Fauci et de hauts responsables de Biden sont cités à comparaître dans le cadre d’une action en justice alléguant qu’ils ont collaboré avec les médias sociaux pour supprimer la liberté d’expression

Des hauts responsables de l’administration Biden – dont le Dr Anthony Fauci – et cinq géants des médias sociaux ont 30 jours pour répondre aux citations à comparaître et aux demandes de communication de pièces dans le cadre d’un procès alléguant que le gouvernement s’est entendu avec les sociétés de médias sociaux pour supprimer la liberté d’expression « sous couvert de lutte contre la désinformation »

Le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, et le procureur général de Louisiane, Jeff Landry, ont adressé mercredi des citations à comparaître à Twitter, Meta (société mère de Facebook), Youtube, Instagram et LinkedIn.

Mardi, Schmitt et Landry ont déposé des demandes de communication de documents et d’informations auprès de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et de son directeur, M. Fauci, de l’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, du chirurgien général, le Dr Vivek Murthy, et de l’ancienne directrice exécutive du Disinformation Governance Board, Nina Jankowicz.

Des demandes de communication ont également été envoyées aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), à l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures et à sa directrice, Jen Easterly, au département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS) et au département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS).

« En mai, le Missouri et la Louisiane ont intenté un procès historique contre des hauts fonctionnaires de l’administration Biden pour collusion présumée avec des géants des médias sociaux afin de supprimer la liberté d’expression sur des sujets tels que COVID-19 et la sécurité des élections », a déclaré Schmitt dans le communiqué de presse de mardi.

Schmitt a ajouté :

« Plus tôt ce mois-ci, un tribunal fédéral a accédé à notre requête de découverte accélérée, ce qui nous a permis de recueillir des documents importants auprès des responsables de l’administration Biden. Hier, nous avons présenté des demandes de communication préalable et aujourd’hui, nous avons présenté des citations à comparaître à des tiers pour faire exactement cela.

Nous nous battrons pour aller au fond de cette collusion présumée et exposer la suppression de la liberté d’expression par les géants des médias sociaux sur ordre de hauts responsables gouvernementaux. »

Schmitt a annoncé dans une déclaration du 12 juillet que Terry Doughty, un juge du tribunal de district des États-Unis pour le district ouest de la Louisiane, a statué en faveur d’une motion du 17 juin pour une découverte accélérée liée à l’injonction préliminaire et a fixé un calendrier avec des délais spécifiques pour les dépositions.

Selon M. Schmitt, les responsables gouvernementaux « ont à la fois fait pression et se sont entendus avec les géants des médias sociaux Meta, Twitter et Youtube pour censurer la liberté d’expression au nom de la lutte contre la soi-disant ‘désinformation’ et la ‘mésinformation’, ce qui a conduit à la suppression et à la censure d’informations véridiques sur plusieurs sujets, dont le COVID-19. »

« La décision de la Cour a ouvert la voie au Missouri et à la Louisiane pour recueillir des découvertes et des documents auprès des responsables de l’administration Biden et des entreprises de médias sociaux », a déclaré Schmitt dans un communiqué de presse mardi.

« L’ordonnance stipule que le premier amendement s’applique évidemment aux citoyens du Missouri et de la Louisiane, et que le Missouri et la Louisiane ont donc le pouvoir de faire valoir ces droits », a-t-il ajouté.

Dans une déclaration sur Twitter annonçant la décision du tribunal d’accéder à la demande des procureurs généraux, M. Schmitt a déclaré : « Personne n’a eu l’occasion de regarder sous le capot avant – maintenant nous le pouvons. »

 

La présidente de Children’s Health Defense (CHD), Mary Holland, qui est également l’avocate générale de CHD, a salué ce jugement :

« CHD se félicite de cette décision révolutionnaire du juge Doughty du district ouest de la Louisiane, qui découvre si l’administration Biden a violé le premier amendement par la censure.

