Hospitalisations et décès à l’hôpital : les vaccinés sont devenus majoritaires

Une majorité de vaccinés parmi les personnes hospitalisées pour cause de Covid.

Publié le 03/12/2021 à 21:43 , mis à jour à 21:54

Si c’était effectivement la situation depuis juin et lors du début de la 5e vague en octobre, ce pourcentage est devenu erroné depuis environ la deuxième quinzaine de novembre.
 

Le mardi 30 novembre, sur la chaîne Public Sénat, l’infectiologue Karine Lacombe affirmait encore que “80% des personnes hospitalisées pour une infection au Covid-19 ne sont pas vaccinées”, un pourcentage souvent repris par les médias depuis une campagne de communication du gouvernement durant l’été qui  présentait déjà ce pourcentage. Début juin, lorsque la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a commencé à faire le décompte, les non-vaccinés représentaient jusqu’à 85 % des hospitalisations, 84 % des admissions en réanimation

La chose n’est plus vraie du tout  aujourd’hui, d’après une information de Libération : depuis la deuxième quinzaine de novembre, en terme d’hospitalisations et de décès, la courbe s’est inversée, et s’est équilibrée en services de réanimations, détaille le quotidien national. 

A ce jour, 57 % des hospitalisations concernent des vaccinés, contre 43 % de non vaccinés. En réanimation, c’est du 50-50. Quant aux décès hospitaliers, 54 % sont des vaccinés contre 46 % de non vaccinés. Ce qui signifie par exemple qu sur les 114 derniers décès enregistrés en 24 heures ce vendredi, plus d’une soixantaine sont des personnes vaccinées.

Si cette inversion des courbes était attendue, compte tenu de l’augmentation du nombre de personnes vaccinées durant ces six derniers mois, quid des personnes vaccinées hospitalisées ?

Majoritairement, hors les cas de comorbidités chez les vaccinés, ce sont les plus anciennement vaccinés qui sont les plus nombreux. Mais paradoxalement et en valeur absolue, relève Libération, les “néo-vaccinés” (entre 3 et 6 mois) sont encore plus nombreux, toujours en valeur absolue, que les vaccinés de plus de six mois.

C’est d’ailleurs sur cette “valeur absolue” que se joue l’ambigüité, car si l’on sépare population vaccinée et population non vaccinée, il y a 7 fois plus de risques d’hospitalisation pour un non-vacciné que pour un vacciné. Interrogée par Libération, Karine Lacombe a indiqué faire référence à cette “différenciation” entre vaccinés et non-vaccinés. Mais dans les chiffres réels, c’est bien une majorité de 57 % de vaccinés qui sont à ce jour hospitalisés pour cause de Covid.

Au vu de l’ampleur de cette 5e vague et du nombre d’hospitalisations, de réanimations et de décès en hausse, le rôle des vaccins pour empêcher la transmission et la propagation du virus parmi la population vaccinée ou non, peut devenir aujourd’hui un sujet d’interrogation, voire d’inquiétude…

Laurent Roustan suivre ce journaliste

Source : https://www.centrepresseaveyron.fr/2021/12/03/hospitalisations-et-deces-a-lhopital-les-vaccines-sont-devenus-majoritaires-9969766.php

Covid-19 : est-il vrai que 80 % des hospitalisations concernent des non-vaccinés, comme le dit Karine Lacombe ?

Lors d’une intervention devant une commission du Sénat, l’infectiologue a expliqué que «80 % des personnes qui arrivent à l’hôpital avec une Covid-19 ne sont pas vaccinées». Un chiffre aujourd’hui largement caduc.

Question posée par Damien le 1er décembre

Vous nous interrogez, via Twitter, sur une déclaration faite mardi devant le Sénat par Karine Lacombe, infectiologue à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. «Depuis que l’on a accès à la vaccination, le profil [des personnes hospitalisées, ndlr] a profondément changé, explique-t-elle. 80 % des personnes qui arrivent à l’hôpital avec une Covid-19 ne sont pas vaccinées, et ce sont celles majoritairement qui passent en réanimation et qui décèdent. Les 20 % de patients qui sont vaccinés et qui arrivent malgré tout à l’hôpital sont des personnes qui ont des facteurs de risque, en particulier d’autres comorbidités, et surtout qui ont une deuxième dose qui est assez éloignée, en général 5/6 mois, voire plus, de leur nouvelle infection. Donc on voit bien que la vaccination, dans le contexte du Delta, a vraiment bien marché, et d’ailleurs, c’est ce qui a permis […] que nous ne sommes pas submergés.»

