La Corée du Sud va tester la reconnaissance faciale par l’IA pour surveiller les cas de COVID-19

La Corée du Sud va bientôt mettre en œuvre un projet pilote visant à utiliser l’intelligence artificielle, la reconnaissance faciale et des milliers de caméras de télévision en circuit fermé pour suivre les déplacements des personnes infectées par le coronavirus, malgré les craintes d’atteinte à la vie privée.

Le projet financé par l’État à Bucheon, l’une des villes les plus densément peuplées du pays, située à la périphérie de Séoul, devrait être opérationnel en janvier, a déclaré un responsable de la ville.

Le système utilise des algorithmes d’intelligence artificielle et une technologie de reconnaissance faciale pour analyser les images recueillies par plus de 10 820 caméras de télévision en circuit fermé et suivre les déplacements d’une personne infectée, les personnes avec lesquelles elle a eu des contacts étroits et le port éventuel d’un masque, selon un plan d’affaires de 110 pages soumis par la ville au ministère des Sciences et des TIC (technologies de l’information et des communications) et communiqué par un législateur parlementaire critique du projet.

Les gouvernements du monde entier se sont tournés vers les nouvelles technologies et ont étendu leurs pouvoirs juridiques pour tenter d’endiguer la vague d’infections au COVID-19. La Chine, la Russie, l’Inde, la Pologne et le Japon, ainsi que plusieurs États américains, font partie des gouvernements qui ont mis en place ou au moins expérimenté des systèmes de reconnaissance faciale pour suivre les patients atteints du COVID-19, selon un rapport publié en mars par la Columbia Law School de New York.

Le responsable de Bucheon a déclaré que le système devrait réduire la pression sur les équipes de recherche surchargées dans une ville de plus de 800 000 habitants, et aider à utiliser les équipes de manière plus efficace et plus précise.

La Corée du Sud dispose déjà d’un système de recherche de contacts agressif et de haute technologie qui recueille des données sur les cartes de crédit, des données de localisation des téléphones portables et des images de télévision en circuit fermé, entre autres informations personnelles.

Toutefois, ce système repose toujours sur un grand nombre d’enquêteurs épidémiologiques, qui doivent souvent travailler 24 heures sur 24 pour rechercher et contacter frénétiquement les cas potentiels de coronavirus.

Dans le cadre de sa candidature à un financement national pour le projet pilote de fin 2020, le maire de Bucheon, Jang Deog-cheon, a fait valoir qu’un tel système rendrait le traçage plus rapide.

Il faut parfois des heures pour analyser une seule séquence de vidéosurveillance. L’utilisation de la technologie de reconnaissance visuelle permettra cette analyse en un instant“, a-t-il déclaré sur Twitter.

Le système est également conçu pour pallier le fait que les équipes de recherche doivent s’appuyer sur le témoignage des patients atteints de la maladie COVID-19, qui ne sont pas toujours honnêtes sur leurs activités et leurs allées et venues, selon le plan.


Le ministère des sciences et des technologies de l’information et de la communication a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’étendre le projet au niveau national. Il a précisé que l’objectif du système était de numériser une partie du travail manuel que les personnes chargées du suivi des contacts doivent actuellement effectuer.

Le système de Bucheon peut suivre simultanément jusqu’à dix personnes en cinq à dix minutes, réduisant ainsi le temps consacré au travail manuel qui prend environ une demi-heure à une heure pour retrouver une personne, selon le plan.

Les plans pilotes prévoient qu’une équipe d’une dizaine d’employés d’un centre de santé publique utilise le système de reconnaissance alimenté par l’IA, a précisé le responsable.

Bucheon a reçu 1,6 milliard de wons (1,36 million de dollars) du ministère des sciences et des technologies de l’information et de la communication et a injecté 500 millions de wons du budget de la ville dans le projet de construction du système, a indiqué le responsable de Bucheon.

Big Brother

Bien que les méthodes invasives de suivi et de localisation existantes aient reçu un large soutien de la part du public, les défenseurs des droits de l’homme et certains législateurs sud-coréens ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que le gouvernement conservera et exploitera ces données bien au-delà des besoins de la pandémie.

Le projet du gouvernement de devenir un Big Brother sous le prétexte du COVID est une idée néo-totalitaire“, a déclaré Park Dae-chul, un législateur du principal parti d’opposition, le People Power Party.

Il est absolument inadmissible de surveiller et de contrôler le public par le biais de la vidéosurveillance en utilisant l’argent des contribuables et sans le consentement de la population“, a déclaré Park.

Le fonctionnaire de Bucheon a déclaré qu’il n’y avait pas de problème de confidentialité car le système place une mosaïque sur les visages de toute personne qui n’est pas un sujet.

Il n’y a pas de problème de confidentialité ici car le système trace le patient confirmé sur la base de la loi sur le contrôle et la prévention des maladies infectieuses“, a déclaré le fonctionnaire. “Les traceurs de contact s’en tiennent à cette règle, il n’y a donc aucun risque de fuite de données ou d’atteinte à la vie privée.”

Les règles stipulent que les patients doivent donner leur consentement pour que le suivi par reconnaissance faciale soit utilisé, mais même s’ils ne donnent pas leur consentement, le système peut toujours les suivre en utilisant leur silhouette et leurs vêtements, a précisé le fonctionnaire.

L’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies (KDCA) a déclaré que l’utilisation de cette technologie était légale tant qu’elle était utilisée dans le cadre de la loi sur le contrôle et la prévention des maladies.

Les projets de balayage par reconnaissance faciale assistée par ordinateur interviennent alors que le pays expérimente d’autres utilisations de cette technologie controversée, qu’il s’agisse de détecter les mauvais traitements infligés aux enfants dans les crèches ou d’assurer la protection de la police.

Source : Un fonctionnaire de la ville de Bucheon

Source : https://intelligence-artificielle.developpez.com/actu/329509/La-Coree-du-Sud-va-tester-la-reconnaissance-faciale-par-l-IA-pour-surveiller-les-cas-de-COVID-19-une-mesure-qualifiee-de-neo-totalitaire-par-les-defenseurs-des-droits-de-l-homme/