Israël : Le gouvernement annule le laissez-passer vert sauf pour les événements “à risque”.

Israël : Le gouvernement annule le laissez-passer vert sauf pour les événements "à risque".

 Le cabinet COVID met fin aux grandes lignes des laissez-passer verts précédents, rendant les laissez-passer verts permanents pour les personnes ayant reçu trois doses de vaccin ou plus.

Bennett Photo by Emil Salman/POOL

Mardi après-midi, le Cabinet Coronavirus a mis fin au système du ‘Green Pass’, l’équivalent israélien du passeport COVID, pour tous les cas, à l’exception des événements à ‘haut risque’ tels que les grands mariages et les rassemblements.

Une liste complète des événements à risque sera publiée par le Quartier général d’information sur le coronavirus dès que la rédaction de la nouvelle réglementation sera terminée.

En outre, les laissez-passer verts seront mis à jour pour être valables pendant quatre mois après la deuxième dose de vaccin, quatre mois après la date de guérison, et indéfiniment pour les personnes ayant reçu trois ou quatre doses de vaccin.

Le schéma mis à jour prendra effet avec l’expiration du système précédent de laissez-passer verts le dimanche 6 février, à minuit entre dimanche et lundi.

Le Cabinet a également décidé de prolonger jusqu’au lundi 7 mars 2022 les réglementations existantes à l’aéroport Ben Gurion, y compris l’obligation de se soumettre à un test avant le vol d’entrée en Israël, ainsi que l’obligation de se soumettre à un test à l’atterrissage à l’aéroport Ben Gurion.

Il a été décidé de modifier la réglementation de sorte qu’à partir du mardi 8 février 2022, l’obligation d’effectuer un test de dépistage du coronavirus avant un vol au départ d’Israël pour les personnes non vaccinées ou non guéries sera supprimée, tant pour les passagers que pour le personnel navigant.

Il a été décidé d’autoriser un passager ayant présenté des symptômes dans les 14 jours précédant le vol à destination d’Israël, à embarquer sur le vol s’il a effectué un test d’antigène institutionnel négatif après l’apparition des symptômes, alors qu’auparavant un test PCR négatif était requis.

Le Cabinet a également décidé que l’entrée dans les maisons de retraite et les établissements de vie assistée nécessiterait un test antigénique. Une institution qui décide d’établir une station de test antigénique comme condition d’entrée recevra une subvention partielle de l’État. Une obligation de dépistage bihebdomadaire sera maintenue pour les travailleurs non vaccinés des établissements d’aide sociale, de santé et d’enseignement. Ces décisions prendront effet sous réserve de l’approbation de la commission de la Constitution de la Knesset.

Source : https://www.israelnationalnews.com/news/321546