Google est poursuivi aux Etats-Unis pour pistage illégal des utilisateurs

Google est poursuivi par les procureurs de l'Etat de Washington, de l'Indiana, du Texas et de Washington DC pour avoir illégalement traqué les utilisateurs alors qu'ils avaient désactivé la géolocalisation sur leur terminal.

© Tamas Tuzes-Katai/Unsplash

Quatre procureurs généraux des Etats de Washington, l’Indiana, du Texas et de Washington DC (district de Columbia) ont déposé une plainte contre Google le 24 janvier. Il lui reproche de suivre illégalement les utilisateurs en les induisant en erreur à travers un schéma complexe de paramètres. Il bafoue la législation sur les données personnelles en portant atteinte à leur vie privée, peut-on lire dans la plainte

Induire en erreur les utilisateurs
D’après Karl A. Racine, le procureur général de Washington DC, “depuis au moins 2014, Google a systématiquement trompé les consommateurs sur la façon avec laquelle les emplacements sont suivis et utilisés” et les “a induit en erreur en leur faisant croire qu’ils pouvaient contrôler les informations que Google collecte à leur sujet“.

Ces informations sont issues d’un article de l’Associated Press publié en 2018 révélant que l’entreprise américaine “enregistre vos mouvements même que vous lui dites explicitement de ne pas le faire“. Autrement dit, bien que l’utilisateur ait désactivé la géolocalisation sur son smartphone, Google collecterait ses données à travers un système alternatif découvert par des chercheurs de l’université de Princeton. 

Enjoindre Google de cesser ses pratiques litigieuses
Les requérants affirment donc que Google a des “pratiques commerciales déloyales et trompeuses” contraires à la réglementation en vigueur en rendant “impossible pour les utilisateurs de refuser que leur emplacement soit suivi“, en les trompant sur “leur capacité à protéger leur vie privée via les paramètres de compte” et en “s’appuyant sur des méthodes obscures pour saper les choix éclairés des utilisateurs“. Ils exigent donc une injonction judiciaire interdisant à Google de poursuivre ces pratiques. Aussi, ils souhaitent le “forcer à restituer les bénéfices” générés par le pistage prétendument illégal. 

Le procureur de l’Arizona, Mark Brnovich, a intenté une action contre Google en mai 2020 pour des motifs similaires. En effet, il l’accusait de traquer illégalement les utilisateurs à travers la collecte de leurs données de géolocalisation sans leur consentement et ce, même lorsqu’ils avaient désactivé cette fonctionnalité. Les documents judiciaires citaient des anciens et actuels salariés de l’entreprise, dont Jack Menzel, ancien vice-président en charge de Google Maps, qui a admis lors d’une déposition que la seule façon d’empêcher Google de savoir quelles adresses correspondent au domicile et au lieu de travail des utilisateurs était de modifier volontairement ces adresses pour en mettre des fausses.