La position de Novak Djokovic sur la vaccination montrera qu’il est du bon côté de l’histoire

Novak Djokovic est de retour à la course aux titres du Grand Chelem à Paris et à Londres après son expulsion d’Australie. Pour utiliser le jargon local, la fédération australienne a eu beaucoup de chance. Après avoir fait échouer la tentative de Novak Djokovic de participer à l’Open d’Australie en janvier, la chance a voulu que les propres erreurs de Djokovic aient permis au régime d’immigration australien d’éviter de graves dommages à sa réputation.

Djokovic s'entraîne sur le Court Philippe Chatrier en vue de Roland-Garros 2022 (Image : Tim Clayton/Corbis via Getty)

Une personne de l’autorité australienne a clairement dit à Djokovic qu’il pouvait jouer à l’Open d’Australie, mais alors qu’il était en route pour Melbourne, quelqu’un d’autre a changé d’avis. Djokovic l’a contesté avec succès, et le gouvernement fédéral a trouvé un autre détail technique. Cette fois, Djokovic n’a pas pu le contrer, et il a donc été expulsé.

Heureusement pour l’Australie, Djokovic avait fait une erreur sur ses documents d’immigration, il n’avait pas respecté la distance sociale lorsqu’il avait eu le covid en décembre, et il n’est de toute façon pas l’athlète le plus populaire du monde, de sorte que l’antipathie du public a permis à l’Australie de ne pas payer un trop lourd tribut.

Mais si l’on examine la question de manière dépassionnée, il est facile de conclure que le Serbe a été mal traité.

La première chose à dire sur Djokovic est que son refus de se faire vacciner contre le Covid est tout à fait cohérent avec tout ce qu’il a fait dans sa vie.

Lorsqu’il était junior, il sifflait et éternuait fréquemment en réaction à une fleur sauvage au bord d’un court de tennis, et le début de sa carrière professionnelle a été dominé par des abandons en cours de match très médiatisés lorsque son corps se rebellait.

C’est devenu une plaisanterie récurrente dans le monde du tennis, qui a culminé lorsqu’ Andy Roddick a déclaré lors d’une interview sur le court de l’US Open 2008 que Djokovic avait tellement de blessures qu’il avait probablement “la grippe aviaire, l’anthrax, le SRAS, la toux et le rhume”.

Djokovic a franchi un cap lorsqu’il n’a pas abandonné son quart de finale à l’Open d’Australie 2010 alors qu’il avait quitté le court en vomissant. Ce match a été repéré par un diététicien qui a identifié une intolérance au gluten et aux produits laitiers – pas génial pour un enfant qui avait grandi avec une pizzeria comme entreprise familiale.

À partir de 2010, les retraites de Djokovic se font rares, il remporte 19 titres du Grand Chelem au cours des 11 années suivantes et domine le tennis masculin. Son soulagement d’avoir trouvé un régime alimentaire qui lui convient est tel qu’il a même “écrit” un petit livre Serve to Win (le ghostwriter n’a jamais été crédité) en 2013 sur la façon dont il avait surmonté la tendance de son corps à se rebeller, et en 2016 il a ouvert un restaurant végétalien à Monte Carlo (fermé depuis).

Accompagnant sa connaissance de soi en matière de diététique, il est profondément convaincu que le corps humain a des pouvoirs remarquables pour se guérir lui-même. En 2017, un problème de coude de longue date l’a contraint à abandonner son match du quatrième tour à Wimbledon, à la suite duquel on lui a conseillé de se faire opérer.

Il a refusé, choisissant plutôt de ne pas jouer le reste de l’année pour laisser la nature guérir la blessure.

Lorsqu’elle a refait surface après son retour avorté à l’Open d’Australie 2018, il a finalement succombé à une intervention chirurgicale ; il affirme avoir pleuré pendant trois jours parce qu’il ne pouvait pas honorer ses principes. (L’intervention a fait le travail – en juillet 2018, il était champion de Wimbledon et a remporté sept des 11 titres majeurs suivants).

