Faux positif au VIH chez un patient atteint d’une infection par le SRAS-CoV-2 ; rapport de cas

Faux positif au VIH chez un patient atteint d'une infection par le SRAS-CoV-2 ; rapport de cas

  • Il existe une similitude entre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 et certains autres virus.
  • La protéine de pointe similaire du VIH et du SRAS-CoV-2 peut entraîner une réactivité croisée des anticorps.
  • Ce rapport présente un cas rare de faux positif pour le VIH chez un patient atteint d’une infection par le SRAS-CoV-2.

Résumé

Introduction

Une petite partie des cas de maladie à virus Corona-2019 (COVID-19) sont associés à des co-infections, mais il arrive parfois qu’ils se révèlent être des faux positifs en raison de possibles réactivités croisées. Le présent rapport a pour but de présenter un cas rare de virus de l’immunodéficience humaine (VIH) faussement positif chez un patient atteint de COVID-19.
Rapport de cas

Une femme de 32 ans se plaignant de problèmes thyroïdiens a été envoyée pour une opération de la thyroïde. Elle présentait des symptômes légers de COVID-19. Ses résultats de laboratoire préopératoires étaient normaux, à l’exception du test de dépistage du VIH qui était positif à plusieurs reprises. Une PCR de l’ARN a été réalisée pour confirmer le diagnostic du VIH, elle a donné un résultat négatif. La patiente a subi une thyroïdectomie comme prévu et a reçu le traitement de soutien nécessaire pour se remettre du COVID-19. Le suivi à deux mois a révélé qu’elle était négative pour le COVID-19 au test PCR, et que le test immunologique du VIH n’était plus positif.
Discussion

En raison des similitudes structurelles entre les chaînes de protéines de pointe du SRAS-CoV-2 et certains autres virus tels que la dengue, le Zika et d’autres coronavirus étroitement apparentés (SRAS-CoV, MERS-CoV), la protéine peut potentiellement interférer avec les tests immunologiques. Bien que les tests immunologiques aient une sensibilité et une spécificité élevées, des résultats faussement positifs ont été signalés, comme dans le cas du virus d’Epstein Barr, de la vaccination contre la grippe et de la vaccination australienne contre le COVID-19.
Conclusion

La similitude entre les protéines de pointe du VIH et du SRAS-CoV-2 peut entraîner des réactions croisées d’anticorps, donnant lieu à des résultats faussement positifs lors des tests de dépistage immunologique.

Sources : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2049080121009778

Commentaires fermés.