Covid-19. Au Royaume-Uni, la flambée des cas de contamination se poursuit malgré la vaccination

À l’inverse de la France, où la situation s’améliore, le Royaume-Uni se débat toujours avec un nombre faramineux de contaminations. Et tous les regards se tournent vers les ados.

Le mur du « Covid Memorial » de Londres continue de se remplir de cœurs, en hommage aux 138 167 victimes de la pandémie. | ARCHIVE TOLGA AKMEN/AFP

Rebelote ! Après avoir connu une relative accalmie début septembre, avec « seulement » ​30 000 cas de Covid-19 par jour, le Royaume-Uni replonge. Les compteurs se sont affolés, avec plus de 49 000 contaminations dimanche 10 octobre. Autant que lors du pic estival de l’épidémie, mi-août.

À l’époque, la France, jumelle en nombre d’habitants, atteignait quasiment les mêmes records. Aujourd’hui, les contaminations y sont divisées par huit (5 880 nouveaux cas mardi 12 octobre). La même décrue est flagrante dans tout l’ouest de l’Europe.

Les Britanniques ne sont-ils pas bien vaccinés ?

Si. Avec 67,6 % de sa population totalement vaccinée, le Royaume-Uni est au même point que la France (67,2 %), selon l’Institut Johns-Hopkins. Mais alors qu’il avait lancé sa campagne de vaccination sur les chapeaux de roues dès décembre – un mois avant la France –, le pays patine depuis des semaines. « Nous avons trop tardé à élargir la vaccination aux adolescents alors que nos voisins européens l’ont fait très vite »​, observe le professeur Neil Ferguson, membre du conseil scientifique britannique (Sage), dans le Guardian.

Cela coince-t-il chez les adolescents ?

C’est le point noir en Angleterre, où la plus grande cacophonie a régné début septembre, en pleine rentrée scolaire. Prenant le contre-pied de ses homologues européens, le comité de vaccination avait alors jugé « pas nécessaire » ​de vacciner les adolescents. En Écosse, où les cours avaient repris dès août, la flambée de cas était pourtant déjà bien visible.

Il a fallu attendre le 20 septembre pour que les 12-15 ans aient enfin accès à leur première dose. Très tard, alors que le virus s’en donnait déjà à cœur joie dans les écoles britanniques… En France, où le vaccin est accessible aux ados depuis mi-juin, 68 % d’entre eux sont déjà doublement protégés.

Des vaccins moins efficaces ?

Les Britanniques paient aussi, selon certains experts, le fait d’avoir massivement vacciné à l’AstraZeneca : « Les pays d’Europe qui ont principalement utilisé le Pfizer, un peu plus efficace contre les variants, apparaissent désormais mieux immunisés que nous »​, constate Neil Ferguson. Les autorités ont d’ailleurs annoncé mi-septembre une troisième dose pour les plus de 50 ans et les soignants.

Peu de cas graves ?

Si le virus cavale, il tue moins, les plus fragiles étant largement vaccinés. Dimanche 10 octobre, le pays n’a déploré « que​ » ​56 décès, loin de la journée la plus noire de la pandémie, le 20 janvier, avec 2 677 morts.

De « grosses erreurs » ?

Avec 138 167 décès, le Royaume-Uni reste le pays le plus endeuillé d’Europe derrière la Russie, deux fois plus peuplée (officiellement 213 500 morts, mais sans doute beaucoup plus).

Un rapport parlementaire cinglant, dévoilé mardi, pointe d’ailleurs les « grosses erreurs » ​du gouvernement britannique, qui a longtemps nié la gravité du virus et a trop tardé à confiner : « Des milliers de morts auraient pu être évités. » ​L’équipe de Boris Johnson prend note, mais refuse de s’excuser. Et n’envisage pas, pour l’instant, de rétablir les restrictions, très allégées depuis cet été. Pas question de gâcher les vacances du Premier ministre et de son épouse à Marbella, en Espagne…

Source :https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-au-royaume-uni-la-flambee-des-cas-de-contamination-se-poursuit-malgre-la-vaccination-16903894-2b64-11ec-bfa1-8289e5d95d8d

Une réflexion sur “Covid-19. Au Royaume-Uni, la flambée des cas de contamination se poursuit malgré la vaccination

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informer

En vous abonnant à la Newsletter, vous acceptez que vos données personnelles soient traitées par la Résistance dans le but de vous envoyer la Newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment grâce au lien de désinscription à la fin de chaque newsletter.

Newsletter

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner