Italie : Giulia Lucenti est décédée à 16 ans au lendemain du vaccin

Bastiglia, malade le lendemain de la deuxième dose de Pfizer. La douleur des parents : “Rêves brisés”. Le maire : « Ville en deuil »

Giulia Lucenti, morta a soli 16 anni
Giulia Lucenti, décédée à l’âge de 16 ans

Bastiglia (Modène), 11 septembre 2021 – ” Giulia rêvait de pouvoir travailler à l’étranger dans le domaine de la robotique”. Les souvenirs de maman Oxana et papa Lorenzo se dissolvent dans la douleur atroce d’avoir perdu leur fille unique à l’âge de 16 ans , “seize heures après la deuxième dose du vaccin”, précise la maman. Au lendemain de la mort de Giulia Lucenti , les parents Lorenzo et Oxana ne blâment pas la deuxième dose de Pzifer, “inoculée mercredi à 17h45 à Castelfranco”, mais ils veulent faire la lumière sur la mort prématurée de leur petite amie et hier matin , par l’intermédiaire de leur avocat, Pier Francesco Rossi, a déposé une plainte auprès du procureur de la République demandant un examen d’autopsie.

C’est la mère, jeudi peu avant 15 heures, qui a retrouvé sa fille inconsciente sur le canapé de la maison, en rentrant du travail. Lorsque l’ambulance 118 est arrivée pour la jeune fille, malheureusement, qui souffrait de la naissance d’un « prolapsus de la valve mitrale » , il n’y avait plus rien à faire. Giulia, qui comptait les jours pour retourner à l’école, à l’Institut Galilei de Mirandola, où elle aurait fréquenté le troisième grade A , ‘adresse d’automatisation robotique’, “Giulia – dit sa mère – qui voulait fabriquer des prothèses intelligentes pour aider d’autres, et des cartes à puce à appliquer dans divers secteurs”, est décédée dans sa maison de la Bastille, via XXV Aprile, d’ un arrêt cardiaque.C’était une fille calme, bonne, sans vices, ni fumée ni alcool, dont la mort a suscité une profonde émotion dans toute la communauté de Bastille, et au-delà. La nouvelle, via les réseaux sociaux, s’est rapidement propagée.

Giulia Lucenti est décédée à 16 ans après le vaccin. “Personne ne l’avait déconseillé”

La maire de Bastille , Francesca Silvestri, qui était partie jeudi pour quelques jours de vacances, est revenue hier après-midi et a proclamé le deuil de la ville. Les événements prévus dans le pays ont été annulés . “Giulia est la troisième jeune femme de notre communauté à nous avoir quittés trop tôt. La douleur est grande, il n’y a pas de mots”

La jeune femme, qui était sous surveillance médicale précisément en raison de sa pathologie congénitale , était toujours en bonne santé. “A la première injection il n’a eu aucune gêne – dit le père, bien connu pour son activité bénévole à la Polisportiva – et en tout cas mercredi j’ai pris soin d’informer le vaccinateur de la pathologie de Giulia. Après la deuxième injection, ma fille elle a eu une légère douleur au bras, et quand je l’ai entendue, vers 13h30 – se souvient le père éperdu – elle m’a dit qu’elle se reposait sur le canapé. Je suis alors allée chez le médecin de famille pour mes besoins et quand Oxana est revenue du travail m’a alerté, m’a bouleversé. Le médecin et moi avons immédiatement couru à la maison, mais malheureusement… “. L’Ausl a exprimé sa proximité avec les parents de la fille.

2 réflexions sur “Italie : Giulia Lucenti est décédée à 16 ans au lendemain du vaccin

  • septembre 13, 2021 à 6:06
    Permalien

    LES PRINCIPAUX RESPONSABLES SONT DRAGHI ET SON REGIME TOTALITAIRE.

    Une plainte pour crimes contre l’humanité a été déposée a la Cour Pénale International (CPI) par des avocats de plusieurs pays contre les dirigeants de pays divers comme la France, le Royaume- uni, la Slovaquie et la Tchéquie.

    Cette plainte a été initiée par le CSAPE (Collectif des Syndicats et Associations Professionnels Européens) a laquelle se sont associés les avocats d’autres pays européens.

    La Cour Pénale International (CPI) est la plus haute instance juridique mondiale mise en place pour juger les crimes contre l’humanité, génocides ou crimes de guerre. La CPI s’appuie sur différents traités et textes légaux que tous les pays du monde ont ratifiés, comme la déclaration des droits de l’homme, le traité de Rome, le Code de Nuremberg et autres textes afférant aux droits humains.

    La plainte initiée par le CSAPE est ouverte a tous les citoyens des pays concernés et plus particulièrement a ceux qui sont victimes de crimes contre l’humanité de la part de leur gouvernement, comme c’est le cas avec la dictature du régime macron.

    Tout citoyen ou résident français a le droit de se porter partie civile et de relayer cette pliante auprès de la CPI.
    Il suffit pour cela de télécharger le document déjà prêt sur le site du CSAPE, de le signer avec votre nom et adresse, et de l’envoyer par voie électronique et par LRAR Lettre recommandée avec Accusé de Réception a la CPI.

    Des milliers de plaintes ont déjà été envoyée au TPI et seul un nombre extrêmement important de plaintes pourra faire bouger les choses et faire réagir cette institution. Plus vous serez nombreux et plus vous serez entendu.

    l’alternative est de continuer a ne rien faire et sombrer chaque jour un peu plus dans la dictature, la surveillance totalitaire et la destruction de nos droits, de nos libertés, de notre démocratie, de nos corps, de nos enfants et de leur avenir.

    Les medias, soignants, politiciens, commerçants, institutions, corporations et tous les collaborateurs impliqués dans cette vaste opération criminelle, sont non seulement responsables mais sont aussi coupables.

    Il est temps que les responsables de ces crimes soient arrêtés, inculpés et punis pour leurs actions, leur participation ou leur inaction.

    Vous trouverez ici le lien vers le site du CSAPE http://www.csape.international

    La plainte est téléchargeable et la procédure a suivre est indiquée pour se joindre a cette plainte.

    Pour vous associer à la plainte, Particulier ou professionnel, Nous contacter : csape.sg@hotmail.com Secrétaire général Tel : 33 (0)6 12 55 63 20

    VOUS POUVEZ TÉLÉCHARGER LA PLAINTE ET LA NOTE DE DIFFUSION ICI: https://href.li/?https://www.dropbox.com/s/geurx0dqarhck3e/PLAINTE%20CSAPE-FRA-CRIME%20CONTRE%20HUMANITE.pdf?dl=0

    Complaint ENG
    https://www.dropbox.com/s/5wrsjsjyx5zrnmw/COMPLAINT%20CSAPE-FRA-CRIME%20AGAINST%20HUMANITY%20-%20V.pdf?dl=0

    A envoyer a:

    Cour pénale internationale
    Unité des informations et des éléments de preuve Bureau du Procureur
    Oude Waalsdorperweg 10
    2597 AK Den Haag,
    Pays-Bas
    otp.informationdesk@icc-cpi.int

    Répondre
  • Ping : Qu’avez vous fait ?! | jbl1960blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informer

En vous abonnant à la Newsletter, vous acceptez que vos données personnelles soient traitées par la Résistance dans le but de vous envoyer la Newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment grâce au lien de désinscription à la fin de chaque newsletter.

Newsletter

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner