La presse subventionnée commence à parler des effets secondaires du vaccin Pfizer

En réponse aux vagues successives, en 2021, le gouvernement a choisi d’appliquer une vaccination généralisée et expérimentale utilisant de nouvelles technologies, pour la majorité à ARN messager. Depuis peu, la presse subventionnée commence à parler des effets secondaires du vaccin Pfizer.

Le cas d’Eloïse Soave est de plus en plus médiatisé, elle témoigne sur les plateaux télévisés et sur certaines presses mainstream les effets indésirables qu’elle a vécus après une injection Pfizer. Elle constate de jour en jour la faiblesse de son système immunitaire.

Des effets secondaires du vaccin Pfizer

Habitant à Nemours, en Seine-et-Marne, Eloïse Soave était en bonne santé. Mais après avoir reçu une dose de rappel de vaccin Pfizer le 12 juillet 2021, elle a développé plusieurs maladies. Tout a commencé par les effets indésirables classiques comme la fièvre, le goût métallique dans la bouche, la douleur au bas du dos et l’essoufflement. Puis, rapidement, d’autres symptômes plus graves sont apparus.

Elle a été victime de pyélonéphrite aiguë, de phlébotomie des veines profondes, de perte de mémoire, d’aménorrhée et de myocardite sévère. Après un IRM cardiaque, 51% du muscle gauche de son cœur est défaillant. En somme, la vie d’Eloïse Soave est devenue un enfer et elle a dû arrêter son travail de greffière à la cour d’appel de Paris.

Notons que toutes ses pathologies ont été recensées auprès de la pharmacovigilance. Selon la victime, elles figurent sur la liste établie par l’organe de surveillance. Cela signifie que ce sont les effets indésirables du vaccin Pfizer contre le Covid-19.

Cette histoire nous rappelle également celle de la jeune femme de 39 ans, ancienne avocate devenue étudiante en médecine, qui souffre de désordres gynécologiques et de troubles auditifs et d’une « asthénie sévère » à la suite de sa 2e injection ARNm . Le 7 février dernier, elle a demandé la suspension en urgence de l’obligation de la 3e dose de vaccination.

Lancement d’une enquête au Sénat

La commission des Affaires sociales du Sénat a saisi l’OPECST (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) pour mener une enquête. Reçue par le député Cédric Villani, Eloïse Soave a déclaré que les vaccins ont été lancés sur le marché trop tôt. Elle a ajouté : « Nous ne sommes pas des animaux de la science ». 

Une action judiciaire devrait être engagée contre le laboratoire Pfizer. Mais en attendant la suite de l’enquête, la victime est éligible au dispositif d’indemnisation.

Pour rappel, dans son dernier bulletin d’information, l’OMS a également alerté les laboratoires pharmaceutiques sur les effets indésirables des vaccins anti-Covid-19 parmi eux les cas d’acouphène et la perte d’audition.

L’OMS a indiqué dans son rapport que «  La connaissance de ce lien possible peut aider les professionnels de la santé et les personnes vaccinées à surveiller les symptômes et à se faire soigner, le cas échéant. Comme il n’y a encore que des données limitées dans la recherche fournissant des preuves de ce lien, une surveillance supplémentaire est nécessaire“.

A noter que le PDG de Pfizer, Albert Bourla fustigeait même ceux qui mettaient en doute l’efficacité de son vaccin, les qualifiant de « criminels ». La vérité sur les effets secondaires des vaccins Pfizer commence peu à peu à ressurgir.

Source : https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/04/08/la-presse-subventionnee-commence-a-parler-des-effets-secondaires-du-vaccin-pfizer/