« Le gouvernement est devenu fou » : en Chine, la rage des Shanghaïens piégés par le « zéro Covid »

« De voir les Shanghaïens se battre pour avoir de la nourriture me choque profondément », lâche Connie Wu sur sa messagerie cryptée depuis Chengdu, la capitale du Sichuan, à 2 000 kilomètres de Shanghaï. Hermétiquement confinés depuis début avril, les 25 millions d’habitants de la capitale économique de la Chine, vitrine de la modernité, subissent une épreuve qu’ils n’auraient jamais imaginée possible.

« Un confinement en Chine, c’est être en prison chez soi »

Avec près de 20 000 cas positifs quotidiens au coronavirus, l’épicentre de l’actuelle flambée épidémique se voit appliquer la politique « zéro Covid » en vigueur en Chine depuis plus de deux ans : confinement total, tests multiples quotidiens et isolement dans des centres spéciaux pour les cas positifs, symptomatiques ou asymptomatiques. Au moment où le monde apprend à vivre avec le virus, Shanghaï vit un strict confinement dont elle ne voit pas la fin. « Un confinement en Chine équivaut à être en prison dans son appartement », confie Chow, lui aussi sur messagerie cryptée. À Shanghaï, la colère monte et descend dans la rue.

Rebelles dans l’âme, les Shanghaïens expriment leur lassitude des discours triomphalistes du Parti communiste chinois au pouvoir (Xi Jinping vantait encore la stratégie du zéro Covid ce week-end) et déversent leur colère sur les réseaux sociaux. Nombre de vidéos diffusées et vérifiées par l’Agence France-Presse montrent des « émeutes de la faim » dans certains quartiers de Shanghaï. On voit aussi des fonctionnaires en combinaison battre à mort des chiens ou des chats. Des chiens-robots circulent dans les rues, appelant la population à rester chez elle. Plus dystopiques encore, des drones diffusent des messages par haut-parleur exhortant les Shanghaïens à « maîtriser le désir de liberté de (leur) esprit »

La stratégie zéro Covid est la politique de Xi Jinping

« Le gouvernement est devenu fou », renchérit Mao Jin, réfugiée dans sa province natale de l’Anhui, voisine de Shanghaï : « Nous n’avons ni liberté ni nourriture ! » Résilients, compréhensifs ou convaincus de la bienveillance de leurs leaders, de nombreux Chinois commencent à comprendre que c’est « la politique qui gère le virus, et non les scientifiques »,« en sacrifiant le peuple ». Dans le Sud, à Canton, près de Shenzhen (déjà confinée deux semaines le mois dernier), le confinement commence à s’appliquer. De nombreuses petites localités (entre 150 000 et 2 millions d’habitants) sont déjà confinées un peu partout dans le pays.

Pour autant, ces rares signes publics de mécontentement ne changeront pas la stratégie du gouvernement. « Le zéro Covid n’est pas seulement la politique du Parti, mais celle de Xi Jinping », explique Steve Tsang, directeur de l’Institut chinois des études asiatiques de Londres. « Et de fait, elle ne peut être qu’infaillible et ne saurait être abandonnée, du moins pas avant que Xi ne se rende compte qu’elle peut nuire à son maintien au pouvoir. » En attendant, Connie Wu a déjà stocké un mois de nourriture : « Chengdu (16 millions d’habitants, NDLR) peut être la prochaine ville confinée. »

Sources : https://theworldnews.net/fr-news/le-gouvernement-est-devenu-fou-en-chine-la-rage-des-shanghaiens-pieges-par-le-zero-covid

https://www.la-croix.com/Monde/Le-gouvernement-devenu-fou-Chine-rage-Shanghaiens-pieges-zero-Covid-2022-04-11-1201209814