Huit personnes sur dix qui arrivent aujourd’hui à l’hôpital seraient donc non vaccinées ? Ce pourcentage correspond précisément à celui utilisé dans la campagne de communication du gouvernement cet été : «On peut débattre de tout, sauf des chiffres. Aujourd’hui en France, 8 personnes sur 10 hospitalisées à cause du Covid ne sont pas vaccinées», pouvait-on entendre dans un clip de prévention. Un chiffre brut sur lequel CheckNews avait déjà écrit, prévenant qu’avec la progression de la campagne de vaccination, les vaccinés finiraient par devenir majoritaires dans les entrées à l’hôpital ou encore les décès.

Et c’est effectivement ce qui s’est passé. Au tout début des décomptes effectués par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), début juin, la part des non-vaccinés dans les entrées quotidiennes en hospitalisation conventionnelle était encore ultra-majoritaire (85 %). Idem pour les entrées en soins critiques (84 %) ou les décès hospitaliers (86 %).

Mais depuis l’extension de la couverture vaccinale en France (75 % de la population, dont 90 % des adultes), les rapports se sont – mathématiquement – modifiés. Concernant les hospitalisations conventionnelles, les non-vaccinés représentent désormais 43 % des entrées, contre 57 % pour les vaccinés.

Pour les entrées en soins critiques, les proportions sont équivalentes (50 % de non-vaccinés et 50 % de vaccinés)

Et pour les décès, enfin, les non-vaccinés, là aussi, deviennent minoritaires (46 %).

S’agissant, enfin, de la dernière affirmation de Karine Lacombe, selon laquelle «les 20 % de patients qui sont vaccinés et qui arrivent malgré tout à l’hôpital sont des personnes qui ont des facteurs de risque, en particulier d’autres comorbidités, et surtout qui ont une deuxième dose qui est assez éloignée, en général 5/6 mois, voire plus, de leur nouvelle infection», la réalité est globalement celle-ci. Parmi les hospitalisations des personnes vaccinées, les plus anciennement vaccinés sont largement majoritaires. Mais les vaccinés entre 3 et 6 mois sont encore plus nombreux, toujours en valeur absolue, que les vaccinés de plus de six mois.

Sollicitée par CheckNews sur les premiers chiffres, contradictoires avec ceux qu’elle a cités devant le Sénat, Karine Lacombe répond qu’elle «ne parlai[t] pas en valeur absolue, ce qui n’a aucun sens quand on parle de l’impact d’une intervention, mais en pourcentage de vaccinés versus non vaccinés». Avant d’ajouter : «C’est tout le problème des chiffres bruts de la Drees qui induisent en erreur quand on n’interprète pas ces chiffres à l’aune de l’extension de la vaccination.»

Karine Lacombe fait ici référence aux chiffres relatifs à chaque population (vaccinés et non-vaccinés). En effet, si les vaccinés, en valeur absolue, sont désormais majoritaires dans les entrées à l’hôpital, ils ont toujours sept fois moins de risques d’être hospitalisés que les non-vaccinés. Dit autrement, il y a sept fois moins d’hospitalisations parmi un million de vaccinés que pour un million de non-vaccinés. Soit une protection de 86 %, pour les vaccinés, contre l’hospitalisation. Ce qui ne signifie pas que les non-vaccinés représentent 80 % «des personnes qui arrivent à l’hôpital avec une Covid-19».

Affirmation à vérifier

L’infectiologue Karine Lacombe assure que “80% des personnes hospitalisées pour Covid-19 ne sont pas vaccinées”.

Conclusion

Faux. Ce chiffre est désormais largement caduc.

Source : https://www.liberation.fr/checknews/covid-19-est-il-vrai-que-80-des-hospitalisations-concernent-des-non-vaccines-comme-le-dit-karine-lacombe-20211203_QPLLDHSJOFFH7GXEIPP6BYGMP4/

https://t.me/alexis_poulin/2391