Pendant deux ans, CHD et de nombreux autres médias n’ont pas été en mesure de comprendre les mécanismes par lesquels nos principales plateformes médiatiques ont impitoyablement censuré, supprimé et déformé nos informations.

Maintenant, grâce au processus de découverte que le juge a autorisé, nous allons découvrir comment Meta, Instagram, Twitter et YouTube ont été de connivence avec le gouvernement fédéral pour freiner la soi-disant ‘désinformation’ et ‘mésinformation’. C’est un nouveau jour. »

Fauci, les CDC, l’attachée de presse de la Maison Blanche et d’autres doivent remettre des documents

Selon le communiqué de presse, Fauci, principal conseiller médical du président Biden et directeur du NIAID, a été invité à remettre toutes les communications avec les plateformes de médias sociaux liées à la modulation du contenu et/ou à la désinformation, et à divulguer toutes les réunions avec toute plateforme de médias sociaux liées au sujet et à fournir toutes les communications avec Mark Zuckerberg du 1er janvier 2020 à aujourd’hui.

Fauci doit également remettre toutes les communications avec toute plateforme de médias sociaux liée à la Déclaration de Great Barrington ; les auteurs et les signataires originaux de la Déclaration de Great Barrington ; le Dr Jay Bhattacharya ; Martin Kulldorff, Ph.D. ; le Dr Aaron Kheriaty, Sunetra Gupta, Ph. D. ; Scott Atlas ; Alex Berenson ; Peter Daszak, Ph.D. ; Shi Zhengli, Ph.D. ; l’Institut de virologie de Wuhan ; EcoHealth Alliance ; et/ou tout membre de la soi-disant « douzaine de désinformation », y compris le président et conseiller juridique en chef du CHD, Robert F. Kennedy, Jr.

Karine Jean-Pierre, attachée de presse de la Maison-Blanche, est tenue d’identifier chaque responsable, fonctionnaire, employé, membre du personnel, contractant ou toute autre personne associée à l’équipe de communication de la Maison-Blanche qui a communiqué ou communique avec toute plateforme de médias sociaux liée à la modulation du contenu et/ou à la désinformation – et de remettre ces communications.

Jean-Pierre doit également identifier toutes les personnes qui « s’engagent régulièrement avec toutes les plateformes de médias sociaux sur les mesures qui peuvent être prises » pour lutter contre la désinformation sur les médias sociaux, engagement qui « s’est poursuivi, et … se poursuivra », comme indiqué lors d’un point de presse de la Maison Blanche le 25 avril – et remettre toutes les communications avec toute plateforme de médias sociaux impliquée dans cet engagement.

La défenderesse Nina Jankowicz, qui a été chargée de diriger le « Conseil de gouvernance de la désinformation » de l’administration Biden, doit fournir tous les documents relatifs aux communications avec les plateformes de médias sociaux et à la modulation du contenu et/ou à la désinformation.

Mme Jankowicz est tenu d’identifier la nature, l’objectif, les participants, les sujets à aborder et les sujets effectivement abordés lors de la réunion entre le personnel du DHS et les dirigeants de Twitter, Nick Pickles et Yoel Roth, prévue le 28 avril ou autour de cette date.

Les CDC sont tenus de fournir les noms de chaque dirigeant, fonctionnaire, employé, membre du personnel, contractant ou agent des CDC ou de tout autre fonctionnaire ou agence fédérale qui a communiqué ou communique avec toute plateforme de médias sociaux concernant la modulation du contenu et/ou la désinformation.

Les CDC doivent divulguer les communications avec toute plateforme de médias sociaux liées à la modulation de contenu ou à la désinformation, toute réunion qui a eu lieu avec des plateformes de médias sociaux liées à la modulation de contenu et/ou à la désinformation, et doit identifier tous les « membres de notre personnel supérieur » et/ou les « membres de notre équipe COVID-19 » qui sont « en contact régulier avec … les plateformes de médias sociaux », comme « Jennifer Psaki [ancienne secrétaire de presse de la Maison Blanche] l’a déclaré lors d’un point de presse de la Maison Blanche le 15 juillet 2021 ou aux alentours ».

