Le vaccin COVID pour les bébés et les jeunes enfants israéliens devrait être disponible en avril, selon un responsable de la santé publique

Le vaccin COVID pour les bébés et les jeunes enfants israéliens devrait être disponible en avril, selon un responsable de la santé publique

Tous les Israéliens de plus de six mois pourraient être vaccinés ; le vaccin est en attente de l’essai de Pfizer, qui a déjà indiqué qu’il était sûr pour les moins de cinq ans.

Image d'illustration : un bébé reçoit un vaccin de routine (naumoid via iStock by Getty Images)

Israël devrait déployer des vaccins pour les bébés et les tout-petits d’ici avril, a déclaré un haut responsable de la santé.

“En Israël, les vaccins sont désormais disponibles pour toutes les personnes âgées de cinq ans et plus. Je pense que d’ici avril, cette possibilité sera étendue à tout âge supérieur à six mois”, a déclaré le Dr Asher Shalmon, directeur des relations internationales du ministère de la Santé, lors d’une réunion d’information avec des responsables politiques et des journalistes étrangers cette semaine.

Pfizer est en train de mener des essais cliniques pour abaisser l’âge autorisé pour son vaccin de cinq ans à six mois. Pfizer a indiqué le mois dernier que, dans son essai en cours sur des enfants âgés de six mois à cinq ans, “aucun problème de sécurité n’a été identifié” et que le vaccin “présentait un profil de sécurité favorable”.

La société vérifie actuellement les réponses à un régime de trois mini-doses pour les moins de cinq ans, après avoir constaté qu’une approche à deux doses provoquait une forte réponse chez les enfants âgés de 6 à 24 mois, mais n’était pas aussi forte chez les enfants âgés de deux à cinq ans.

Le professeur Nadav Davidovitch, conseiller du gouvernement en matière de coronavirus et épidémiologiste de haut niveau, a également indiqué lors d’un point de presse mercredi qu’Israël avait l’intention d’introduire prochainement des doses pour les nourrissons.

M. Davidovitch a fait ces commentaires alors qu’il expliquait pourquoi, selon lui, les parents ne devraient pas baisser la garde face à Omicron. Il a en effet observé que ce virus tend à provoquer une maladie plus bénigne que les variantes précédentes et que les enfants ont tendance à le subir plus légèrement que les adultes.

Lire la suite.