Israël enregistre près de 11 000 cas de COVID, marquant un nouveau record

Les cas graves de coronavirus restent stables à 719, mais les autorités craignent que les ouvertures d’écoles ne propagent davantage le COVID-19.

 Des membres de l'équipe de l'hôpital Shaare Zedek portant des équipements de sécurité alors qu'ils travaillent dans le service des coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem le 23 août 2021. (Crédit photo : YONATAN SINDEL/FLASH90)
Des membres de l’équipe de l’hôpital Shaare Zedek portant des équipements de sécurité alors qu’ils travaillent dans le service des coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem le 23 août 2021.
(Crédit photo : YONATAN SINDEL/FLASH90)

Israël a enregistré près de 11 000 cas de COVID-19 lundi, a rapporté mardi le ministère de la Santé, marquant un nouveau record depuis le début de la pandémie.

Le nombre de patients dans un état grave est resté stable, mais avec la nouvelle année scolaire qui doit commencer mercredi, les autorités craignent une nouvelle augmentation des infections.

“Je m’attends à ce que la morbidité augmente encore, mais j’espère qu’il ne s’agira pas d’une nouvelle épidémie”, a déclaré le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, à la Douzième chaîne.

Au moins 10 947 nouveaux porteurs de virus ont été identifiés lundi, avec 7,65% des personnes testées retournant un test positif. À une seule autre occasion depuis le début de la pandémie, le pays a enregistré plus de 10 000 cas. Ils étaient 10 118 le 18 janvier, lors du pic de la troisième vague, la plus virulente et la plus meurtrière que le pays ait connue.

Il y a environ 83 000 cas actifs, contre quelque 88 000 lors de la troisième vague, mais le nombre de patients dans un état grave et de ceux décédés en août a été plus faible. Au dernier décompte, 520 personnes étaient décédées en août, avec un pic de 756 patients dans un état grave, contre plus de 1 400 décès en janvier et un record de quelque 1 200 patients dans un état grave.

Mardi, environ 35 000 des cas actifs étaient des écoliers, en plus d’environ 55 000 qui étaient en isolement parce qu’ils avaient été exposés à des cas vérifiés. Tous ne pourront donc pas aller à l’école.

Pour les classes de la 7e à la 12e année dans les villes étiquetées comme rouges selon le Coronavirus Traffic Light System, les classes où le taux de vaccination n’atteint pas 70 %, y compris les élèves ayant reçu la première dose et ceux récupérés, ne pourront pas retourner dans leurs salles de classe.

Les écoles rouvrent après le troisième verrouillage national du coronavirus, le 11 février 2020 (crédit : AVSHALOM SASSONI/ MAARIV) Les écoles rouvrent après le troisième verrouillage national du coronavirus, le 11 février 2020 (crédit : AVSHALOM SASSONI/ MAARIV)

Il y a environ 150 000 étudiants dans cette situation, mais ils auront la possibilité d’étudier à l’extérieur et non dans les locaux de l’école, ont rapporté les médias.

Ces municipalités comprennent Ashdod, Eilat, Tibériade et plusieurs grandes villes haredi (ultra-orthodoxes), dont Bnei Brak et Modi’in Illit.

Les étudiants haredim ont repris leurs études il y a environ trois semaines au début du mois hébreu d’Elul. Depuis, la morbidité est passée de 4 % à 23 %.

Ash a défendu la décision de rouvrir les écoles. Les autorités ont mis en place plusieurs mesures pour réduire le risque, notamment l’obligation d’effectuer un test rapide d’antigène du coronavirus avant le début des cours et des limitations pour les villes rouges, a-t-il déclaré.

La campagne de vaccination se déroule à plein régime avec plus de 100 000 injections administrées presque tous les jours. Jusqu’à présent, plus de 2,15 millions d’Israéliens ont reçu leur troisième dose . Dimanche, toute personne de plus de 12 ans qui a été vaccinée pendant au moins cinq mois est devenue éligible pour le rappel.

Le nombre de premières doses administrées chaque jour a augmenté. Israël devrait franchir le cap des six millions de personnes ayant reçu au moins une dose d’ici la fin de la semaine.

Les responsables de la santé et les experts espèrent que la campagne de vaccination entraînera bientôt une diminution de la morbidité.

Lundi, le taux de reproduction, ou taux R, qui mesure le nombre de personnes que chaque porteur de virus peut infecter en moyenne, est tombé en dessous de 1,1 pour la première fois depuis le début de la quatrième vague. Un R supérieur à 1 indique que la maladie se propage, mais à un rythme plus lent que par le passé.

Parallèlement, les sept hôpitaux publics ont poursuivi leur protestation contre le manque de financement. Le centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le centre médical universitaire Hadassah de Jérusalem, le centre médical Laniado de Netanya, le centre médical Ma’aynei Hayeshua de Bnei Brak et trois hôpitaux de Nazareth ont cessé de recevoir des patients atteints de coronavirus au début de la semaine dernière et n’ont accepté que des patients ayant besoin de traitements vitaux depuis mercredi.

Les hôpitaux dits publics sont des organisations indépendantes qui dépendent principalement des dons, par opposition aux établissements directement détenus et financés par l’État ou les caisses de santé.

Des responsables des ministères de la Santé et des Finances ont déclaré qu’ils suivaient de près la crise et étaient déterminés à la résoudre rapidement.