L’agence doit également divulguer tous les « experts gouvernementaux » qui sont des officiers, des fonctionnaires, des agents, des employés ou des contractants fédéraux, qui ont « établi un partenariat » avec Facebook ou toute autre plateforme de médias sociaux pour traiter la désinformation et/ou la modulation du contenu, y compris toutes les communications relatives à ces partenariats.

Comme Fauci, les CDC doivent remettre les informations et les communications sur la « douzaine de désinformateurs », la Déclaration de Great Barrington, les médias alternatifs et les principaux experts et scientifiques qui se sont prononcés contre l’approche du gouvernement concernant le traitement du COVID-19 ou l’obligation de porter des masques et de procéder à des confinements.

Il a été « ordonné » à Meta (Facebook) de produire toutes les communications avec un fonctionnaire fédéral concernant la désinformation et/ou la modulation du contenu, de produire tous les documents et toutes les actions liées aux communications prises sur la base, en tout ou en partie, d’informations reçues, directement ou indirectement, d’un fonctionnaire fédéral et de produire toutes les communications et tous les documents liés à une liste de termes de recherche comprenant le nom de Kennedy et/ou les noms de médecins et de docteurs éminents qui ont été censurés pour leurs opinions sur le COVID-19.

Facebook doit également divulguer les réunions, communications et documents liés aux remarques de Mme Psaki, qui a déclaré que la Maison Blanche est « en contact régulier avec ces plates-formes de médias sociaux, et ces engagements se font généralement par l’intermédiaire de membres de notre personnel supérieur, mais aussi de membres de notre équipe COVID-19 », et concernant les efforts de la Maison Blanche pour signaler « les publications problématiques pour Facebook qui diffusent de la désinformation ».

Des demandes similaires ont été adressées à d’autres responsables gouvernementaux et à des plateformes de médias sociaux, notamment Twitter, YouTube, Instagram et LinkedIn.

L’action en justice allègue une collusion visant à supprimer les intervenants et les points de vue défavorisés

En mai, les procureurs généraux de Louisiane et du Missouri ont intenté une action en justice alléguant que les défendeurs gouvernementaux « se sont entendus avec et/ou ont contraint les sociétés de médias sociaux à supprimer les intervenants, les points de vue et les contenus défavorables sur les plateformes de médias sociaux en étiquetant le contenu ‘désinformation’, ‘mésinformation’ et ‘malinformation’ ».

La plainte allègue que les entreprises de médias sociaux ont faussement étiqueté le contenu véridique « désinformation » et « mésinformation » et soutient que la suppression constitue une action gouvernementale, violant la liberté d’expression protégée par la constitution américaine.

La plainte allègue également que le conseil de gouvernance de la désinformation du DHS a été créé « pour inciter, étiqueter et faire pression sur la censure de contenus, de points de vue et d’intervenants défavorables sur les plates-formes de médias sociaux », et que le HHS et le DHS ont violé la loi sur la procédure administrative qui permet de « déclarer illégales et d’annuler les actions finales de l’agence » jugées abusives, arbitraires et capricieuses.

L’action en justice fournit plusieurs exemples d’informations véridiques qui ont été censurées par des entreprises de médias sociaux qui ont ensuite admis que le contenu était véridique ou crédible.

Selon The Epoch Times, l’action en justice pourrait contribuer à mettre en lumière les « efforts déployés en coulisses » par l’administration Biden pour décourager la diffusion d’informations liées à la théorie des fuites de laboratoire concernant les origines du COVID-19 et l’efficacité des masques et des confinements.

Source : https://www.anguillesousroche.com/technologie/fauci-et-de-hauts-responsables-de-biden-sont-cites-a-comparaitre-dans-le-cadre-dune-action-en-justice-alleguant-quils-ont-collabore-avec-les-medias-sociaux-pour-supprimer-la-liberte-dexpression/