La Grande-Bretagne commence à recruter pour un essai en conditions réelles de l’antiviral COVID

LONDRES (Reuters) – Des chercheurs britanniques ont commencé mercredi à recruter pour un essai clinique visant à tester des traitements antiviraux contre le COVID-19 chez des personnes au stade précoce de la maladie qui présentent des risques plus élevés de complications, en commençant par le molnupiravir de Merck.

La Grande-Bretagne est devenue le premier pays au monde à approuver le molnupiravir, développé conjointement par les sociétés américaines Merck & Co Inc et Ridgeback Biotherapeutics, en novembre.

L’agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a recommandé l’utilisation de la pilule antivirale chez les personnes atteintes de COVID-19 léger à modéré et présentant au moins un facteur de risque de développer une maladie grave, comme l’obésité, le diabète à un âge avancé et les maladies cardiaques.

Le gouvernement a déclaré en octobre qu’il avait obtenu 480 000 doses du médicament de Merck, et après son approbation, les responsables ont indiqué que son déploiement se ferait initialement par le biais d’un essai.

“C’est au début de la maladie, lorsque les personnes sont encore soignées dans la communauté, que les traitements contre le COVID-19 pourraient être les plus bénéfiques”, a déclaré le professeur Chris Butler, investigateur principal de l’essai.

“Ce nouvel essai permettra de vérifier si de nouveaux traitements antiviraux passionnants et plus spécifiques au COVID-19 aident les personnes dans la communauté à se rétablir plus rapidement et à réduire le besoin de traitement à l’hôpital.”

L’Université d’Oxford, qui dirige l’essai, a déclaré que le premier traitement à l’étude serait le molnupiravir, également connu sous le nom de Lagevrio, mais qu’elle serait en mesure d’évaluer rapidement plusieurs traitements antiviraux au fil du temps.

Les chercheurs ont déclaré que si les essais précédents avaient montré que les nouveaux antiviraux étaient sûrs et très efficaces dans le traitement du COVID-19, le nouvel essai permettrait de générer des données sur leur efficacité dans les populations ayant une couverture vaccinale élevée, et contribuerait au déploiement plus large du médicament.

L’étude cherchera à recruter 10 600 personnes pour vérifier si le molnupiravir réduit la nécessité d’être hospitalisé.

(Reportage d’Alistair Smout ; édition de Kate Holton)

Copyright 2021 Thomson Reuters.

Source : https://www.usnews.com/news/world/articles/2021-12-08/britain-starts-recruiting-for-real-world-covid-antiviral-trial