Dans ce contexte, personne ne devrait être surpris que son approche naturelle des vaccins COVID-19 ait été de ne pas vouloir les prendre. Même s’il n’avait pas reçu le Covid en juillet 2020 lors d’un événement qu’il a organisé avec une approche quelque peu cavalière de la sécurité médicale, il aurait probablement fait confiance à son corps pour développer sa propre immunité.

Pourtant, au début de l’année 2022, ce n’était pas une option pour lui, du moins pas une option qui lui permettait d’exercer son métier dans tous les grands tournois du circuit mondial de tennis professionnel. L’Australie a été très claire : s’il n’était pas vacciné, il ne serait pas autorisé à participer à l’Open d’Australie.

Un certain nombre d’éléments médicaux sont très inquiétants dans cette affaire. Le plus évident est que les rôles de la vaccination et des tests ont été sérieusement confondu. Si l’objectif est de garantir la sécurité d’un événement, le test est l’outil principal. Si l’objectif est d’alléger la charge des services médicaux, la vaccination se justifie dans une certaine mesure.

À la fin de l’année 2021, il était clair que les vaccins Covid peuvent réduire la probabilité de maladie grave et de décès, au moins pour une durée limitée, chez les personnes les plus vulnérables, mais qu’ils n’empêchent pas les personnes vaccinées de contracter le Covid.

Si la critique de l’absence de mesures de sécurité lors de l’Adria Cup de Djokovic en 2020 est légitime, lui refuser l’entrée à l’Open d’Australie n’aurait été justifié que s’il avait refusé de passer les tests stipulés pour prouver qu’il était exempt de Covid.

Mais c’est pire que ça. Au début de l’année 2022, il existait des preuves alarmantes que les arguments en faveur des vaccins Covid étaient sérieusement viciés. Un éditorial du Lancet citait des preuves selon lesquelles les personnes non vaccinées et dotées d’une immunité naturelle (ce qui était le cas de Djokovic) avaient dix fois moins de risques de contracter le virus que celles qui n’avaient pas d’immunité naturelle et étaient vaccinées. Les données britanniques ont également montré clairement que les personnes qui avaient une immunité naturelle et qui se faisaient vacciner voyaient leur risque de souffrir d’effets secondaires systémiques multiplié par près de trois.

Il n’y avait absolument aucune justification scientifique ou médicale pour que Novak se fasse vacciner, d’autant plus que cela ne réduirait pas les risques qu’il transmette le virus à d’autres personnes. La décision est donc individuelle et, compte tenu de son âge et de sa condition physique, le risque que Djokovic souffre d’une maladie grave due au virus est extrêmement faible.

Il ne s’agit pas de prendre parti pour ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner – il est encore trop tôt pour le faire. Mais compte tenu des preuves ci-dessus et du fait qu’une fois vacciné, on ne peut plus se faire vacciner, l’argument en faveur de l’obligation de se faire vacciner est très mince.

Pourtant, Djokovic s’est vu refuser la chance de jouer son tournoi majeur le plus réussi sur la base d’un mandat de vaccination. (Légalement, la raison ultime de son expulsion d’Australie était que sa présence pouvait inciter à un sentiment anti-vaccination – oui, cela aurait pu être le cas, car il y avait beaucoup de justifications pour un sentiment au moins anti-mandat).

Ceux qui sont tentés de le huer lorsqu’il se présentera à Roland-Garros et à Wimbledon pour défendre les deux titres du Grand Chelem qu’il détient encore pourraient s’arrêter pour se demander si un tel traitement est juste. C’est un homme qui s’en tient à ses principes, même si cela peut le priver d’une place aussi importante dans l’histoire du tennis (en effet, le titre qu’il avait fait sien a été remporté en janvier par son principal rival Rafael Nadal, qui n’a jamais battu Djokovic à l’Open d’Australie).

Que l’on soit d’accord ou non avec la position de Djokovic, son courage moral et la légitimité de son cas doivent au moins être reconnus, et il pourrait bien se retrouver du bon côté de l’histoire.

Source : Express