Espagne : Les régions dotées d’un passeport Covid connaissent une augmentation de 48 % des infections et celles qui n’en ont pas 39 %.

Espagne : Les régions dotées d'un passeport Covid connaissent une augmentation de 48 % des infections et celles qui n'en ont pas 39 %.

  • Le modèle sans restriction de Madrid l’emporte sur la Catalogne lors de la sixième vague : moins d’infections et de soins intensifs
  • L’Espagne compte un million d’infections depuis que le gouvernement a rendu le port du masque obligatoire à l’extérieur.
Un contrôle de passeport covide

Les statistiques continuent de donner raison à ceux qui affirment que la formule Plus de restrictions = moins d’infections ne fonctionne pas. L’une des mesures les plus controversées de toutes celles qui ont été appliquées est le passeport Covid. Les treize communautés autonomes qui l’ont mis en œuvre en décembre dernier ont vu la liste des infections augmenter de 45 % depuis lors, pour atteindre 1,6 million d’infections. Les quatre pays qui n’ont pas adopté cette mesure, dont Madrid, ont connu une augmentation plus faible lors de cette sixième vague : ils ont ajouté 638 000 infections, soit 37 %.

Les deux Espagne, celle qui exige le passeport Covid pour entrer dans l’hôtellerie et la restauration ou d’autres services et celle qui n’a pas mis en place ces contrôles sur les personnes vaccinées et non vaccinées, progressent à un rythme inégal dans cette sixième vague. Le 9 décembre dernier, le groupe de communautés ayant le passeport Covid en vigueur a confirmé l’aval de leurs cours de justice respectives et son application s’est généralisée. Depuis ce jour, l’Espagne a ajouté 2,3 millions d’infections. Mais la répartition par territoire a été inégale.

On pourrait penser que les régions qui ont appliqué le passeport Covid présentent une augmentation des infections moins importante que celles qui ne l’ont pas fait. Mais les données disent exactement le contraire. Passeport Espagne, la somme de la Galice, du Pays basque, de la Catalogne, de la Cantabrie, de la Navarre, de l’Andalousie, de Valence, de Murcie, de l’Aragon, des Baléares, des Canaries, des Asturies et de La Rioja, comptait 3,5 millions de cas d’infection à coronavirus le 9 décembre. Selon les données officielles du ministère de la Santé du mardi 11 janvier, ces treize communautés totalisent un total de 5,2 millions d’infections. Ils ont enregistré 1,7 million d’infections en un peu plus d’un mois, soit une augmentation de 48 %.

De l’autre côté de l’échelle se trouvent les quatre communautés autonomes qui ont décidé de ne pas mettre en œuvre le passeport Covid. À partir de la même période de référence, Madrid, Castilla y León, Castilla-La Mancha et Extremadura ont ajouté un peu plus de 630 000 infections, passant de 1,6 million à 2,2 millions. Une augmentation de 39%. Les infections ont donc augmenté à un niveau de pourcentage plus faible que dans les zones dotées d’un passeport Covid.

Le paradigme Madrid-Catalogne

Les couvre-feux, le passeport Covid ou la fermeture des hôtels et des restaurants sont-ils efficaces pour contenir la propagation du coronavirus ? Telle est la question qui polarise la réponse politique à la pandémie depuis un an et demi maintenant. La Communauté de Madrid, principal défenseur de la politique de restrictions qui n’affectent pas l’économie, affirme que les données lui donnent raison. Et ceux de la sixième vague le confirment.

Madrid et la Catalogne ont été, dans les différentes phases de la pandémie, et surtout dans cette sixième vague du coronavirus, les paradigmes de deux modèles d’action publique contradictoires. D’une part, Madrid avec sa politique d’opposition aux fermetures et aux restrictions qui affectent directement l’économie. Et de l’autre, la Catalogne, l’une des régions où les restrictions de la vie quotidienne ont été les plus sévèrement appliquées.

Le bilan de cette dernière vague, marquée par la forte transmissibilité de la variante omicron, ne laisse pas de place au doute : la Catalogne a accumulé plus d’infections avec une activité commerciale et hôtelière restreinte que Madrid sans restriction, où l’incidence est déjà en baisse. La Catalogne subit également une plus grande pression hospitalière dans ses unités de soins intensifs (USI).

Masques en plein air

La seule restriction que ces deux Espagnes ont en commun, celle du passeport Covid et celle qui ne l’impose pas, est le masque extérieur. La seule mesure promue par le gouvernement de Pedro Sánchez, qui l’a annoncée deux jours seulement avant la veille de Noël comme sa recette pour éviter l’augmentation des contagions. Il l’a fait en dépit du fait que même ses propres experts ne le recommandaient pas, bien que le Pays basque, la Galice, Valence, la Navarre, Castille et Léon, Castille-La Manche et l’Andalousie l’aient exigé.

Les masques ont été officiellement réintroduits le 23 décembre, avec la publication de l’arrêté au BOE. Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, l’Espagne a ajouté 1,9 million d’infections à ses statistiques, remettant en question l’efficacité de cette mesure.

Source : https://okdiario.com/espana/regiones-pasaporte-covid-disparan-48-sus-contagios-que-no-lo-implantaron-39-8409554

Une réflexion sur “Espagne : Les régions dotées d’un passeport Covid connaissent une augmentation de 48 % des infections et celles qui n’en ont pas 39 %.

  • Merci beaucoup d’avoir inclus l’option de partage de vos informations par courriel électronique aussi!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.