Le Japon accorde le premier versement pour un décès lié à la vaccination contre le virus COVID

TOKYO  – Un comité du ministère japonais de la santé a accordé pour la première fois une indemnité forfaitaire à la famille d’une femme âgée décédée après avoir subi une réaction allergique et une crise cardiaque soudaine liées à une vaccination par le COVID-19.

Selon le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales, la femme, qui avait 91 ans lorsqu’elle a été vaccinée, souffrait de maladies préexistantes, notamment d’accidents ischémiques transitoires. Le ministère n’a pas donné de détails sur la date à laquelle elle a été vaccinée ni sur le nombre de doses qu’elle a reçues.

Le comité a déterminé lundi que l’on ne pouvait nier l’existence d’une relation de cause à effet entre les problèmes de santé ultérieurs et le vaccin dans cette affaire.

Un porte-parole du panel a déclaré qu'”une relation de cause à effet scientifiquement rigoureuse n’est pas nécessaire” pour déterminer l’éligibilité aux dommages et intérêts.

Le comité a également évalué 11 autres cas de personnes âgées de 20 à 90 ans ayant subi des effets indésirables, mais a suspendu son jugement.

À la date de lundi, 3 680 personnes avaient vu leur demande d’indemnisation liée à la vaccination acceptée, dont 850 ont été approuvées et 62 refusées. Les décisions concernant 16 autres personnes, dont certaines sont décédées, ont été reportées.

Selon la loi japonaise sur la vaccination, les vaccins COVID-19 sont considérés comme “ad hoc”. En vertu de cette désignation, les personnes dont le décès peut être lié à un vaccin peuvent recevoir une indemnité forfaitaire de 44,2 millions de yens (324 000 dollars) et une contribution de 212 000 yens aux frais funéraires.

Un groupe d’experts distinct du ministère de la santé, qui analyse les effets secondaires, a reçu des rapports de plus de 1 700 cas de décès liés à des vaccins provenant d’établissements médicaux, bien qu’aucune relation de cause à effet n’ait été reconnue.

Source : The Japan Times