Facebook et Instagram suppriment les comptes d’une organisation antivax américaine influente

Le propriétaire de Facebook, Meta, a déclaré qu’il avait supprimé le compte principal de l’un des groupes anti-vaccination américains les plus influents du réseau de médias sociaux pour avoir diffusé des informations erronées sur Covid-19. La Children’s Health Defense (CHD), qui a critiqué les vaccins Covid, a immédiatement accusé Meta d’étouffer ses droits à la liberté d’expression. « Facebook agit ici en tant que substitut de la croisade du gouvernement fédéral pour faire taire toute critique des politiques draconiennes du gouvernement », a déclaré le fondateur du CHD, Robert Kennedy Jr., neveu du défunt président John F. Kennedy, dans un communiqué de presse.

CHD a déclaré que ses comptes de médias sociaux étaient suivis par des centaines de milliers de personnes et a affirmé que l’action de Meta avait été une surprise.



La maison mère de Facebook et Instagram, Meta, a supprimé de ces deux plateformes les comptes de l’influente organisation américaine anti-vaccins Children’s Health Defense (CHD), dirigée par Robert Kennedy Jr, neveu de l’ancien président John Fitzgerald Kennedy.

Dans un communiqué de presse, CHD a déclaré qu’il avait été banni des plateformes sans avertissement, partageant des captures d’écran des avis qu’il avait reçus. La notification de Facebook indiquait que la page avait été suspendue, car elle allait à l’encontre des normes communautaires de l’entreprise en matière de désinformation. « Nous encourageons la libre expression, mais n’autorisons pas les fausses informations sur le COVID-19 qui pourraient contribuer à des dommages physiques », indique la capture d’écran de la notification.

La notification d’Instagram indique que la page a été suspendue pour avoir enfreint les directives de la communauté. Les deux plateformes appartiennent à Meta, anciennement connu sous le nom de Facebook.

Commentant cette décision, Robert F. Kennedy, Jr., président et conseiller juridique en chef de CHD, a déclaré*:

« Facebook agit ici comme un substitut à la croisade du gouvernement fédéral pour faire taire toute critique des politiques draconiennes du gouvernement. Nos rédacteurs constitutionnels ont reconnu ce péril de la censure gouvernementale.

« Nous n’avons pas besoin du premier amendement pour protéger le discours populaire ou approuvé par le gouvernement. Ils ont incorporé le premier amendement spécifiquement pour protéger la libre expression des opinions dissidentes. Ils ont compris qu’un gouvernement qui peut faire taire ses détracteurs a un permis pour chaque atrocité ».

CHD a soutenu que la décision de Meta pourrait être liée à une action en justice qu’il a intentée contre Meta accusant le géant de la technologie d’avoir enfreint les droits à la liberté d’expression en s’appuyant sur les Centers for Disease Control des États-Unis concernant les informations sur Covid-19 scientifiquement étayées.

Dans une newsletter envoyée par e-mail, Children’s Health Defence a déclaré que Facebook et Instagram avaient supprimé ses comptes après un bannissement de 30 jours par les réseaux sociaux. L’organisation à but non lucratif a accusé les applications de censure : « La suppression des comptes CHD est la preuve d’une tentative clairement orchestrée d’arrêter l’impact que nous avons pendant une période de critiques accrues de nos institutions de santé publique », a déclaré le groupe.

La chaîne YouTube de CHD avait été supprimée en septembre dernier.

Meta, qui se voit régulièrement reprocher de propager la désinformation, essaie depuis la dernière élection présidentielle américaine de s’éloigner des contenus politiques pour se concentrer sur les échanges entre proches et communautés d’intérêts.

Aussi, le porte-parole de Meta, Aaron Simpson, a déclaré à l’AFP que les comptes du groupe sur Facebook et Instagram ont été supprimés parce que le groupe avait « à plusieurs reprises » violé les politiques de l’entreprise sur la désinformation médicale pendant la pandémie de coronavirus.

Les frontières floues de la liberté d’expression

Meta a déclaré que « la liberté d’expression est la clé d’une société prospère ». Dans un billet de blog de 2018, la société a déclaré :

« Les gens publient des choses vraiment viles sur Facebook. Théories du complot sans fondement, idées offensives, mensonges éhontés. Aussi dégradants, polarisants ou tout simplement faux que ces messages puissent être, la question est de savoir si les gens devraient être autorisés à exprimer de telles opinions. Les messages comme ceux-ci constituent-ils une expression libre ou doivent-ils être entièrement supprimés*?

« Les gouvernements du monde entier sont confrontés à des défis similaires et les lois qui définissent leurs valeurs couvrent tout le spectre. De nombreux pays européens encouragent l’expression, mais ont des lois contre les discours de haine, tandis que les États-Unis tiennent fermement à l’idéal selon lequel la liberté d’expression est un droit constitutionnel auquel le gouvernement ne devrait pas interférer. Et dans les régimes dictatoriaux ou autoritaires, tout discours offensant ou simplement oppositionnel est souvent contraint au silence.

