Covid-19 : pourquoi les enfants sont-ils si peu vaccinés en France ?

Covid-19 : pourquoi les enfants sont-ils si peu vaccinés en France ?

La vaccination des enfants avance beaucoup moins rapidement que ne l’espérait le ministère de la Santé. Le très grand nombre de jeunes ayant été contaminés récemment et les réticences de certains parents font partie des raisons pouvant l’expliquer.

Une jeune fille âgée de moins de 12 ans se fait vacciner contre le Covid-19, à Massy. LP/Arnaud Journois

Le 22 février 2022 à 12h00

« Nous ouvrons aujourd’hui la vaccination pour les enfants, c’est officiel. » Lorsqu’il s’exprime le 22 décembre sur BFMTV, Olivier Véran n’imaginait sans doute pas que la campagne aurait tant de mal à avancer. Deux mois plus tard jour pour jour, moins de 5 % des enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu au moins une dose de vaccin en France. À peine 1 000 garçons et filles tendent le bras pour se faire piquer chaque jour.

Le ministère de la Santé reconnaît volontiers un « échec », par rapport à ses ambitions initiales. La France est largement distancée par ses voisins et les principaux pays déjà lancés. D’après les dernières données disponibles ce mardi, 56,8 % des enfants de 5 à 11 ans ont reçu une première dose de vaccin en Espagne, 36,8 % en Italie, 31,5 % en Belgique et 20,5 % en Allemagne, par exemple.

La couverture vaccinale des adolescents est pourtant très élevée en France (plus de 80 % ont reçu au moins une dose). Alors, comment expliquer des niveaux si bas chez les plus jeunes ?

1,7 million d’enfants testés positifs depuis deux mois

Tout d’abord, un enfant ayant attrapé le Covid doit attendre au moins deux mois pour se faire vacciner. Or, cette cinquième vague, portée par le variant Omicron, a été particulièrement forte. 1,7 million d’enfants âgés de moins de 10 ans ont été testés positifs depuis deux mois. « Les pédiatres ont eu beaucoup de désistements car les enfants se faisaient contaminer les uns après les autres », témoigne Christèle Gras Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie.

Plus globalement, « beaucoup de parents ne voient pas l’intérêt de faire vacciner leurs enfants car ils ont eu le Covid récemment », indique l’immunologue Stéphane Paul. Lui-même recommande d’ailleurs de faire un test sérologique. Si l’enfant a déjà des anticorps à la suite d’une infection et qu’il est en bonne santé, le médecin ne recommande pas aux parents de le faire vacciner.

Mais cet aspect conjoncturel ne suffit pas à expliquer le faible engouement pour la vaccination, puisque la France compte près de 6 millions d’enfants de 5 à 11 ans. Certains parents estiment que le rapport bénéfice/risque chez les plus jeunes n’est pas assez favorable, surtout avec un variant Omicron moins virulent chez les adultes. Le ministère de la Santé répond qu’il y a eu ces dernières semaines des nombres records d’enfants hospitalisés.

« Rapport bénéfice/risque favorable »

Plus de 1 000 mineurs étaient admis à l’hôpital pour Covid chaque semaine en janvier, note Santé publique France dans son dernier point épidémiologique. Ce nombre est cependant en nette baisse en février, mais le risque de PIMS (syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique) est toujours bien présent. « Dans l’esprit collectif, les enfants ne risquent rien. Ce n’est pas vrai, il y a des enfants en réanimation, y compris avec Omicron », insiste Stéphane Paul.

Or, les premières données en vie réelle confirment ce qui ressortait des essais cliniques : le vaccin de Pfizer/BioNtech, le seul administré aux moins de 12 ans, est efficace et sûr. Dans le comté de Los Angeles, les enfants non vaccinés étaient 2,5 fois plus susceptibles d’être infectés et ils présentaient trois fois plus de risques d’être hospitalisés que ceux complètement immunisés. Et dans l’ensemble des États-Unis, seuls 12 cas de myocardite (guéris ou en cours de rétablissement) ont été recensés pour 8,7 millions d’injections, au 19 décembre.

« La France s’est lancée très prudemment, et cela a entraîné pas mal de doutes dans l’esprit des parents sur l’efficacité et la sécurité des vaccins pour les enfants. Aujourd’hui, on a de plus en plus de données en faveur d’un rapport bénéfice/risque favorable », estime le Pr Odile Launay, infectiologue à l’hôpital Cochin à Paris.

Vaccination dans les écoles en Espagne

Dans son avis autorisant la vaccination des enfants, paru le 20 décembre, la Haute Autorité de santé avait aussi indiqué que celle-ci pourrait « diminuer la circulation du virus dans les écoles et donc le risque de fermetures de classes et d’isolement d’enfants infectés ». Manque de chance, Omicron s’apprêtait à tout supplanter en France. Or, les vaccins perdent en efficacité contre l’infection avec ce variant. De nombreux adultes ont ainsi attrapé le Covid cet hiver, même s’ils avaient été immunisés (ce qui les a fortement protégés contre les formes graves).

« On a commencé la vaccination des enfants au moment où on s’est rendu compte qu’elle aurait assez peu d’impact sur la transmission », résume Stéphane Paul. Ce qui a privé les médecins d’un argument. « Omicron a rebattu les cartes », complète Christèle Gras Le Guen.

Sur le plan pratique, le fait d’imposer l’accord des deux parents (et non pas d’un seul) durant quelques semaines en janvier n’a pas facilité les choses. Et dans certains départements, il a été pendant longtemps difficile de trouver un créneau près de chez soi. « Aujourd’hui, on n’a plus de parents qui nous disent que c’est la galère », indique la présidente de la Société française de pédiatrie. En Espagne, les parents pouvaient se faire vacciner au sein même des écoles, ce qui n’a pas été le cas en France.

La couverture vaccinale des enfants va-t-elle continuer de progresser, alors que le plus dur de cette pandémie semble passé ? D’après la dernière enquête de Santé publique France, 33 % des parents d’enfants âgés de 5 à 11 comptaient le ou les faire vacciner. Mais ces résultats datent de mi-janvier, en plein pic de l’épidémie.

Source : https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-pourquoi-les-enfants-sont-ils-si-peu-vaccines-en-france-22-02-2022-OXL2GUJHKFBBHDKIHOMPYKNX3Q.php

Commentaires fermés.