Covid-19 : “Je vis un enfer…” Arythmie, malaises, le cauchemar d’une jeune maman après une seconde dose du vaccin Pfizer

Une mère de famille de 32 ans, Eloïse Soave, a développé une polypathologie très rare après une seconde dose de vaccin anti-Covid, en juillet 2021. Selon elle, “il existe un lien de causalité” entre ces effets indésirables et la vaccination.

Eloïse Soave a rassemblé tous les documents médicaux depuis 9 mois.

Pour la science, Eloïse Soave est un cas extrêmement rare. Depuis août 2021, cette mère de 32 ans, sans aucun antécédent médical, développe tout un chapelet de pathologies, toutes imputables, selon elle, à un banal rappel de vaccin Pfizer le 12 juillet dernier. En plus des effets indésirables classiques recensés par la pharmacovigilance (fièvre, essoufflement…), la jeune femme domiciliée à Nemours (Seine-et-Marne) accumule les problèmes de santé et vit un véritable cauchemar médical.

“Ça a commencé par de la fièvre intense, un goût métallique dans la bouche et de fortes douleurs au bas du dos. Puis, mon état s’est rapidement aggravé avec une pyélonéphrite aiguë le 23 août 2021 avant de subir une phlébectomie des veines profondes nécessitant une double intervention chirurgicale”.

Epuisée

Greffière à la cour d’appel de Paris, Eloïse est contrainte de se mettre en arrêt de travail depuis le 1er octobre. “J’ai un ami qui m’aide au quotidien, car à la fin de mes journées, je suis épuisée. J’ai fait 11 malaises en 9 mois, je ne peux plus conduire.”

Perte de mémoire, aménorrhée depuis 9 mois et une arythmie cardiaque qui s’est traduite, le 1er mars 2022, par une myocardite. “Je vis un enfer. Lors d’un IRM cardiaque, la sentence est tombée : le médecin m’a appris que j’ai 51 % du muscle gauche du cœur qui est défaillant.” L’ensemble de ses pathologies a fait l’objet d’un recensement auprès de la pharmacovigilance, le 8 mars dernier. “Elles figurent toutes dans la liste établie par cet organe de surveillance et il n’y a, à ce jour, aucune contestation”, précise-t-elle, pour affirmer le lien de causalité entre les effets indésirables et le vaccin anti-Covid.

Enquête au Sénat

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a été saisi par la commission des Affaires sociales du Sénat, afin de réaliser une étude sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19. L’Office a confié cette étude à quatre rapporteurs qui travaillent depuis plus d’un an sur l’épidémie de Covid-19. Éloïse s’est entretenue lundi 4 avril avec le député Cédric Villani qui préside l’OPECST. “Ces vaccins lancés très vite ont-ils été mis trop tôt sur le marché ? Nous ne sommes pas des animaux de la science !”, dénonce-t-elle, tout en regrettant “le manque d’implication des politiques à quelques jours de l’élection présidentielle”.

Une action judiciaire contre Pfizer devrait être engagée. Pour l’heure, Eloïse est éligible à l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, qui a pour mission d’organiser le dispositif d’indemnisation.

Si les bénéfices de la vaccination contre le Covid-19 restent très largement supérieurs aux risques d’effets indésirables, des cas rarissimes de pathologies existent. Selon l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), la vaccination avec le sérum de Pfizer, au 25 novembre 2021, a produit 68 000 cas d’effets indésirables, soit 0,085 %, sur 80 millions d’injections.

Selon le professeur Jean-Louis Montastruc, en Occitanie, “tous les centres de pharmacovigilance continuent à relever des effets indésirables chaque semaine pour enrichir une synthèse faite avec l’agence du médicament”. Ces effets indésirables, post-vaccination “sont à 95 % caractérisés par de la fièvre ou de la fatigue, mais il est très rare d’observer des thromboses ou des arythmies”. Pour le pharmacologue, membre de l’Académie nationale de médecine, “la balance bénéfice/ risque est toujours largement favorable au vaccin”. Éloïse avait confiance.

Invitée chez Hanouna ce mercredi soir

Pour médiatiser son cas, Eloïse est l’invitée de Cyril Hanouna sur le plateau de “Touche pas à mon poste”, ce mercredi 6 avril 2022 sur C8. Elle témoignera pour défendre l’ensemble des victimes des effets indésirables du vaccin contre le Covid. Elle souhaite aussi une véritable prise de conscience des politiques “pour qu’ils prennent le sujet à bras-le-corps”.


Éloïse Soave a créé un comité pour recenser toutes les complications liées au vaccin et recueillir des témoignages. Courriel : comite.effetssecondaires.postv@gmail.com

Source : https://www.ladepeche.fr/2022/04/06/covid-19-je-vis-un-enfer-arythmie-malaises-le-cauchemar-dune-jeune-maman-apres-une-seconde-dose-de-vaccin-10218440.php