La Russie défie les États-Unis : Si les documents Biolab sont faux, demandez à Joanna Wintrol, responsable de l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) à l’ambassade des États-Unis à Kiev, la raison pour laquelle elle les a signés.

La Russie défie les États-Unis : Si les documents Biolab sont faux, demandez à Joanna Wintrol, responsable de l'Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) à l'ambassade des États-Unis à Kiev, la raison pour laquelle elle les a signés.

Le vendredi 18 mars, le représentant permanent de la Russie auprès du Conseil de sécurité des États-Unis, Vassily Nebenzia, a présenté ce que le gouvernement russe prétend être la preuve d’un programme américain d’armes biologiques en Ukraine et en Géorgie. Nebenzia affirme que le programme est en cours depuis 2005, et que “les collègues américains n’assistaient pas le ministère de la Santé comme ils le prétendaient, mais plutôt le ministère de la Défense de l’Ukraine.”

Selon Nebenzia, le ministère américain de la Défense “a délégué de larges pouvoirs à son entrepreneur affilié Black & Veatch en coopération avec les autorités de l’État ukrainien.” Les expériences sur des agents pathogènes mortels en Ukraine n’ont pas été menées par des Ukrainiens, mais par du personnel du Pentagone et des chercheurs étrangers, affirme Nebenzia.

“La Defense Threat Reduction Agency (DTRA) a attribué par voie de concours à Black & Veatch Special Projects Corp. (Black & Veatch) l’un de ses contrats d’intégration de la réduction des menaces biologiques (BTRIC) en 2008 (en Ukraine). Le contrat IDIQ de 5 ans (avec une option de 5 ans) a un plafond collectif de 4 milliards de dollars entre les cinq contractants sélectionnés”, reconnaît le site web de Black & Veatch.

“En clair, les autorités ukrainiennes ont donné carte blanche au Pentagone et l’ont laissé mener des expériences biologiques dangereuses sur le territoire de l’Ukraine. Ainsi, le contractant américain était exempté de toute taxe en vertu de la législation ukrainienne”, a déclaré M. Nebenzia. Il a qualifié ces programmes “d’utilisation cynique du territoire et de la population de l’Ukraine pour des recherches dangereuses que Washington ne veut pas avoir chez lui afin de ne pas mettre sa propre population en danger.”

Quant aux affirmations selon lesquelles les accusations russes ne sont que de la “désinfomation”, M. Nebenzia a souligné que le gouvernement russe a publié des documents “signés par de vrais fonctionnaires américains. Beaucoup d’entre eux ont été signés par le chef du bureau du DTRA à l’ambassade américaine de Kiev, Joanna Wintrol, qu’il a qualifié de “bien connu dans les cercles de non-prolifération”. Avant l’Ukraine, Mme Wintrol a abordé la question de l’élimination des armes chimiques en Libye, a déclaré M. Nebenzia. “Si les journalistes ont des doutes quant à l’authenticité des documents que nous avons partagés, je leur suggère de lui demander directement si c’est bien sa signature qui y figure.”

Wintrol a quitté Kiev en août 2020, selon Russia Today : “Dans son interview d’adieu, elle a insisté sur le fait qu’aucun scientifique américain ne travaillait dans les biolabs ukrainiens et a accusé la Russie de diffuser de “fausses informations” sur le programme. “

Jeudi 17 mars, le chef de la protection radiologique, chimique et biologique russe Igor Kirillov a présenté à Moscou les documents qui auraient été saisis lors de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine, prétendument d’origine ukrainienne et américaine. Selon ces documents, les États-Unis “menaient en Ukraine des expériences sur des virus dans le cadre des projets P-382, P-444 et P-568 et l’un des superviseurs de ces recherches était le chef du bureau de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) à l’ambassade des États-Unis à Kiev, Joanna Wintrol”, rapporte l’agence de presse turque AA. “Au cours des expériences, six familles de virus ont été choisies, dont les coronavirus et trois types de bactéries pathogènes – agents pathogènes de la peste, de la brucellose et de la leptospirose”, a déclaré M. Kirillov, citant les documents.

