Le QR code d’Emmanuel Macron fuite sur Internet, l’Elysée dénonce « la négligence ou la malveillance de professionnels de santé »

Depuis lundi soir, un QR code au nom du chef de l’Etat circulait sur les réseaux sociaux, avec des informations telles que la date de naissance et la nature du vaccin.

A l’heure où certains défenseurs des libertés publiques mettent en cause le passe sanitaire, voilà une fuite qui fait des remous jusqu’à l’Elysée. Comment le QR code du chef de l’Etat a-t-il pu se retrouver sur les réseaux sociaux ? L’information a été confirmée au Monde par l’entourage du président, ainsi qu’aux médias Franceinfo, BFM-TV et Europe 1, mardi 21 septembre. Le code qui sert de passe sanitaire était visible notamment sur Snapchat, Twitter voire ici :

« Des dispositions ont été prises », a expliqué l’Elysée, sans plus de précisions, auprès de Franceinfo. « Cela vient de professionnels de santé qui, par malveillance ou par négligence, ont fait circuler ces données », précise au Monde l’entourage de M. Macron. Le 26 août, alors que le chef de l’Etat était en déplacement à Dublin, les données concernant la vaccination du président avaient déjà fuité. « Le QR code, c’est sans doute la suite de cette affaire, dit-on à l’Elysée. Les professionnels de santé peuvent en quelques clics avoir accès aux données pour consultation. On ne veut pas stigmatiser toute la profession mais certains se sont peut-être amusés. Déontologiquement, il y a eu une faute. »

Ce code est en cours de désactivation et ne pourra plus être utilisé. La Caisse nationale d’assurance-maladie a saisi le Conseil national de l’ordre des médecins pour sanctionner la ou les personnes qui ont rendu publiques les informations d’Emmanuel Macron.

La possibilité de renouveler son QR code étudiée

Outre le QR code, on peut voir sur ce passe la date de naissance du président, le 21 décembre 1977. Il est aussi mentionné qu’il a reçu le vaccin Pfizer/BioNTech le 13 juillet 2021. En réalité, Emmanuel Macron s’est fait vacciner le 31 mai, mais sa vaccination n’a été enregistrée qu’un mois et demi après une « erreur » dans la transmission des données, précisait l’Elysée à Mediapart, le 26 août.

Il y a quelques jours, c’était le QR code du passe sanitaire de Jean Castex qui connaissait les mêmes déboires. La raison était cependant différente, comme l’explique CheckNews. Sur une photo publiée par une agence de presse, il était possible de voir un QR code avec inscrit en dessous « Jean Castex ». En utilisant cette photo, plusieurs personnes sont parvenues à intégrer le code dans leur application TousAntiCovid, puis l’ont partagé en ligne.

Selon une source ministérielle consultée par BFM-TV, le gouvernement étudie la possibilité de pouvoir annuler son QR code et en générer un nouveau, en cas de suspicion de fraude.

L’utilisation frauduleuse du passe sanitaire d’une tierce personne est punie d’une amende de 750 euros – 135 euros si elle est réglée rapidement, peut-on lire sur le site Service-public.fr. Cette amende peut atteindre 1 500 euros en cas de récidive dans les quinze jours suivants et, si au moins trois violations sont constatées dans les trente jours, la sanction pénale encourue est portée à six mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende.

source : https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/09/21/le-qr-code-d-emmanuel-macron-fuite-sur-internet-l-elysee-denonce-la-negligence-ou-la-malveillance-de-professionnels-de-sante_6095489_823448.html