Des dizaines de milliers de personnes privées d’APL après la réforme pilotée par McKinsey

Censée simplifier l’informatisation des allocations, la réforme de la CAF entrée en vigueur il y a un an a eu l’effet contraire. Et le délai de traitement des dossiers s’est encore allongé.
 

Des centaines d’allocataires n’arrivent pas à toucher leurs APL et leurs RSA. Depuis début septembre, nous avons reçu des dizaines de mails à l’adresse rmcpourvous@rmc.fr pour des problèmes liés à la CAF, la Caisse d’allocations familiales. Des étudiants, des personnes handicapées ou des bénéficiaires du RSA qui se plaignent de ne pas toucher leurs allocations. Des retards de versements qui vont de plusieurs mois à plusieurs années.

“Depuis septembre je n’ai rien touché donc ils me doivent 8 fois 200 euros, donc je suis obligé de restreindre les sorties, de tout calculer en permanence. Il n’y a aucun recours, et on ne sait pas pourquoi”, confie par exemple Chloé à RMC.

Les problèmes de versement à la CAF ne semblent pas nouveaux. Mais dans ces proportions, si. C’est ce que disent les syndicats, qui parlent d’une “situation explosive”. Des dizaines de milliers de personnes sont concernées.

 

“Le système ne tient plus”

Une telle situation serait la résultante de la réforme des APL entrée en vigueur l’an dernier. Une réforme pilotée par un cabinet de conseil: McKinsey. Montant de la facture pour leur avis sur la réforme: près de 4 millions d’euros.

Elle était censée simplifier le système d’informatisation des APL, mais a eu pour l’instant l’effet contraire. Plusieurs agents se sont confiés à RMC, dont Daphné. Après dix ans à la CAF, elle a fini par démissionner à cause de la réforme.

“En fait, le problème, c’est que le système ne tient plus. Depuis qu’il y a eu la réforme, alors que le système informatique tirait déjà un peu la langue, ça a commencé à ralentir encore plus et à ne plus répondre correctement. Pour certaines CAF, on est passé d’un mois à trois mois de délai pour les traitements.”

“On est coincé entre les deux car on est en face à face avec les familles, ajoute Daphné. On voit la précarité, on voit les besoins, on voit l’urgence. On est conscients de tout ça mais techniquement parlant on ne peut rien faire. Même si on voulait, on ne pourrait pas. Le soir, on est vidés, on n’en peut plus. On a une mission sociale et le problème, c’est que plus le gouvernement change la législation des prestations, plus les outils ne nous permettent pas de travailler correctement et plus cette mission première, on l’oublie.”

La CAF reconnaît “qu’à la suite de la réforme, des anomalies et des problèmes informatiques ont pu engendrer des retards dans le traitement de certains dossiers”, mais toutes les équipes ont été et sont encore mobilisées pour les résoudre. La CAF s’est aussi engagée à regarder les dossiers qu’on lui a transmis.

Source : https://rmc.bfmtv.com/actualites/economie/conso/caf-comment-la-reforme-des-apl-pilotee-par-mc-kinsey-a-conduit-a-des-retards-de-versements_AV-202204070099.html