Les laboratoires du ministère ukrainien de la Défense à Kiev, Odessa, Lvov et Kharkov ont reçu un financement de 32 millions de dollars des États-Unis, a affirmé M. Kirillov : “J’attire votre attention sur le fait que l’accord sur l’activité biologique conjointe a été signé entre le ministère militaire américain et le ministère de la Santé de l’Ukraine. Cependant, les véritables bénéficiaires des fonds étaient des laboratoires du ministère ukrainien de la Défense situés à Kiev, Odessa, Lvov et Kharkov. Le montant total du financement s’élevait à 32 millions de dollars”, a-t-il déclaré. Selon M. Kirillov, ces laboratoires ont été sélectionnés par l’Agence de réduction des menaces de la défense américaine (DTRA) et son contractant Black & Veatch pour la mise en œuvre du projet UP-8, visant à étudier la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHC), la leptospirose et les hantavirus, rapporte l’agence TASS.

“Les Nations unies n’ont pas connaissance de programmes d’armes biologiques” en Ukraine, a déclaré au Conseil de sécurité le Haut représentant de l’ONU pour les affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu. “Il n’y a pas de laboratoires d’armes biologiques ukrainiens soutenus par les États-Unis – ni près de la frontière russe, ni ailleurs”, a déclaré la représentante des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield.

Comme il a été largement ignoré par les médias, Gateway Pundit documente à nouveau l’intégralité du discours de Vassily Nebenzia devant le Conseil de sécurité des États-Unis :

Monsieur le Président, chers collègues,

Comme nous l’avons dit précédemment, au cours de l’opération militaire spéciale en Ukraine, nous avons découvert des faits selon lesquels les autorités ukrainiennes, soutenues et directement parrainées par le Département américain de la Défense, mettaient en œuvre des projets dangereux dans le cadre d’un programme biologique militaire. Cette activité était menée sur le territoire ukrainien, au milieu de l’Europe de l’Est et à proximité des frontières occidentales de la Russie, ce qui constituait une véritable menace pour la sécurité biologique de notre pays et de la région.

Il y a une semaine, à notre demande, le Conseil de sécurité des Nations unies a tenu sa première réunion sur cette question, au cours de laquelle nous avons posé quelques questions à nos collègues occidentaux, mais n’avons reçu aucune réponse.

Les responsables américains affirment qu’il n’y a pas de laboratoires biologiques sous contrôle américain en Ukraine, mais le représentant permanent des États-Unis n’a pas pu expliquer comment ces déclarations se concilient avec le fait qu’il existe des documents prouvant ce type de “coopération” entre Kiev et Washington. Je fais référence à l’accord de 2005 entre le ministère américain de la défense et le ministère ukrainien de la santé, qui stipule le soutien du Pentagone à la “recherche biologique coopérative” concernant les “pathogènes dangereux situés dans les installations en Ukraine”.

Bien que la délégation américaine ne puisse ou ne veuille pas répondre à nos questions, les réponses apparaissent au fur et à mesure que notre ministère de la Défense étudie les documents reçus du personnel des laboratoires biologiques ukrainiens qui traitent des programmes biologiques militaires des États-Unis et de l’OTAN en Ukraine.

Au cours de la semaine dernière, nous avons découvert de nouveaux détails indiquant que des composants d’armes biologiques étaient développés en Ukraine.

L’accord américano-ukrainien de 2005 que j’ai mentionné et sur lequel nous attendons toujours les commentaires du représentant américain était en vigueur pendant toutes ces années. D’après les documents, les collègues américains n’aidaient pas le ministère de la Santé comme ils le prétendaient, mais plutôt le ministère de la Défense de l’Ukraine. Ce matin, nous avons fait circuler comme document du CSNU un ensemble de documents, où vous pouvez trouver le “Plan d’assistance technique à certains bénéficiaires du ministère de la Défense de l’Ukraine”. Je vous suggère de l’étudier attentivement. Il confirme que la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du Pentagone a directement financé et supervisé des projets biologiques militaires en Ukraine. Le financement total s’est élevé à 32 millions USD, et les bénéficiaires de ces fonds étaient les laboratoires suivants du ministère de la Défense de l’Ukraine :

– À Kiev – 10e section régionale d’assainissement et d’épidémiologie du Département central d’assainissement et d’épidémiologie du ministère de la Défense de l’Ukraine.