« Facebook n’est pas un gouvernement, mais c’est une plateforme pour les voix du monde entier. Nous modérons le contenu partagé par des milliards de personnes et nous le faisons d’une manière qui donne à la liberté d’expression la plus grande portée possible. Mais il existe des exceptions critiques : nous n’autorisons pas, par exemple, les contenus qui pourraient mettre en danger physiquement ou financièrement des personnes, qui intimident des personnes par un langage haineux ou qui visent à tirer profit en trompant des personnes utilisant Facebook ».


Facebook a réprimé la propagation de la désinformation sur sa plateforme, qui s’est accélérée lors de l’élection présidentielle de 2016 et de la pandémie de COVID-19. Meta a déclaré qu’il réprimait des choses comme les discours de haine, le harcèlement, les menaces de violence et les fausses informations.

La société a déclaré qu’elle avait quadruplé ses équipes de sûreté et de sécurité à plus de 40 000 personnes depuis 2016 et qu’elle réduirait la distribution de contenus qui ne violent pas ses règles, mais ont été jugés faux par des vérificateurs de faits indépendants, de sorte qu’ils ne deviennent pas viraux.

Plusieurs comptes de haut niveau, dont celui du président Donald Trump, ont été supprimés de Facebook, et même d’autres plateformes de médias sociaux comme Twitter, après que le partage de désinformation soit devenu endémique.

CHD a poursuivi Meta – alors connu sous le nom de Facebook – en 2020, déposant une plainte de 150 pages. CHD a allégué que la vérification des faits par Facebook n’était pas objective. Un juge a statué en faveur du géant de la technologie, mais CHD a fait appel de la décision.

Kennedy a été condamné par le Southern Poverty Law Center pour un discours de 2022 lors d’un rassemblement anti-vax, au cours duquel il a comparé les mesures visant à contenir le COVID-19 aux restrictions de l’ère nazie pendant l’Holocauste. Le mémorial et musée d’Auschwitz a répondu à Kennedy en disant que son exploitation de “la tragédie des personnes qui ont souffert, ont été humiliées, torturées et assassinées par le régime totalitaire de l’Allemagne nazie” était un “triste symptôme de décadence morale et intellectuelle”.

CHD est largement considérée comme un symbole du mouvement de résistance aux vaccins. L’année dernière, l’organisation a été nommée l’une des “Disinformation Dozen”, qui fait référence aux 12 principaux diffuseurs de désinformation sur Covid-19 sur Internet, selon le Center for Countering Digital Hate.

Les actions de Facebook et d’Instagram sont un coup dur pour Kennedy. Mais les suppressions de compte ne l’empêchent pas complètement de parler en ligne. Alors que Kennedy a été personnellement exclu d’Instagram en février 2021, sa page Facebook personnelle – avec près de 247 000 abonnés – est toujours en ligne. D’autres pages Facebook dédiées à Children’s Health Defence, y compris celles de ses chapitres de Californie, de Floride et d’Arizona, restent également en ligne et comptent des milliers d’abonnés.

Au cours de la pandémie, Children’s Health Defence a remis en question à plusieurs reprises la sécurité des vaccins Covid-19, affirmant que les vaccins endommagent les organes et nuisent aux femmes enceintes. L’organisation a également tenté de semer le doute sur d’autres types de vaccins. Au cours des deux derniers mois, il a affirmé que les vaccins contre le tétanos provoquaient l’infertilité et que les vaccins contre la poliomyélite étaient responsables d’une augmentation mondiale des cas de poliomyélite.

Meta a des politiques interdisant la désinformation médicale, mais a du mal à les appliquer. La société a eu plus d’une douzaine de discussions sur la suppression des comptes de Children’s Health Defence de Facebook et Instagram au cours de l’année dernière, ont déclaré deux personnes au courant des conversations, qui ont demandé à rester anonymes, car elles n’étaient pas autorisées à parler publiquement.

Le mois dernier, Nick Clegg, président des affaires mondiales de Meta, a écrit une lettre ouverte sur les politiques de désinformation médicale de l’entreprise. Il a déclaré que ses politiques strictes concernant la désinformation sur Covid-19, qui ont été mises en place au début de la pandémie, pourraient devoir être reconsidérées, car de nombreuses régions du monde sont revenues à la normale.

Avant la pandémie, Meta ne supprimait que les messages qui pouvaient « contribuer à un risque de préjudice physique imminent », a déclaré Clegg. Pendant la pandémie, l’entreprise a élargi ce spectre pour supprimer les fausses allégations sur « les masques, la distanciation sociale et la transmissibilité du virus ». Ces dernières mesures n’ont peut-être plus besoin de rester en place, a-t-il suggéré.

Il a ajouté que plus de 25 millions de contenus liés à la désinformation sur le Covid-19 avaient été supprimés depuis le début de la pandémie.

Les experts en désinformation ont déclaré que les théories du complot et les mensonges sur Covid-19 restent importants sur Facebook et Instagram et ont continué d’attirer l’attention.

Sources : CHD, Meta (1, 2, 3)

https://www.developpez.com/actu/335870/Facebook-et-Instagram-suppriment-les-comptes-d-une-organisation-antivax-americaine-influente-pour-propagation-de-desinformation/