Le pharmacien de Neuvéglise (Cantal) en grève de la faim “pour avoir le droit de soigner”

Fabrice Mathieu, pharmacien à Neuvéglise-sur-Truyère, entame une grève de la faim © Brugés Daniel
Fabrice Mathieu, pharmacien à Neuvéglise-sur-Truyère, est en grève de la faim depuis mardi. Pour dénoncer « des règles obsolètes » qui l’« empêchent de soigner » des personnes en détresse respiratoire faute d’un assez grand nombre de pneumologues dans le Cantal.

« Si j’ai fait ces études, si j’ai prêté serment, c’est pour soigner les gens. La santé de mes patients passe avant mes petites préoccupations. » Conséquence de ce principe, Fabrice Mathieu, pharmacien à Neuvéglise-sur-Truyère se fait « régulièrement retoquer par les caisses, que ce soit la CPAM ou la MSA. »

 

Pénurie de pneumologues

La raison ? « De plus en plus de patients avec des besoins d’oxygénation se présentent avec des ordonnances qui ne sont pas renouvelées à temps. On a 1,5 pneumologue dans le Cantal, il y a quatre à six mois de délai pour avoir un rendez-vous. Parfois, je demande à des médecins généralistes une ordonnance d’oxygénothérapie. Mais ils n’ont pas le droit de le faire.

Donc il m’arrive de continuer à ventiler les patients sans ordonnance. En 23 ans de carrière, je n’ai jamais vu quelqu’un sous oxygène aller mieux du jour au lendemain, mais je manque peut-être d’expérience. Alors, on me dit que je suis dans l’illégalité. On me reproche de soigner mes patients, en fait. Sans que personne ne me donne une solution. J’attends l’interlocuteur qui me dira de débrancher quelqu’un.

Mais j’ai arrêté d’essayer de joindre les caisses, il n’y a jamais quelqu’un pour me répondre. Les pneumologues me disent, eux, qu’ils ne peuvent délivrer une ordonnance sans voir un patient, et je les comprends. »

Courage

Alors, où est la solution ? « Il faut adapter nos règles obsolètes à la pénurie de praticiens. Nous permettre de monter en compétence, de renouveler les ordonnances. Notre métier a tellement évolué, on fait tellement de choses qu’on ne faisait pas. Pourquoi ne nous fait-on pas confiance sur ce sujet-là ? »

Il profite donc de « cette période électorale où on ne parle que très peu de santé, et sans proposer de solutions courageuses » pour mener une grève de la faim « pour qu’on m’entende, car qu’on m’écoute, je ne m’y attends pas. » Et le pharmacien de conclure : « je n’ai plus rien à perdre, mais j’aimerais qu’on comprenne que, comme l’a dit le philosophe Dominique Folscheid, l’éthique n’est pas soluble dans le droit. »

Yann Bayssat

Source : https://www.lamontagne.fr/neuveglise-sur-truyere-15260/actualites/le-pharmacien-de-neuveglise-cantal-en-greve-de-la-faim-pour-avoir-le-droit-de-soigner_14078413/

3 thoughts on “Le pharmacien de Neuvéglise (Cantal) en grève de la faim “pour avoir le droit de soigner”

  • Porter plainte contre Véran, Macron…pour Non-assistance à personne en danger ?

  • On a déjà interdit aux généralistes de soigner au début du covid, on a interdit l’hydroxychloroquine, on veut interdire l’ivermectine, et maintenant on veut interdire la vit. D, peut-être parce que tout ça est efficace ? Alors, permettre aux pharmaciens de renouveler une ordonnance, ce serait effectivement dans leurs compétences, mais je n’imagine même pas que nos institutions obsolètes puissent évoluer dans ce sens !

  • Pendant que des soignants se dévouent, prennent des risques pour répondre à leur serment de soigner, les crapules de LREM en conflit d intérêt continuent de faire du fric sur le dos des malades.
    Virons ces assassins !

Commentaires fermés.