– à Odessa – 27e section régionale d’assainissement et d’épidémiologie du Département central d’assainissement et d’épidémiologie du ministère de la Défense de l’Ukraine.

– à Lvov – 28e section régionale d’assainissement et d’épidémiologie du département central d’assainissement et d’épidémiologie du ministère de la Défense d’Ukraine.

– à Kharkov – 108e section régionale d’assainissement et d’épidémiologie du département central d’assainissement et d’épidémiologie du ministère de la Défense d’Ukraine.

Permettez-moi de signaler un autre aspect critique. Les représentants du Département d’État américain restent confus lorsqu’on les interroge à ce sujet et assurent que les États-Unis ne participeraient pas à la gestion des biolabs en Ukraine. Les faits démontrent pourtant le contraire.

Dans le cadre du plan d’assistance technique que j’ai mentionné, le “donateur” (le ministère américain de la Défense) a fixé des objectifs, déterminé la portée des projets basés en Ukraine, approuvé des listes d’équipements nécessaires et délégué de larges pouvoirs à son contractant affilié “Black & Veatch” en coopération avec les autorités de l’État ukrainien. Le bénéficiaire de l’aide américaine (le ministère ukrainien de la Défense) devait accorder “en temps utile DeepL du personnel” du Pentagone et de son contractant aux laboratoires sur le territoire de l’Ukraine “afin de réaliser des travaux” dans le cadre des projets. Outre le personnel du Pentagone, ils devaient également autoriser l’accès aux installations à certains “chercheurs étrangers”. Les projets n’étaient pas censés être mis en œuvre par des chercheurs ukrainiens, mais plutôt “avec leur participation”.

En clair, les autorités ukrainiennes ont donné carte blanche au Pentagone et l’ont laissé mener des expériences biologiques dangereuses sur le territoire de l’Ukraine. Ainsi, le contractant américain était exempté de toute taxe en vertu de la législation ukrainienne.

Qu’ont obtenu en retour les scientifiques ukrainiens et les habitants du pays ? Des voyages gratuits pour assister à des conférences internationales “sur la base des tarifs des repas et de l’hébergement approuvés pour les voyages officiels des représentants du gouvernement américain”. Une belle “compensation” pour les recherches les plus dangereuses menées sur le pas de leur porte.

Il ne s’agit pas de l’aide “noble” à l’Ukraine dont se vantent les représentants américains. Il s’agit d’une utilisation cynique du territoire et de la population de l’Ukraine pour des recherches dangereuses que Washington ne veut pas avoir chez elle afin de ne pas mettre sa propre population en danger.

Nous ne serions pas surpris si des faits similaires étaient révélés concernant l’activité de laboratoires parrainés par les États-Unis dans d’autres parties du monde. Nous appelons les Etats qui fournissent leurs zones au Pentagone pour de telles expériences à lire attentivement les documents contractuels concernant leur coopération avec les Etats-Unis dans le domaine biologique. Nous soutenons pleinement la demande de la Chine aux États-Unis de divulguer des informations sur les activités de 360 laboratoires contrôlés par les États-Unis dans le monde.

Revenons à l’Ukraine. Ce n’est pas une coïncidence si l’Agence de réduction des menaces de la défense américaine a choisi les laboratoires biologiques de Kiev, Odessa, Lvov et Kharkov. Ils ont été les exécutants du projet UP-8 visant à étudier les agents pathogènes de la fièvre hémorragique Congo-Crimée, de la leptospirose et des hantavirus. De notre point de vue, l’intérêt des biologistes militaires américains pour ces agents pathogènes est lié au fait qu’ils ont des foyers naturels à la fois sur le territoire de l’Ukraine et en Russie, et que leur utilisation peut être déguisée en épidémies naturelles de maladies.

