Le Royaume-Uni lié à des actes de sabotage ? The Grayzone explique son enquête

Le média The Grayzone a publié une enquête sur l’implication supposée du renseignement britannique en Ukraine et en Crimée, après avoir eu accès à des documents relatifs à la formation de «partisans» ukrainiens à des actes de sabotage.

Le rédacteur en chef de The Grayzone, Max Blumenthal, est revenu le 4 novembre pour RT International sur les récentes révélations de ce média d’investigation. The Grayzone affirme ainsi avoir eu accès à des documents faisant état d’un plan des services de renseignement britanniques, qui viserait à former des «partisans» ukrainiens afin qu’ils conduisent des actes de sabotage en Crimée.

«Ce sont des documents fondamentaux, qui ont été distribués entre [les membres] d’une cellule d’agents du renseignement militaire britannique opérant à la fois dans les secteurs public et privé, supervisée par Chris Donnelly», détaille Max Blumenthal, précisant que Christopher Donnelly était un ancien membre de l’Integrity Initative, «une ferme à trolls financée par le ministère britannique des Affaires étrangères, qui organisait des cellules de journalistes et d’hommes politiques pour susciter la ferveur anti-russe en Europe».

«Nous avons obtenu des documents de l’intérieur du groupe de Donnelly qui présentaient un plan d’attaque du pont de Kertch, seulement quelques mois avant que le pont lui-même ne soit attaqué. Nous avons vérifié les métadonnées de tous ces documents et appelé l’auteur de ces documents, un certain Ward, qui est un officier du renseignement britannique», poursuit Max Blumenthal, ajoutant que ce dernier avait «presque tout raconté».

Le Royaume-Uni mis en cause par la Russie au sujet de Sébastopol et de Nord Stream

Le journaliste souligne en outre n’avoir vu «aucune réaction officielle britannique» aux révélations de The Grayzone. Insistant sur le fait que le média n’était pas en mesure de vérifier que la cellule d’agents du renseignement militaire britannique chargée de produire ces documents était directement impliquée dans l’une des attaques de sabotage ukrainiennes, Max Blumenthal conclut : «Tout ce que nous pouvons dire, c’est que le plan de ces attaques et la construction de cette “armée terroriste” ukrainienne secrète reflètent le type de tactique que nous avons vu se dérouler en Crimée au cours des dernières semaines.»

Tout ce que nous pouvons dire, c’est que le plan de ces attaques et la construction de cette “armée terroriste” ukrainienne secrète reflètent le type de tactique que nous avons vu se dérouler en Crimée au cours des dernières semaines

L’armée russe a accusé Kiev mais aussi Londres de «l’attaque terroriste» perpétrée le 29 octobre contre des navires de la flotte de la mer Noire à Sébastopol. Convoqué au ministère russe des Affaires étrangères, l’ambassadeur britannique s’est vu présenter des preuves du soutien de son pays à la préparation de cette attaque ukrainienne. La Russie a également accusé une unité de la marine britannique d’avoir participé «à la planification, à l’appui et à la mise en œuvre de l’acte terroriste en mer Baltique le 26 septembre dernier visant à faire exploser les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2».

Sur les deux volets, les autorités britanniques ont rejeté les accusations de Moscou, qualifiées de «fausses affirmations d’une ampleur épique» dont le but serait de «détourner l’attention de sa gestion désastreuse de l’invasion illégale de l’Ukraine».

Source