Deux-Sèvres : des parents d’élèves lancent une pétition contre le masque à la récré

Les parents d’élèves dénoncent une décision disproportionnée de la part du Dasen.

À Niort, des parents d’élèves ont lancé une pétition contre le port du masque en extérieur dans les écoles. Elle avait déjà récolté 694 signatures à 19 h, jeudi.

Nous sommes double vaccinés, nous ne sommes pas anti-vaccin et pas anti-pass, prévient Pierre. C’est désormais le préambule de rigueur avant tout débat sur les mesures sanitaires. Mardi, un groupe de parents d’élèves, principalement issus de l’école Jules-Michelet à Niort, a lancé une pétition en ligne (sur pétition.org) contre le port du masque obligatoire dans la cour de récréation pour les enfants en primaire, intitulée Laissons respirer nos enfants. « En tant que parents d’élèves, nous avons pris connaissance du protocole de niveau 2 édicté par le ministère de l’Éducation nationale », explique Olivier, père d’une petite fille en CP à Jules-Michelet.
« Rien n’indique l’obligation du masque » « Or, rien n’indique que le port du masque en extérieur à l’école soit obligatoire ; c’est une décision du directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) des Deux-Sèvres », abonde Pierre, parent d’une petite fille de CE1, également à Michelet. En effet, à aucun instant le protocole de niveau 2 ne stipule une quelconque obligation.

En revanche, un arrêté préfectoral indique que c’est le cas aux abords des écoles. Le texte précise « sur le parvis des établissements scolaires du département des Deux-Sèvres et à moins de 50 mètres des établissements scolaires aux heures d’entrée et de sortie de classe ». Lors d’un entretien pour évoquer la carte scolaire, Arnaud Leclerc, le Dasen 79, avait déclaré avoir pris cette décision pour éviter au maximum les fermetures de classes.

“Disproportionné”

Actuellement, 10 classes de premier degré sont fermées dans le département pour des cas de Covid-19. Dont sept de maternelle, où le masque n’est pas obligatoire pour les enfants. « On invoque le principe de précaution sans se soucier de leur intérêt réel », estime Pierre. « Évidemment, la santé est primordiale, mais il faut aussi prendre en compte le bien-être et l’éducation », souligne Aurélie, maman d’un petit garçon en CP à Beauvoir-sur-Niort, et venue spécialement pour se joindre au groupe de Niort.

« Le port du masque a un impact direct sur le développement cognitif et psychologique de l’enfant », lance-t-elle. « Actuellement, nous avons 84 cas positifs pour 100 .000 personnes et deux réanimations en cours dans le département ; pourtant, on oblige les élèves de primaire à porter le masque en récré… C’est disproportionné », estime Péguy, maman d’un petit garçon de CP.

Un manque de communication Par ailleurs, les parents d’élèves déplorent un manque de communication. « Nous avons envoyé deux courriers au Dasen qui restent à ce jour sans réponse, l’association des parents d’élèves de l’école Jean-Jaurès également », confie Olivier. « Nous avons contacté Jérôme Baloge qui lui a répondu ; il nous a dit qu’il évoquerait la situation avec le préfet », précise-t-il. « Finalement, nous demandons quelque chose de très simple, que la loi soit appliquée… », conclut Pierre.