Étude en preprint effectuée dans des écoles primaires du Pays de Galles : “Il n’y a aucune preuve que les masques, la distanciation sociale de 2 mètres ou l’arrêt du mélange des enfants aient été associés à des risques plus faibles de COVID-19”.

Étude en preprint effectuée dans des écoles primaires du Pays de Galles : "Il n'y a aucune preuve que les masques, la distanciation sociale de 2 mètres ou l'arrêt du mélange des enfants aient été associés à des risques plus faibles de COVID-19".

Mesures d'atténuation du COVID-19 dans les écoles primaires et association avec l'infection et le bien-être du personnel scolaire : une enquête d'observation liée à des données de routine au Pays de Galles, au Royaume-Uni

Résumé

Résumé Introduction Les stratégies d’atténuation du COVID-19 en milieu scolaire ont eu un impact considérable sur la journée d’école primaire (enfants âgés de 3 à 11 ans), notamment : le port de couvre-visages, la distance de 2 mètres, l’absence de mélange d’enfants et l’absence de clubs de petit-déjeuner ou d’activités parascolaires. Cette étude examine ces méthodes d’atténuation et leur association avec l’infection au COVID-19, les infections respiratoires et le bien-être du personnel scolaire entre octobre et décembre 2020 au Pays de Galles, au Royaume-Uni. Méthodes Une enquête auprès du personnel scolaire a capturé les mesures d’atténuation COVID-19 autodéclarées dans l’école, l’anxiété et la dépression des participants, et les réponses en texte ouvert concernant les expériences d’enseignement et de mise en œuvre des mesures.Ces réponses à l’enquête ont été liées aux données des résultats des tests COVID-19 à l’échelle nationale pour examiner l’association des mesures dans l’école et la probabilité d’un cas COVID-19 positif (personnel ou élève) dans l’école (regroupé par école, ajusté en fonction de la taille de l’école et repas scolaires gratuits en utilisant la régression logistique). Le couplage a été effectué via la banque de données SAIL (Secure Anonymised Information Linkage). Résultats Des réponses ont été obtenues auprès de 353 participants de 59 écoles primaires dans 15 des 22 autorités locales. Avoir plus de contacts directs non domestiques était associé à une probabilité plus élevée de cas positifs au COVID-19 à l’école (1 à 5 contacts contre aucun, OR 2,89 (1,01, 8,31)) et à une tendance à davantage de symptômes de rhume autodéclarés. Le couvre-visage du personnel n’était pas associé à une probabilité plus faible de cas de COVID-19 à l’école (masque par rapport à aucun couvre-chef OR 2,82 (1,11, 7.14)) et a été associée à des symptômes de rhume autodéclarés plus élevés. Le personnel scolaire a signalé les impacts du port de couvre-visages sur l’enseignement, notamment le fait de devoir se tenir plus près des élèves et d’élever la voix pour se faire entendre. 67,1% n’ont pas été en mesure de mettre en œuvre une distanciation sociale de 2 mètres avec les élèves. Nous n’avons pas trouvé de preuves que le maintien d’une distance de 2 mètres était associé à des taux plus faibles de COVID-19 dans l’école. Conclusions La mise en œuvre, le respect et l’évaluation des directives d’atténuation du COVID-19 sont difficiles dans les écoles primaires. Nos résultats suggèrent que la réduction des contacts directs non familiaux réduit les taux d’infection. Il n’y avait aucune preuve que les couvre-visages, la distance sociale de 2 mètres ou l’arrêt du mélange des enfants étaient associés à des risques plus faibles de COVID-19 ou de taux d’infection par le froid à l’école.Le personnel des écoles primaires a trouvé l’enseignement difficile pendant les restrictions liées au COVID-19, en particulier pour les jeunes apprenants et ceux qui ont des besoins d’apprentissage supplémentaires.