ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI

Publié le 7 novembre 2021 par pgibertie

En étudiant les données démographiques de l’essai Pfizer  j’ai mis en évidence l’impossibilité statistique  d’un suivi sur 4 ou six mois. Il y avait trop peu de décès dans l’essai  en comparaison du taux de mortalité  attendu habituel .

L’article a été lu, relu  et a fait parler.

Ari Kouts  fervent partisan des injections l’ a repris de manière quelque peu agressive mais je veux lui répondre en précisant l’ensemble des données . Je suis maintenant convaincu que si l’essai avait réellement duré 4 ou six mois il n’y aurait pas eu 35 décès toutes causes confondues mais 4 à six fois plus

Il écrit :

En effet, en 2020 le taux de mortalité US annuel est d’environ 1%, (3 326 805 décès pour 328 239 523 de personnes). Le taux de mortalité de l’essai est plus proche des 0,1% (35/44 000) sur 4-6 mois On va voir plusieurs points

Donc acte il y a un os…

Il poursuit

On prend comme base les US, qui sont sur-représentés dans l’essai

Il écrit:

L’essai n’est pas totalement représentatif de la population américaine Il y a 60% de blancs en réalité et 18% d’hispanique (82% et 26% dans l’essai), 42% d’obèses (34% dans l’essai), et bien plus que les 21% présents qui ont une comorbidité (40-50% hors obésité dans la pop gen)

Petite correction les hispaniques sont inclus dans les blancs ici Donc c’est 76% VS 82% par rapport un US (blanc incluant hispaniques)

L’essai n’est pas totalement représentatif de la population américaine Il y a 60% de blancs en réalité et 18% d’hispanique (82% et 26% dans l’essai), 42% d’obèses (34% dans l’essai), et bien plus que les 21% présents qui ont une comorbidité (40-50% hors obésité dans la pop gen)

Il a raison.

l’essai Pfizer oublie  des catégories : rien pour les très âgés rien pour les femmes enceintes.

Je remercie Ari pour avoir souligné la fragilité de l’essai. Les injections ne protègent pas ceux en ont besoin

Il ajoute :

Autre point: les critères d’inclusion. Des personnes en bonne santé ou avec des maladies chroniques stabilisées, des personnes sans risque d’immunodéficience, acquise ou potentielle, on enlève déjà une population à risque de l’étude

Un autre de mes lecteurs Xavier avait lui aussi souligné ce fait.

EFFECTIVEMENT L’ESSAI NE DEMONTRAIT RIEN POUR LES PERSONNES A RISQUES

Attention, il s’agissait d’exclure les personnes atteintes d’hépatites et du vih , pas les diabétiques et autres souffrant de comorbidités

ARI A RAISON SUR CE POINT PRECIS : LA POPULATION DE L’ESSAI EST EN MOINS BON ETAT QUE LA POPULATION AMERICAINE

C’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas utilisé les taux de mortalité de la population américaine mais ceux de la France…

A titre de comparaison aux Etats Unis le taux de mortalité annuel des 65 /74 ans dépasse les 19 pour mille , trois points de plus qu’en France.

De plus pourquoi prendre en référence les Etats Unis pour une étude qui aurait eu également en Afrique du Sud, Brésil  et Argentine

J’ ai comparé avec la mortalité française et les tables de mortalité de notre pays, pas celle des Etats Unis . Pourquoi ? tout bêtement parce que les indicateurs de l’essai  et en particulier les comorbidités  étaient proches de la population française. En Avril le conseil scientifique évaluait à 17 millions les personnes en risque dans notre pays

Je reconnais cependant que la population française est en meilleur état que la population de l’ essai .  Nous n’avons que 17% d’obeses contre 34%dans l’essai

Je reconnais qu’il faut prendre en compte la saisonnalité, l’essai a eu lei l’automne et l’hiver.

Mais ces deux données  conduisent à attendre un taux de mortalité plus important dans l’essai  que dans la population française

Ari poursuit:

A noter monsieur fait une grosse erreur il n’y a pas 23 000 participants entre 55 et 75 ans mais plutôt 15 000

Ben, c’est ce cher Ari qui a des problèmes de vision il oublie la moitié des participants, les 55 à 75 ans sont en réalité  25000… La mortalité  avouée par Pfizer porte bien sur 25000 personnes, quatre personnes sont ainsi décédés entre les deux doses

Je crois qu’il a oublié la partie gauche du tableau ci dessus

J’ ai appliqué les taux de mortalité par catégorie d’âge de notre pays aux catégories d’âges de l’étude pour calculer la mortalité normale attendue , c’est très simple.

Pour LES 25000 personnes entre 55 et 75 ans  . Le taux de mortalité se situe entre 5% et 15%. L’âge médian est de 65 ans le taux de mortalité est de 9% en France

Environ 9 POUR 1000 DE DECES SUR 52 SEMAINES  CA FAIT  220 DECES

1500 ont plus de  75 ans avec un taux de 18 à 183% , j avais retenu  50 pour 1000 de taux de mortalité   donc 75 décès attendus  .

Il faudrait y ajouter les décès attendus pour les moins de 55 ans ?  en retenant un taux de mortalité de 1, 2 pour 1000  au moins 25 par an

Mon seul tort , avoir été trop rapide, je corrige donc :

Au moins 6 décès par semaine et 105 pour les 17 semaines d ‘observation et 160 DECES AVEC UN ESSAI PORTANT SUR SIX MOIS

Nous sommes très loin des 35…

Encore faut il ajouter qu’en tenant compte des observation de Aris, saisonnalité, état de santé du groupe moins bon que la population française nous aurions pu attendre 200 décès

En appliquant les taux de mortalité de la population américaine  c’est beaucoup plus.

Désolé Ari je persiste signe, l’essai Pfizer n’ a pu durer 6 mois, deux tout au plus ou alors tout est bidonné

Source : https://pgibertie.com/2021/11/07/essai-pfizer-ma-reponse-aux-detracteurs-je-persiste-il-y-a-un-gros-probleme-avec-la-duree-officielle-de-l-essai/

2 thoughts on “ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.