Irlande : Conor McGregor s’en prend à l’UE et déclare que “la vaccination forcée est un crime de guerre”.

McGregor

Jack Montgomery 6 Dec 2021

Conor McGregor, légende de l’UFC, a qualifié la vaccination “forcée” de “crime de guerre” et a critiqué l’UE et ses “chiens de salon” au sein du gouvernement irlandais.

M. McGregor, premier champion du monde de l’UFC à être simultanément champion du monde des deux poids, a fait cette déclaration après que Neale Richmond, un politicien du Fine Gael, le parti au pouvoir en Irlande, a tenté de l’attaquer sur Twitter pour avoir déclaré qu’il était “temps de parler de la sortie de l’Irlande de l’Union européenne”, en essayant de retourner contre lui son célèbre slogan “You’ll do nuttin'”.

“Un partenariat économique ne devrait pas signifier une capitulation politique. Nous avons été renfloués et enfermés, et cela a été fait sans problème. Lenihan a été menacé et a plié. Le syndrome de Stockholm me vient à l’esprit”, a déclaré l’Irlandais à propos des partisans de l’UE dans son pays, faisant référence aux tristement célèbres lettres de Trichet qui ont révélé que la Banque centrale européenne (BCE) avait forcé le ministre des finances de l’époque, Brian Lenihan, à accepter un plan de sauvetage punitif en 2010.

“Le vaccin forcé est un crime de guerre”, a ajouté M. McGregor pour faire bonne mesure.

Il a développé ce point après avoir cité sur Twitter un utilisateur anonyme qui l’avait accusé de dire “des bêtises complètes” et lui avait dit de “s’en tenir à la MMA”.

“Vous pensez que forcer les gens à s’injecter quelque chose dans leur corps n’est pas un crime ? Les gens doivent avoir le droit de choisir”, a insisté McGregor.

“Une tentative de rendre le vaccin obligatoire arrive, selon le chef de l’UE. Je ne peux pas accepter cela. Je sais que nos toutous au pouvoir feront ce qu’on leur dit.”

L’ancien champion du monde poids plume et poids léger faisait probablement référence aux récents commentaires de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, protégée d’Angela Merkel, lorsqu’elle a déclaré aux journalistes : “Comment pouvons-nous encourager et potentiellement penser à une vaccination obligatoire au sein de l’Union européenne, cela doit être discuté.”

Angela Merkel elle-même a déjà verrouillé les non-vaccinés et approuvé l’idée de rendre la vaccination obligatoire, et a révélé que le Parlement allemand voterait prochainement sur son imposition. Son futur successeur, le chancelier désigné Olaf Scholz, du parti social-démocrate de gauche (SPD), soutient également cette mesure.

L’Autriche voisine, quant à elle, rend déjà les vaccins obligatoires, tandis que la Grèce les rend obligatoires pour les plus de 60 ans. Techniquement, ceux qui refusent ne seront pas “forcés” à “injecter quelque chose dans leur corps” – mais ils seront soumis à un verrouillage indéfini, à des amendes et à une éventuelle peine de prison pour ne pas s’y conformer.

Après un certain temps, M. McGregor a supprimé ses premiers tweets contre la vaccination forcée, les remplaçant par une déclaration un peu plus douce : “Forcer quelqu’un à s’injecter quelque chose dans son corps qu’il ne souhaite pas est odieusement mauvais. Je ne suis pas contre les vaccins, je suis contre le fait de ne pas avoir le choix. Que Dieu bénisse ceux qui pensent autrement.”

Plus tard, ce tweet a également été supprimé, mais il a ensuite partagé un article de son site Web, The Mac Life, qui cite plusieurs de ses déclarations sur Twitter.

Auparavant, McGregor a expliqué qu’il “tweete et supprime” les déclarations controversées parce qu’il n’aime “pas garder la négativité sur mes chaînes.”

“Je dirai toujours ce que j’ai besoin de dire, cela est rapporté/répandu, puis je le supprime de ma page. C’est fait et c’est terminé”, a-t-il déclaré.

Source : https://www.breitbart.com/europe/2021/12/06/conor-mcgregor-slams-eu-declares-forced-vaccine-is-a-war-crime/

One thought on “Irlande : Conor McGregor s’en prend à l’UE et déclare que “la vaccination forcée est un crime de guerre”.

  • c’est plus que vrai notre corps n’appartient pas à l’état et encore moins a ce gouvernement il y a des lois existantes pour nous protéger des abus et des coups fumants de dictateurs en fuuries .Force est de constater les dégâts monstrueux autour du monde …Il faudra bien que le vent tourne

Commentaires fermés.