Jérémy Ferrari charge le gouvernement après les annonces sur les salles de spectacle

Castex a annoncé le retour des jauges, fixées à 2000 personnes maximum en intérieur et 5000 en extérieur. Et les concerts debout seront tout bonnement interdits.

L’anaphore de la honte. Jérémy Ferrari n’a pas envie de rire: l’humoriste pousse un coup de gueule contre le gouvernement, ce mardi 28 décembre, au lendemain des annonces de Jean Castex. Le Premier ministre a annoncé de nouvelles restrictions en raison de la flambée de l’épidémie de Covid-19 et le monde du spectacle est encore touché par ce nouveau tour de vis. 

Jean Castex a en effet annoncé le retour des jauges, fixées à 2000 personnes maximum en intérieur et 5000 en extérieur. Et les concerts debout seront tout bonnement interdits. Ces mesures sont appliquées depuis lundi 27 décembre pour une durée de trois semaines.

Sur Instagram, le comédien a partagé un message de soutien aux artistes qui vont devoir annuler leurs représentations dès cette semaine. Il précise toutefois qu’il n’est pas concerné par ces annulations puisque sa “tournée des zéniths” est prévue pour la saison prochaine.

Mais dans la seconde partie du message, l’humoriste se fait incisif et dénonce une privation des “libertés fondamentale”. Il rappelle également qu’il a été démontré que ces lieux de culture “ne sont pas dangereux”.

En effet, le secteur du spectacle vivant dans les musiques actuelles croyait avoir fourni des garanties avec le concert test d’Indochine au printemps dernier. La présence ”à un concert n’a pas été associée à un sur-risque de transmission du (Covid-19) lors d’un concert en configuration debout, sans distanciation physique, chez des personnes masquées avec un test antigénique négatif dans une salle fermée”, avait précisé à l’époque l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Ce concert avait eu lieu avant la flambée de l’épidémie provoquée par les variants Delta et Omicron. “On avait prouvé qu’on ne prenait pas plus de risque en venant chez nous qu’en prenant le métro”, a rappelé Malika Seguineau du Prodiss (syndicat national du spectacle musical et de variété), qui rappelle que les “pertes de chiffre d’affaires du secteur sont estimées à 80-85% en 2021″.

 
 

L’absence de jauge dans les meetings politiques ne passe pas

Jeremy Ferrari n’en reste pas là. Usant d’une anaphore, il pointe du doigt la politique de fermeture des lits d’hôpitaux par le gouvernement et la dégradation de la situation dans l’hôpital public. Enfin, il dénonce la décision (constitutionnelle) de ne pas imposer de jauges lors des meetings politiques, comme l’ont fait nombre d’artistes ces dernières heures:  

“Honte à eux qui brandiront ensuite la Constitution pour s’autoriser des salles de milliers de personnes debout sans pass ni jauges afin d’expliquer, avec beaucoup d’émotion, qu’ils ont fait le maximum et qu’il faudrait voter pour eux.”

Plusieurs artistes se sont moqués de ce “deux poids, deux mesures” et ont annoncé avec humour qu’ils se lançaient désormais en politique. C’est le cas de Julien Doré qui ne se dit plus “en concert” mais “en meeting”, Hoshi qui pose déjà à l’Élysée dans un montage photo, ou Grand Corps Malade et Eddy de Pretto qui se présentent à l’élection présidentielle…

Déjà plus aucun créneau de disponible en 2022 pour les reports

“On redevient un secteur interdit, c’est le désespoir de nouveau”, a déploré auprès de l’AFP Malika Seguineau. “On a bien conscience de ce qui se passe avec la crise sanitaire, mais on a joué le jeu du pass sanitaire depuis cet été – et on jouera celui du pass vaccinal – et on a joué le jeu du masque. C’est terrible. Nous n’avons pas été consultés”, a encore regretté la responsable du Prodiss. 

 
 

“J’échangeais avec des producteurs concernés par des tournées: elles vont être annulées car il n’y a plus aucune disponibilité sur l’année 2022 entre toutes les dates reportées et les nouveaux spectacles”, a-t-elle ajouté.

“Nos entreprises sont fragilisées, souligne-t-elle. On nous dit que ces mesures sont pour trois semaines, mais on n’a aucune certitude”. Et de marteler: “Dans notre secteur, on ne redémarre pas en 48 heures, il faut relancer l’intégralité de la machine et réhabituer le spectateur à revenir dans nos lieux”.

“On espère que les tournées de printemps et les festivals d’été ne seront pas en difficulté. On va vite se retourner vers le ministère de la Culture et le ministère à Bercy pour réactiver les mesures de soutien”, conclut-elle.

 
 

“L’État va demeurer au côté de ceux qui seront impactés par ces nouvelles mesures, circonscrites dans le temps et adaptées à l’évolution de la situation sanitaire”, a réagi lundi soir la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur son compte Twitter, saluant le “courage” et la “responsabilité” du monde de la culture face à la crise sanitaire.

Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/jeremy-ferrari-charge-le-gouvernement-apres-les-annonces-sur-les-salles-de-spectacle_fr_61cb2698e4b061afe3a18679