Déjà 40.000 signatures pour la pétition en faveur du moratoire sur la vaccination obligatoire des soignants

Un moratoire sur la vaccination obligatoire des soignants serait de salubrité publique. Jamais en effet notre pays, depuis la Libération, n’avait connu un tel recul social ! suspendre le salaire d’autorité de centaines de milliers de soignants que nous applaudissions hier à nos balcons… Sans compter la désorganisation durable de l’hôpital public qui en sortira. Vous aussi, rejoignez les 40.000 personnes qui ont déjà signé ce texte que nous avons lancé il y a une semaine.

Un moratoire sur la suspension des soignants non-vaccinés devient indispensable. Il y a à cela plusieurs raisons essentielles. 

Un moratoire pour le droit au doute

Nous l’avons détaillé cette semaine : le droit au doute est au fondement de la démocratie et de la liberté de penser. Et s’agissant de la vaccination obligatoire, ce droit au doute n’est qu’une application du principe de précaution. Le nombre d’effets secondaires du vaccin est en effet extrêmement important, beaucoup plus important que pour les vaccins classiques. Le vaccin est toujours sous autorisation conditionnelle de mise sur le marché. Face à autant d’incertitudes, les hésitations des soignants sont légitimes, et seul un consentement libre et éclairé doit conduire à se faire vacciner. 

Un moratoire contre le recul social

La méthode utilisée pour “convaincre” les soignants de se faire vacciner passe par des suspensions de salaires absolument scandaleuses. Jamais depuis la Libération la loi n’avait servi à autoriser l’interruption brutale de salaires sans indemnité pour des personnes qui exercent leur liberté de conscience et de penser. Ce recul social conduit des familles, parfois monoparentales, à la misère. 

Un moratoire pour l’état de droit

Nous l’avons largement exposé également, la suspension de salaire est une sanction infligée sans aucun respect des règles fondamentales en vigueur dans les démocraties libérales. La suspension intervient en effet sans aucun droit de la défense… Le ministère de la Santé fait même vivre la fiction farfelue selon laquelle cette mesure ne serait pas une sanction. Si nous acceptons ce dispositif aujourd’hui, nous préparons d’autres violations des droits démocratiques demain. 

Un moratoire contre la fragilisation de l’hôpital

N’imaginons pas que la suspension des non-vaccinés ne pénalise que les non-vaccinés. Non seulement les soignants vaccinés sont eux-mêmes impactés par la mesure, puisqu’ils font face à une surcharge de travail. Mais les patients vaccinés eux-mêmes vont à terme souffrir des fermetures de services et des désorganisations causées par des départs brutaux de personnel. 

Pour toutes ces raisons, signez la pétition qui a déjà recueilli plus de 40.000 signatures. Notre objectif est de recueillir 500.000 signatures pour forcer l’Assemblée Nationale à en débattre.  

Article original : Le Courrier des Stratèges