Le laboratoire de Kharkov a également accueilli le projet P-781 sur l’étude des modes de transmission des maladies à l’homme par les chauves-souris. Ce travail a été réalisé conjointement avec le fameux Centre R. Lugar de Tbilissi.

Dans ce contexte, nous devrions faire une mention spéciale de la société “Black & Veatch” que le Pentagone a choisie comme contractant pour l’Ukraine. Il ne s’agit pas d’une entreprise ordinaire. Depuis plus de 100 ans, elle travaille pour les forces armées américaines, construisant des bases et des installations militaires, y compris les laboratoires de Los Alamos, où les armes nucléaires ont été développées.

La recherche dans le domaine de la transmission de maladies à l’homme par les chauves-souris est systématique et est menée dans les laboratoires ukrainiens depuis au moins 2009 sous la supervision directe de spécialistes des États-Unis. Au cours de la mise en œuvre de ces projets, six familles de virus (dont les coronavirus) et trois types de bactéries pathogènes (agents pathogènes de la peste, de la brucellose et de la leptospirose) ont été identifiés. Ces agents pathogènes sont les plus favorables aux fins de l’infection, car ils se caractérisent par une résistance aux médicaments et une vitesse de propagation rapide de l’animal à l’homme.

Dans le cadre du projet FLU-FLYWAY, l’Institut de médecine vétérinaire de Kharkov a étudié les oiseaux sauvages en tant que vecteurs de propagation de la grippe aviaire. Dans le même temps, les conditions dans lesquelles les processus de propagation peuvent devenir ingérables, causer des dommages économiques et présenter des risques pour la sécurité alimentaire ont été évaluées. Des documents ont été découverts qui confirment l’implication de l’Institut de Kharkov dans la collecte de souches de virus de la grippe aviaire à fort potentiel épidémique et capables de surmonter la barrière interspécifique.

Le Ministère de la Défense de la Russie continue de recevoir plus de documents qui prouvent le fait du transfert d’échantillons de sérum sanguin de citoyens ukrainiens vers des pays tiers, y compris la Grande-Bretagne, la Géorgie, l’Allemagne. Après avoir analysé ces données, nous pouvons dire que les experts ukrainiens n’étaient pas conscients des risques potentiels du transfert d’échantillons biologiques. Ils ont dû agir à l’aveuglette et ne se sont pas rendu compte des objectifs réels des recherches menées. Cela ne semble pas surprenant si l’on se souvient que, selon les documents contractuels que j’ai mentionnés, ils avaient un rôle secondaire à jouer.

Nous continuons à recevoir des informations sur les tentatives de destruction de biomatériaux et de documentation dans des laboratoires en Ukraine afin de “brouiller les pistes” d’un programme biologique militaire.

Nous savons que pendant les mesures de liquidation du laboratoire de médecine vétérinaire de Khlebodarskoye, les employés (citoyens ukrainiens) n’ont même pas été autorisés à entrer dans le bâtiment. Ce laboratoire coopère avec l’Institut de recherche anti-peste portant le nom de Mechnikov à Odessa, qui mène des recherches sur les agents pathogènes de la peste, de l’anthrax, du choléra et de la tularémie.

Afin de brouiller les pistes, les déchets biologiques du laboratoire de Khlebodarskoye ont été transportés à 120 km de là, vers la frontière occidentale de l’Ukraine, dans la zone des colonies de Tarutino et Berezino. Le ministère russe de la Défense garde trace de tous ces faits afin de les faire évaluer juridiquement à un stade ultérieur.

