Covid : l’UE va sortir “de la phase d’urgence de la pandémie”, voici ce que cela va changer

L'UE prône une nouvelle approche de la gestion de la pandémie de Covid.

La Commission européenne va déclarer que l’UE est sortie de la phase d’urgence de la pandémie de COVID-19 et est entrée dans une nouvelle phase durant laquelle le dépistage doit être privilégié et la surveillance des contaminations similaire à celle pratiquée pour la grippe, montre un projet de document que Reuters a pu consulter.

Cette étape est franchie à la suite d’un reflux progressif des infections et des décès provoqués par la pandémie dans l’Union européenne du fait de la propagation du variant Omicron, moins virulent que le précédent, et de l‘immunité de plus de 70% de la population européenne, alors que la moitié d’entre elle a reçu une dose de rappel vaccinal.

Bruxelles privilégie une approche “s’éloignant de l’urgence, vers un mode (de gestion de la pandémie) plus viable“, est-il écrit dans le projet de document. Aucun commentaire n’a été obtenu de la Commission européenne.

Il appartient à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de déterminer le début d’une pandémie et la fin de celle-ci, des démarches ayant de vastes répercussions juridiques pour un éventail de secteurs dont les assurances et les laboratoires. L’agence onusienne n’a pas estimé pour l’heure que la pandémie de COVID-19 était terminée.

Le Covid “est là pour rester”

Non contraignant, le document de l’UE avertit clairement que “le COVID-19 est là pour rester“, vraisemblablement avec l’émergence de nouveaux variants, et que “vigilance et préparation” demeurent ainsi essentiels.

De nouvelles flambées de la pandémie sont possibles, prévient le projet de document préparé par la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, et qui doit être adopté mercredi. Il est recommandé aux gouvernements de l’UE de rester sur leurs gardes et d’être prêts à revenir à des mesures d’urgence si nécessaire.

Une nouvelle approche

Indiquant qu’une nouvelle approche était nécessaire pour surveiller la pandémie, le texte appelle à procéder à des dépistages systématiques des personnes présentant des symptômes de la maladie et de celles avec lesquelles elles ont été en contact – une mesure que certains Etats du bloc ont abandonnée, marquant un contraste important avec la Chine où des confinements et de vaste campagne de dépistage sont ordonnés dans les grandes villes.

Les vaccins demeurent essentiels dans la lutte contre le COVID-19, souligne le projet de document, recommandant aux pays de l’UE d’envisager des stratégies destinées à renforcer la vaccination des enfants en amont de la prochaine année scolaire.