L’Afrique du Sud rejette le vaccin Sputnik V Covid-19 en raison de préoccupations liées au VIH.

Les données de deux essais antérieurs ont montré que le vaccin à vecteur Ad5 était lié à des risques élevés d’acquisition du VIH chez les hommes.

South Africa rejects Sputnik V Covid-19 vaccine due to HIV concerns

L’autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé (SAHPRA) a décidé de ne pas approuver le vaccin russe Sputnik V Covid-19 en raison de préoccupations liées au virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Mis au point par le Gamaleya Research Institute of Epidemiology and Microbiology, le vaccin fusionne deux constructions vectorielles adénovirales dissemblables basées sur l’adénovirus de type 26 (Ad26) et l’adénovirus de type 5 (Ad5).

La demande initiale pour le vaccin a été soumise le 23 février et depuis lors, les données sur le vaccin ont été analysées par la SAHPRA dans le cadre d’un processus d’examen continu.

La SAHPRA a noté qu’il existait des inquiétudes quant à la sécurité des vaccins vectorisés par l’Ad5 chez les personnes présentant un risque d’infection par le VIH.

La présence d’anticorps neutralisants (NAbs) spécifiques à l’Ad déjà existants chez les personnes est un défi auquel sont confrontés ces types de vaccins.

La dernière décision est fondée sur des essais cliniques qui ont analysé la sécurité des vaccins vectorisés par Ad5 et ceux contenus dans le vaccin russe.

Les données des essais STEP et PHAMBILI ont été prises en considération. Ces essais ont évalué trois doses d’un vaccin vectorisé par Ad5 qui code pour les protéines gag, pol et nef du VIH.

Les résultats de ces essais ont montré que le vaccin vectorisé Ad5 était lié à une augmentation des risques d’acquisition du VIH chez les hommes.

Traduction de l’article :

GÉNOMES DES CORONAVIRUS COVID-19, SARS ET BATS : DES SÉQUENCES ARN HOMOLOGUES PARTICULIÈRES

Perez, J. C. Phd Maths § Computer Science Bordeaux University, RETIRED Interdisciplinary Researcher (IBM Emeritus, IBM European Research Center On Artificial Intelligence Montpellier), Bordeaux Metropole, France

DOI:

https://doi.org/10.29121/granthaalayah.v8.i7.2020.678

Résumé

Nous sommes confrontés à l’invasion mondiale d’un nouveau coronavirus. Cela fait suite à plusieurs épidémies limitées de virus apparentés dans divers endroits dans un passé récent (SRAS, MERS). Bien que le principal objectif actuel des chercheurs soit d’apporter des solutions thérapeutiques et préventives efficaces à la population mondiale, nous devons également mieux comprendre l’origine de la nouvelle épidémie induite par le coronavirus afin d’éviter de futures épidémies. La présente expertise moléculaire vise à étudier par une approche bio-infomatique les faits relatifs au virus et à ses précurseurs. Cet article montre comment 16 fragments (gènes Env Pol et Integrase) provenant de différentes souches, à la fois diversifiées et très récentes, des rétrovirus HIV1, HIV2 et SIV présentent un pourcentage élevé d’homologie avec des parties du génome de COVID_19. De plus, chacun de ces éléments est composé de 18 nucléotides ou plus et peut donc avoir une fonction. Ils sont appelés Exogenous Informative Elements (EIE) . Parmi ces EIE, 12 sont concentrés dans une très petite région du génome de COVID-19, d’une longueur inférieure à 900 bases, soit moins de 3% de la longueur totale de ce génome. De plus, ces EIE sont positionnées dans deux gènes fonctionnels de COVID-19 : les gènes orf1ab et S spike. Voici les deux faits principaux qui contribuent à notre hypothèse d’un génome partiellement synthétique : Une région contiguë représentant 2,49% de l’ensemble du génome de COVID-19 dont 40,99% est constituée de 12 fragments divers provenant de différentes souches de rétrovirus HIV SIV. Certains de ces 12 EIE apparaissent concaténés. Notamment, la partie rétrovirale de ces régions, qui est constituée de 8 éléments provenant de diverses souches de VIH1, VIH2 et SIV, couvre une longueur de 275 bases contiguës de COVID-19. La longueur cumulée de ces 8 éléments VIH/SIV représente 200 bases. Par conséquent, le taux de densité VIH/SIV de cette région de COVID-19 est de 200/275 = 72,73%.

Source :

2 thoughts on “L’Afrique du Sud rejette le vaccin Sputnik V Covid-19 en raison de préoccupations liées au VIH.

  • En fait depuis le début le vaccin contre le covid est issu d’une souche du covid qui lui mène est issu du sida donc à cette heure ci le virus j’entends bien la souche du sida à été introduite dans les vaccins ?

  • Le seul virus qui a su muter jusqu’à cette heure ci c’est le virus du sida celui que les pouvoirs scientifiques pharmaceutiques nous inoculent comme protection contre ce seul virus le covid c’est le vih merde on met le sida dans nos veines

Commentaires fermés.