et confinements. Maintenant, vous enragez de voir les gens moyens se battre pour les libertés. Il faut un nouveau type confinement, celui de la con**rie. »

Lors d’un débat sur la chaine Fox News le 9 février, elle a enfin appelé à ce que cesse « la diabolisation de la classe ouvrière » et rappelé que « les pères fondateurs des États-Unis se sont aussi battus pour leurs droits et leurs libertés. »

One thought on “Convoi de la liberté Canada : le mouvement bloque l’économie, Biden demande à Trudeau d’agir

  • Les confinements et les mesures sanitaires ont bloqué l’économie mondiale pendant deux ans! Biden devrait demander à Trudeau de démissionner et Trudeau devrait demander à Biden de rejoindre sa maison de repos (avec des barreaux). On devrait se cotiser pour leur offrir la vacation d’un petit ilot désert dans la mer du Pacifique où ils rejoindraient Macron, Johnson, De Croo, Merkel, …, Soros, Gates, … et quelques membres des familles royales européennes.

Commentaires fermés.