COVID-19 : stigmatiser les non-vaccinés n’est pas justifié

Published : November 20, 2021DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)02243-1

COVID-19: stigmatising the unvaccinated is not justifiedPrevious ArticleMortimer Mishkin

Aux Etats-Unis et en Allemagne, des responsables de haut niveau ont utilisé l’expression “pandémie des non-vaccinés”, suggérant que les personnes qui ont été vaccinées ne sont pas pertinentes dans l’épidémiologie du COVID-19. L’utilisation de cette expression par les officiels a pu encourager un scientifique à affirmer que “les non-vaccinés menacent les vaccinés pour le COVID-19”. Mais ce point de vue est beaucoup trop simple.


Il existe de plus en plus de preuves que les personnes vaccinées continuent à jouer un rôle important dans la transmission. Dans le Massachusetts, aux Etats-Unis, un total de 469 nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés au cours de divers événements en juillet 2021, et 346 (74%) de ces cas concernaient des personnes totalement ou partiellement vaccinées, dont 274 (79%) étaient symptomatiques. Les valeurs seuils des cycles étaient également basses entre les personnes totalement vaccinées (médiane 22-8) et les personnes non vaccinées, non totalement vaccinées ou dont le statut vaccinal était inconnu (médiane 21-5), ce qui indique une charge virale élevée même chez les personnes totalement vaccinées.

Aux Etats-Unis, un total de 10 262 cas de COVID-19 ont été signalés chez des personnes vaccinées au 30 avril 2021, dont 2725 (26-6%) étaient asymptomatiques, 995 (9-7%) ont été hospitalisés et 160 (1-6%) sont décédés.


En Allemagne, 55-4% des cas symptomatiques de COVID-19 chez des patients âgés de 60 ans ou plus concernaient des personnes entièrement vaccinées, et cette proportion augmente chaque semaine. À Münster, en Allemagne, de nouveaux cas de COVID-19 sont apparus chez au moins 85 (22 %) des 380 personnes entièrement vaccinées ou ayant récupéré du COVID-19 et qui fréquentaient une boîte de nuit.
Les personnes vaccinées présentent un risque plus faible de maladie grave, mais elles constituent toujours un élément pertinent de la pandémie. Il est donc faux et dangereux de parler d’une pandémie de personnes non vaccinées. Historiquement, les États-Unis et l’Allemagne ont engendré des expériences négatives en stigmatisant des parties de la population en raison de leur couleur de peau ou de leur religion. J’appelle les hauts fonctionnaires et les scientifiques à cesser de stigmatiser de manière inappropriée les personnes non vaccinées, parmi lesquelles se trouvent nos patients, nos collègues et d’autres concitoyens, et à faire des efforts supplémentaires pour rassembler la société.

Source :

One thought on “COVID-19 : stigmatiser les non-vaccinés n’est pas justifié

  • Étant considéré le culte du vaccin et de ce triste sire de Louis Pasteur qu’on nous a inculqué dès l’école primaire, il serait didactiquement largement préférable, face aux mougeons naïfs qui pensent s’être fait quasi tout simplement « vaccinés », de prendre soin justement de mettre au minimum des guillemets (et plutôt huit que quatre) à « « vaccins »», mais d’utiliser plutôt le mot « injecté » pour bien faire conscientiser la différence.

Commentaires fermés.