Nous devons également mentionner la destruction d’urgence de documents dans le laboratoire biologique de Kherson. L’une des raisons d’une telle précipitation peut être la nécessité de dissimuler aux experts russes les informations sur une épidémie de dirofilariose, une maladie transmise par les moustiques, survenue à Kherson en 2019. Quatre cas d’infection ont été détectés en février, ce qui est inhabituel pour le cycle de vie de ces insectes, même en tenant compte de la période d’incubation de la maladie. Nous savons également qu’en avril 2018, des représentants du Pentagone ont visité les établissements de santé locaux, où ils ont pris connaissance des résultats de l’enquête épidémiologique et copié la documentation médicale.

Les médias occidentaux, qui perçoivent facilement tout faux présenté par les autorités ukrainiennes avec le soutien de leurs sponsors occidentaux, doutent de l’authenticité des documents publiés par notre ministère de la Défense. À cet égard, permettez-moi d’attirer votre attention sur le fait suivant. Tous les documents que nous avons publiés ont été signés par de véritables responsables américains. Nombre d’entre eux ont été signés par la chef du bureau DTRA de l’ambassade des États-Unis à Kiev, Joanna Wintrall. Cette représentante du Pentagone est bien connue dans les milieux de la non-prolifération. Avant l’Ukraine, elle s’est occupée de l’élimination des armes chimiques en Libye. Si les journalistes ont des doutes quant à l’authenticité des documents que nous avons partagés, je leur suggère de lui demander directement si c’est bien sa signature qui y figure.

Je répète qu’il ne s’agit pas seulement de l’Ukraine et des États-Unis qui violent la BTWC. Il s’agit de preuves d’une activité biologique militaire à haut risque qui était en cours au milieu de l’Europe de l’Est jusqu’à récemment. Ses implications auraient pu “déborder” au-delà des frontières de l’Ukraine et même de toute la région à tout moment. Il est difficile d’imaginer quel aurait été le bilan, notamment pour les États européens. Peut-être aurait-elle même dépassé la pandémie de COVID-19.

Nous voyons déjà des signes alarmants d’une telle menace. Par exemple, une forte augmentation des cas de tuberculose causés par de nouvelles souches multirésistantes a été détectée parmi les citoyens vivant dans les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk en 2018. Lors d’une épidémie de masse enregistrée dans la zone de l’établissement de Peski, plus de 70 cas de la maladie ont été détectés, qui se sont soldés par une issue fatale rapide. Cela ne ressemble pas à une coïncidence.

En conclusion, permettez-moi de commenter les propos des représentants du Secrétariat de l’ONU qui affirment ne pas avoir de preuves de la réalisation de programmes biologiques à but militaire en Ukraine.

En vertu de la BTWC, les États membres soumettent aux Nations unies des données concernant les installations biologiques et les activités connexes. J’entends par là les mesures de confiance qui sont publiées aux fins du suivi de la mise en œuvre de la Convention. Depuis 2016, le moment où l’Ukraine s’est lancée dans les projets mentionnés, notamment UP-4, UP-8 et Р-781, les États-Unis et l’Ukraine ont sciemment omis ces projets de leurs examens, même malgré leur orientation biologique militaire claire.

C’est pourquoi la Russie appelle depuis de nombreuses années à renforcer le régime de la BTWC, à adopter un protocole juridiquement contraignant à la Convention qui permettrait de créer un mécanisme de vérification efficace et obligerait les États membres à rendre compte de leurs activités biologiques militaires à l’étranger. Les États-Unis s’opposent à ces travaux depuis près de 20 ans et refusent de fournir ces données. Soit dit en passant, il s’agit d’une autre question à laquelle les représentants américains évitent de répondre.

Les faits que nous avons partagés aujourd’hui et le 11 mars ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Notre ministère de la Défense continue de recevoir et d’analyser de nouveaux matériaux. Nous tiendrons la communauté mondiale informée de la question des activités illégales du Pentagone en Ukraine.

Merci.

Source : https://www.thegatewaypundit.com/2022/03/russia-challenges-us-biolab-documents-fake-ask-head-dtra-office-us-embassy-kiev-joanna-wintrol-signed/?__cf_chl_tk=8zJUuhOGhKD_Wf1ALAsTqHMPjwmk3029CgG.bajPwrs-1647706269-0-gaNycGzNBn0