Épidémiologie de la myocardite et de la péricardite après l’administration de vaccins à ARNm en Ontario, au Canada : par produit vaccinal, calendrier et intervalle de vaccination

Sarah A. Buchan, Chi Yon Seo, Caitlin Johnson, Sarah Alley, Jeffrey C. Kwong, View ORCID ProfileSharifa Nasreen, Andrew Calzavara, Diane Lu, Tara M. Harris, Kelly Yu, Sarah E. Wilson doi: https://doi.org/10.1101/2021.12.02.21267156

Posted December 05, 2021.

Résumé

Importance Des taux accrus de myocardite/péricardite après l’administration de vaccins à ARNm COVID-19 ont été observés. Cependant, peu de données sont disponibles concernant les différences spécifiques aux produits, qui ont des impacts programmatiques importants.

Objectif L’objectif de cette étude était d’estimer les taux de déclaration de myocardite/péricardite après l’administration du vaccin à ARNm COVID-19 en fonction du produit, de l’âge, du sexe et du nombre de doses, ainsi que de l’intervalle entre les doses.

Conception Nous avons mené une étude de cohorte basée sur la population en utilisant les données de la surveillance passive de la sécurité des vaccins. Toutes les personnes de l’Ontario, Canada, qui ont reçu au moins une dose du vaccin à ARNm COVID-19 entre le 14 décembre 2020 et le 4 septembre 2021 ont été incluses.

Cadre Cette étude a été menée en Ontario, au Canada (population : 14,7 millions d’habitants), en utilisant le registre provincial du vaccin COVID-19 et la base de données provinciale des événements indésirables suivant l’immunisation.

Participants Nous avons inclus toutes les personnes chez qui un épisode de myocardite/péricardite a été signalé à la suite de l’administration du vaccin COVID-19 pendant la période d’étude. Nous avons obtenu des informations sur toutes les doses administrées dans la province afin de calculer les taux de déclaration.

Exposition Réception du vaccin à ARNm COVID-19 (ARNm-1273 [Moderna Spikevax] ou BNT162b2 [Pfizer-BioNTech Comirnaty]).

Résultat(s) principal(aux) et mesure(s) Taux rapporté de myocardite/péricardite répondant au niveau 1-3 des définitions de cas de la Brighton Collaboration.

Résultats 19 740 741 doses de vaccins à ARNm ont été administrées et 297 rapports de myocardite/péricardite ont répondu à nos critères d’inclusion. Parmi ceux-ci, 69,7 % sont survenus après la deuxième dose de vaccin à ARNm COVID-19 et 76,8 % sont survenus chez des hommes. L’âge médian des personnes ayant déclaré un événement était de 24 ans. Le taux de déclaration le plus élevé de myocardite/péricardite a été observé chez les hommes âgés de 18 à 24 ans après l’administration de la deuxième dose de mRNA-1273 ; le taux dans ce groupe d’âge était 5,1 fois (IC à 95 % : 1,9-15,5) plus élevé que le taux après l’administration de la deuxième dose de BNT162b2. Les taux de déclaration globaux étaient plus élevés lorsque l’intervalle entre les doses était plus court (c’est-à-dire ≤30 jours) pour les deux produits vaccinaux. Parmi les personnes qui ont reçu le mRNA-1273 pour la deuxième dose, les taux étaient plus élevés pour celles qui avaient un calendrier vaccinal hétérologue par opposition à homologue.

Conclusions et pertinence Nos résultats suggèrent que les combinaisons de produit vaccinal, d’intervalle inter-dose et de calendrier vaccinal peuvent jouer un rôle dans le risque de myocardite/péricardite, en plus de l’âge et du sexe. Certaines stratégies programmatiques pourraient réduire le risque de myocardite/péricardite après l’administration de vaccins à ARNm.

Source :

One thought on “Épidémiologie de la myocardite et de la péricardite après l’administration de vaccins à ARNm en Ontario, au Canada : par produit vaccinal, calendrier et intervalle de vaccination

  • malheureusement cette étude ne rend pas compte de la réalité, car les remontés déclaratives sont toujours très inférieure à le relaté !

Commentaires fermés.