Israël – Knesset: Liberman sirote un thé et semble impassible face à une employée en sanglots

Une femme a été chahutée à plusieurs reprises par le ministre adjoint des Finances alors qu’elle tentait de témoigner sur le sort des enseignants indépendants

Le ministre des Finances Avigdor Liberman sirotant impassiblement son thé, alors qu'une femme pleure pendant son témoignage devant la commission des Affaires économiques de la Knesset, le 15 février 2022. (Capture d'écran/Knesset TV)

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a semblé rester indifférent, sirotant impassiblement son thé, alors qu’une femme en sanglots témoignait devant lui lors d’un débat sur le sort des travailleurs indépendants et des propriétaires d’entreprises touchés par les conséquences du variant du coronavirus Omicron à la commission des Affaires économiques de la Knesset mardi.

Zameret Avivi, qui représente un groupe d’enseignants indépendants et qui a participé à la réunion pour témoigner de leur quotidien, a été poussée aux larmes par le vice-ministre des Finances Abir Kara, qui lui a dit qu’elle ne « représentait personne » lorsqu’elle s’est présentée. Il l’a, à plusieurs reprises, chahutée et a essayé de la faire taire.

Avivi a accusé Kara – qui est, de façon ironique, entré en politique en étant à la tête d’un mouvement de protestation représentant des propriétaires d’entreprises indépendants et des travailleurs indépendants israéliens – de « violence contre une femme ». Elle a affirmé qu’il les empêchait d’assister à des réunions avec le ministère des Finances et de « régler ses comptes au détriment de la [main-d’œuvre] indépendante ».

Lorsqu’il lui a été demandé si elle voulait interrompre son témoignage jusqu’à ce qu’elle puisse se ressaisir, elle a refusé et s’est tournée vers Liberman en affirmant qu’elle voulait « que le ministre des Finances sache qu’il (Kara) ne nous laisse délibérément pas parler ou assister à des réunions ».

Alors qu’elle se tournait vers Liberman, les caméras se sont concentrées sur le ministre des Finances, qui sirotait impassiblement sa tasse de thé, restant apparemment insensible aux propos d’Avivi.

À ce stade, Kara, qui continuait de l’interrompre, s’est fait expulser de la réunion. On ignore pourquoi Kara s’est montré si hostile envers Avivi.

Zameret Avivi témoigne devant la commission des Affaires économiques de la Knesset, le 15 février 2022. (Capture d’écran/Knesset TV)

Avivi a ensuite plaidé auprès de Liberman pour obtenir de l’aide, notant que les enseignants indépendants, qui n’étaient pas membres de syndicats, étaient au chômage depuis des mois, quand les écoles ont été fermées en raison du coronavirus.

« Jusqu’en juin 2021, les gens pouvaient respirer, parce que nous recevions des subventions du ministère [des Finances] et du gouvernement précédent », a-t-elle déclaré, faisant référence à la décision de Liberman l’année dernière de suspendre toutes les subventions aux propriétaires d’entreprise et aux travailleurs indépendants touchés par le COVID.

« On nous avait promis un gouvernement de changement – mais où est le changement ? », a-t-elle dit en pleurant.

« Qui a le pouvoir ? », a-t-elle demandé en désignant Liberman. « C’est vous, vous contrôlez l’argent, notre argent. Nous avons payé des impôts toute notre vie. Maintenant, nous devrions mendier comme si nous étions pauvres ? »

« Vous créez de l’anxiété parmi les travailleurs indépendants avec vos déclarations… Nous n’avons aucune sécurité financière. Pourquoi êtes-vous si cruel ?… Ouvre votre cœur », a-t-elle ajouté.

Source : https://fr.timesofisrael.com/knesset-liberman-sirote-un-the-et-semble-impassible-face-a-une-employee-en-sanglots/

One thought on “Israël – Knesset: Liberman sirote un thé et semble impassible face à une employée en sanglots

  • Au lieu de pleurer, il faut se regrouper et bâtir une stratégie de self défense. Mais la jeunesse d’aujourd’hui n’a que son nez dans les réseaux sociaux. Quand ces jeunes commencerons à crever de faim, et que leurs parents ne pourront plus payer leurs connexions à ces réseaux sociaux, ils vont se suicider. Peut-être qu’en Israël, ces jeunes qui ont reçu une formation militaire réagiront différemment.

Commentaires fermés.