Intéressant le parcours de François Crémieux, nouveau patron de l’AP-HM qui vire Raoult.

Intéressant le parcours de François Crémieux, nouveau patron de l'AP-HM qui vire Raoult.

Il est encore au comité stratégique d’un labo pharmaceutique, Debiopharm.

François Crémieux - Debiopharm

François Crémieux a obtenu son Master des universités Paris-Dauphine et Lancaster (Royaume-Uni) en 1994. Il a ensuite obtenu un Master en santé publique à la Faculté de médecine de Paris Diderot et est diplômé en gestion hospitalière de l’Ecole française de santé publique (EHESP). Après avoir travaillé pour les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé dans différents environnements post-conflit, notamment en tant que PDG de l’hôpital de Mitrovica (Kosovo), la carrière de M. Crémieux s’est concentrée sur la gestion hospitalière en France. Il a été directeur de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris de 2008 à 2010. Il est ensuite devenu directeur des hôpitaux et cliniques de la régie de la santé du Grand Paris en charge de plus de 70 établissements distincts de 2010 à 2012 avant de rejoindre le cabinet du ministre de la Affaires sociales et santé de 2012 à 2014. Depuis 2014, M. Crémieux est directeur général des CHU Nord de Paris. M. Crémieux est membre du comité en tant qu’expert pour le compte des Hôpitaux universitaires du Grand Paris (AP-HP). Il ne reçoit aucune rémunération personnelle pour ses contributions au comité.
 

Debiopharm lance une phase II sur un antiviral contre la Covid-19

Le laboratoire vaudois Debiopharm a lancé en France une étude clinique ouverte de phase II sur son antiviral expérimental alisporivir, dans l’indication contre la Covid-19. Les recherches ont été confiées à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) et doivent porter sur une nonantaine de patients hospitalisé à un stade précoce, précise un communiqué diffusé dimanche.

L’étude visera dans un premier temps à évaluer la réduction de la charge virale et dans un second temps à analyser l’efficacité clinique et radiologique ainsi que la sécurité et la tolérabilité de la substance, administrée parallèlement au standard thérapeutique.

Debiopharm indique avoir choisi de renoncer à tout avantage financier lié à l’utilisation de son traitement et à reverser l’intégralité des recettes à une fondation à but non lucratif dédiée à la recherche sur les maladies infectieuses.

https://www.bilan.ch/entreprises/debiopharm-lance-une-phase-ii-sur-un-antiviral-contre-la-covid-19

Debiopharm International collabore avec Merck et Pfizer

La société biopharmaceutique suisse Debiopharm a conclu un accord avec le géant allemand Merck et l’Américain Pfizer afin d’évaluer une molécule d’immunothérapie contre le cancer. Il s’agit de Debio 1143, une molécule inhibitrice des inhibiteurs des protéines de l’apoptose, qui devrait être administrée oralement en association avec l’avelumab, un anticorps monoclonal igG1 anti-PD-L1 totalement humanisé et en cours d’investigation. Tous deux seront prescrits à des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) à un stade localement avancé ou métastatique. Debio 1143 est actuellement en phase II de développement clinique dans le cancer de la tête et du cou ainsi que dans le cancer de l’ovaire. L’avelumab fait quant à lui l’objet de plusieurs études cliniques menées par l’alliance Merck-Pfizer dans le traitement de différents types de tumeurs. Selon les termes de l’accord précisés dans le communiqué, Debiopharm sera responsable de l’essai clinique de phase I/Ib dans le cadre du NSCLC. «?Nous espérons que l’effet immunosensibilisateur de notre composé, en association avec l’avelumab, améliorera les résultats du traitement des patients souffrant de cette maladie grave et invalidante?», a déclaré le Dr Chris Freitag, vice-président de la R&D clinique de Debiopharm. Le NSCLC représente à lui seul 80 à 85?% de tous les cancers du poumon.

https://www.industriepharma.fr/debiopharm-international-collabore-avec-merck-et-pfizer,78521